Leintrey - Aviateur Lieutenant Nissim de Camondo

Maréchal des logis en 1914 au 3e Hussard
sous-lieutenant en 1915 au 31e Dragons

texte d’Audrey Brunias,

Emplacement: Entonnoirs de Leintrey

Tombe de l'aviateur, à Leintrey

Dès 1914, Nissim de Camondo fait parti du 3e régiment de hussard où il accomplit de nombreux faits d'armes. Il est ensuite transféré au 21e régiment de dragons à pied en 1915 mais suite à des problèmes de santé il s’engage dans l’aviation.

En 1916, il est donc affecté dans l’escadrille M33 en qualité d’officier d’observation, spécialisée dans la reconnaissance. Il a alors 24 ans.

Le 29 juin 1916, il effectue son 1er vol comme pilote et non plus comme observateur. 

Le 26 avril 1917, il termine sa mission photographique, malgré que son appareil soit gravement endommagé par le feu de l’artillerie ennemie, avant de réintégrer son escadrille, basée au Nord d’Emberménil.

Le 5 septembre 1917, il pilote de nouveau son avion en mission photographique, accompagné du sous-lieutenant Desessart en qualité d’observateur. Soudain, et alors qu’ils sont à 3 000 mètres d’altitude, ils sont attaqués par un monoplace allemand. Un bref mais violent combat s’engage et se termine par une plongée de l’appareil ennemi dans ses propres lignes…Le biplace français est également touché et des morceaux se détachent. Le lieutenant Nissim de Camondo arrive tant bien que mal pour effectuer un atterrissage catastrophe.

A 7 kilomètres de la base, ses camarades suivent le drame à la jumelle. Les habitants de Remoncourt observent également la bataille. L’avion a plané 15 minutes puis est tombé en spirale tout droit dans les lignes ennemies au bois dit en “lames de couteau”. Il est 12h30.

Les deux aviateurs perdent la vie…

Le lieutenant Nissim de Camondo est inhumé avec les honneurs militaires par les allemands le 9 septembre 1917 dans le cimetière d’Efringen-Avricourt, en zone occupée.

Dans les premiers jours de 1919, deux mois après l’armistice, on procèdera à l’exhumation et à une deuxième inhumation du corps dans le caveau de famille du cimetière de Montmartre.

Le lieutenant sera cité cinq fois à l’ordre de l’armée, croix de guerre, légion d’honneur à titre posthume.

La stèle est retirée de l’endroit où s’est écrasé l’appareil et est placée aux Entonnoirs, en ce lieu de souvenir, par les soins de Monsieur Gérard Millot, président cantonal du Souvenir Français.


Agrandir le plan