La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Moncel les Lunéville: la traversée de la Meurthe du 20 au 23 septembre 1944

Monument dédié au 314e Régiment de la 79e DI
et au 749e bataillon de Chars Destroyer

texte d'Audrey Brunias,
d'après les travaux de recherche de l'adjudant-chef Philippe Sugg

 Emplacement: Moncel les Lunéville, à côté de la voie de chemin de fer 

Monument dédié au 314th régiment US de la 79e DI et au 749th Tank Destroyer BattalionLe 20 septembre 1944, le 314e Régiment de la 79e Division d'Infanterie arrive à Gerbéviller et nettoie le village de la présence ennemie avant même 7h00. Dès l'après-midi, il est à Fraimbois (au Nord-est) et inspecte les forêts avoisinantes. Son objectif est de passer la Meurthe et d’atteindre le village de Saint-Clément. 

Le milieu n'est pas favorable: il y a un énorme découvert pour atteindre la rivière qui n'offre aucune couverture. Du côté allemand, le découvert conduit sur une zone boisée, parfaite pour couvrir ses troupes. Les seuls bâtiments présents sont un groupe de granges sur les rives ennemies, à plusieurs centaines de mètres du pont.

À 16h30, les Tank Destroyer se mettent en place sur la ligne de crête. Une patrouille constituée de 6 hommes du 3e Bataillon du 314e RI doit alors tester le dispositif ennemi le long de la Meurthe: c'est une force plus importante qu'un bataillon qui tient la Meurthe et une force à peu près égale se trouve dans la lisière de la forêt de Mondon. 

Un premier peloton d'infanterie est envoyé avec un peloton de char du 749e Tank Destroyer, afin de forcer le pont, mais l'ennemi résiste et les américains sont obligés de rebrousser chemin. Dans un même temps, le 3e Bataillon tient la crête, le 2e est à la périphérie de Fraimbois et le 1er est en réserve entre Gerbéviller et Fraimbois. Les 313e et 315e régiments sont au Nord, dans Lunéville, à la recherche d'un autre passage.

Cette nuit là, les Allemands font sauter le pont. 

A 6h00, le 21 septembre 1944, le 3e Bataillon glisse le long de la falaise et s'avance vers la rivière sur le terrain découvert. Les compagnies K et L se dirigent vers elle, mais la zone de la compagnie L est trop marécageuse pour un soutien avec une unité de char. Les deux compagnies arrivent sur les berges sans aucune opposition. La compagnie L envoie une patrouille à travers les lignes allemandes avec succès, mais lorsqu'une plus grande force est déployée, huit canons ennemis tirent depuis les granges. Ils doivent se retirer.

Un homme va alors jouer un rôle essentiel dans la traversée de la Meurthe: le sergent Claude K. Ramsdail de la compagnie L du 314e RI. Il entreprend de repérer les positions allemandes et de les communiquer à un char Destroyer par des signaux manuels. Il descend donc la colline avec sa carabine US M1. Dès son arrivée aux abords de la rivière, des tireurs allemands le prennent pour cible. Il tire deux coups et s'enfonce dans la Meurthe sous les sifflements des balles. Il arrive à se mettre à l'abri derrière un char allemand au milieu de la Meurthe. Il piège un autre char et découvre la position de deux fusils-mitrailleurs. Blessé, il est évacué par le bataillon qui peut pilonner les positions ennemies grâce à ses informations précieuses.

L'attaque est fixée pour le 22 septembre 1944, à 5h30. Pendant 15 minutes, les tirs d'artillerie résonnent. La compagnie K arrive à prendre la route de Saint-Clément (Moncel) mais la compagnie L est toujours bloquée sur les rives Ouest. Deux chars réussissent à rejoindre la compagnie L. Les différentes compagnies avancent et faisant plusieurs dizaines de prisonniers.

Les hommes du génie sont appelés pour construire un pont dès le lendemain. A 4h30, le 23 septembre 1944, celui-ci est achevé. Les unités antichars sont les premières à le franchir et toute la journée est consacrée au mouvement des troupes afin de sécuriser davantage la région. 

Le 314e RI perd l'équivalent d'un quart d'un bataillon et la plupart des victimes viennent du 3e Bataillon. Il recevra une Presidential Unit Citation pour sa participation à la traversée de la Meurthe.

Le sergent Ramsdail recevra, quant à lui, la DSC (médaille pour faits de guerre remarquables) par le major général IT Wyche, commandant la 79e DI.