La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Baccarat: un intermède

Le Monument aux morts à l’effigie du général Leclerc, commandant de la 2e Divion Blindée

 

Texte d'Audrey Brunias,
d'après les travaux de recherche de l'Adjudant-chef Sugg
 

 

Monument à l'effigie du Général Leclerc

Depuis le Tchad et les premières opérations en territoire français, les cades de la 2e DB ont acquis une bonne expérience du combat. Le général Leclerc forme ses commandants de groupements pour des manœuvres audacieuses et synchronisées, qui deviennent en quelque sorte la signature de la division.

 

Encore une fois la reprise de Baccarat ne fait pas partie des plans alliés dans sa route vers l’Allemagne. Cependant l’avancée rapide des forces américaines les oblige à stopper la reconquête afin d’assurer le réapprovisionnement et d’attendre l’arrivée des renforts. Le général Leclerc dispose alors d’un mois pour reprendre la ville et ses alentours.

 

Aidé par les résistants français, les commandos anglais, ainsi que par les prisonniers allemands qui fournissent des renseignements sur les positions ennemis, il échafaude une stratégie :  

La 2e DB est divisée en multiple sous-groupements qui se dispersent dans les différents villages alentours (Buriville, Pettonville, Reherrey …) afin de prendre à revers la ville. Cependant, en face se dresse la 21e Panzer appuyée par son bataillon anti-char à la tête d’une vingtaine de canons 88. Le général Von Manteuffel, s’attendant à une offensive de char, à préparer le terrain avec de multiples champs de mines, des trous individuels et des fossés antichars, des positions fortifiées (notamment au Nord de Baccarat) et un rideau d’infanterie au niveau de Montigny. Les forces allemandes étaient donc prêtes à affronter la 2e DB.

Les sous-groupements placés aux alentours faisant diversion, ils permettent une entrée surprise dans le Nord de Baccarat le 31 octobre 1944. La 2e DB s’empare du pont de la Meurthe grâce à l’action du lieutenant Mac Clenahan (qui a donné son nom au pont) avant que les Allemands puissent le détruire. La ville est libérée et le nœud routier est dégagé, permettant ainsi un meilleur déplacement des troupes.

 

Le 3  novembre 1944, le général Leclerc, ses officiers et la municipalité de Baccarat savourent, avec la FFI locale et son chef l’abbé Stutzmann, un champagne dans des coupes de cristal commandées par Goering aux célèbres cristalleries.

 

Le 4 novembre, le général adresse à la 2e DB son ordre n°69 dressant le bilan de ces deux journées d’opérations et du succès magistral remporté sur les armées allemandes. Il s’incline devant les 45 tués de la division. 

  


Agrandir le plan