La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Dombasle: le maquis GL42

d'après le texte de M. J.P. Seichepine,
Souvenir Français de Lunéville

 

Emplacement: Dombasle

Dombasle - square GL42Dès 1940, la résistance s’organise en Lorraine. Les actions ont pour but de permettre l’évasion des prisonniers, de récupérer et cacher les armes abandonnées après les derniers combats de 1940 et enfin, la création de faux papiers et de journaux. Le maquis Lorraine 42 est créé en 1942 à Blainville sur l’Eau par Frédéric Rémélius. Il regroupe des jeunes de la classe 42, menacés par le STO (service de travail obligatoire). Ils viennent des secteurs de Blainville, Vézelise, Haroué, Bayon, St Nicolas de Port, Gerbéviller et Charmes. Frédéric Rémélius, connu sous le pseudonyme "Commandant Noël", est à leur tête.

Installé dans le secteur de Sion puis dans la forêt de Charmes, les activités des résistants sont diverses. Si les sabotages des voies ferrées et fluviales mais aussi des lignes électriques et téléphoniques sont nombreux, ils doivent aussi assurer l'accueil et le transfert des évadés d'Allemagne. Le maquis reçoit les ordres de Londres par le biais du Colonel Granval. Après le débarquement des Alliés, le 6 juin 1944, le nombre d'engagés volontaires s'envole.

Le maquis compte bientôt plusieurs centaines de personnes. Un deuxième maquis doit même être créé pour suivre cette augmentation soudaine. Les actes de sabotages s'intensifient... Cependant l'augmentation des maquisards pose la question de l'armement de ces nouveaux soldats de la FFI. Les résistants sont, en effet, pour la plupart du temps dépendants des parachutages d'armes alliés. Un premier arrive près de Leménil-Mitry. Néanmoins, devant l'imminence d'une attaque allemande, tout le maquis doit quitter la forêt de Charmes pour s'installer au château de Leménil-Mitry. Les Allemands finissent par attaquer le groupe Lorraine 42 à la ferme de Purimont, le 30 juin 1944, à Diarville, le 15 août puis à Sion, le 16. Ces attaques n'empêchent en rien les engagements. À la fin de ce mois d'août, on compte huit cents personnes dans le GL 42. Le groupe obtient l'appui de Londres qui parachute une mission de renseignements anglaise avec un important matériel, destiné au maquis. Une grosse somme d'argent est aussi débloquée pour aider l'ensemble de la région Est.

Le 1er septembre 1944, les Allemands incendient la brasserie de Tantonville. Les maquisards répondent à cette attaque en barrant la route de Crantenoy... Des pertes sont enregistrées des deux côtés.

Le 2 septembre 1944, l'occupant lance une offensive avec ses blindés sur Goviller puis, le lendemain, sur Leménil-Mitry, causant ainsi des pertes importantes de part et d'autre.

Le 3 septembre 1944, le GL 42 a pour mission de tenir les ponts de la Moselle afin de permettre le passage des troupes américaines. Il tient jusqu'au 12 septembre contre un adversaire supérieur en nombre et surtout en arme. Le maquis connaît de lourdes pertes et de nombreux habitants sont déportés pendant que la ville brûle.

Le 6 septembre 1944, une liaison est établie avec les forces américaines. Bientôt le Général Patton rend visite au maquis et le félicite pour son action. Les jours suivants, il participe à la libération des villes et villages entre Bayon et Lunéville, puis à la défense de cette dernière suite à la contre-attaque allemande. Le GL 42 deviendra le 5e Bataillon de Marche du 150e RI, en 1945. Il s'illustrera, notamment, dans la libération de Royan.


Agrandir le plan