Badonviller: la Libération

Le char « Mort Homme », l’emblème de la 2e Division Blindée

 

 texte d'Audrey Brunias, 
d'après les travaux de recherche de l'adjudant-chef Philippe Sugg

 

Le char Mort-Homme de la 2e DBEntouré de 4 marronniers, ce char, proche du château d’eau, est au carrefour de la rue du Colonel de la Horie(D8) et de la rue du 8 mai (D20).

 

Le char de type M4 Sherman de 32 tonnes porte le nom de « Mort Homme » en mémoire des combats d’août 1917 qui se sont déroulés à l’endroit portant le même nom en Meuse.

Il compose l’une des divisions blindées les plus réputées : la 2e DB du général Leclerc, qui libérera notamment Paris.

Celle-ci se bat aux côtés des forces américaines, commandées en partie par le général Haislip, dont le but est d’arriver le plus vite possible à la frontière allemande. Cependant, le général Leclerc tient à inclure dans les plans alliés, la libération de Strasbourg, à l’instar de celle de Paris.

 

Face aux difficultés rencontrées par la 79e DI dans son avancée, le général Leclerc peut envoyer La Horie vers Badonviller, à partir du 17 novembre 1944. Celui-ci part à la tête d’une avant-garde composée d’un peloton de chars légers (lieutenant Davreux), une section de Sherman et de quelques Hafl-tracks d’infanterie, ainsi que sa compagnie et les fantassins de la 10 et 3e RMT.

En tête de ce convoi, le char « Usküb » mené par Dubouch éventre les barrages ennemis en quelques minutes. Les Allemands pris par surprise ne peuvent que se rendre. Il y aura plus de 300 prisonniers. 

Le char du caporal Champion est néanmoins stoppé par 2 coups de bazooka le 17 novembre 1944. Son équipage réussit à s’extraire mais son conducteur, le caporal Champion, grièvement brûlé au visage et aux mains, restera défiguré. Le char, quant à lui, se situe à l’endroit où les soldats allemands l’ont arrêté.

 

Le commandant de La Horie rentrera triomphalement dans Badonviller mais sera mortellement blessé le 18 novembre, par un éclat d’obus en plein cœur. Le général Leclerc saluera son camarade de promotion à la mairie, où le corps est déposé.

 


Agrandir le plan