La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Dombasle - Combats du 23 août 1914

d'après le texte de J.P Seichepine, 
Président du Souvenir Français de Lunéville

Emplacement: Dombasle

Monument de DombasleLe 23 août 1914, les 212e, 268e, 290e des divisions de réserve, ainsi que le 43e Colonial, ont pour mission de défendre Dombasle, au niveau du Rambétant.

Le Colonel commandant le 290e RI dispose de 6 compagnies de son régiment, 2 sections de mitrailleuses, 2 batteries de 75 et du 43e RIC pour mener à bien sa mission.

Une compagnie se positionne dans les fermes de Saint-Louis et de Trémolo, pendant que 3 autres s'installent dans les tranchées avec une section de mitrailleuses. Deux compagnies sont placées en réserve dans une position abritée.

A 8h00, l'artillerie lourde allemande ouvre le feu sur le Rambétant. Cette attaque semble venir du Nord-Est, entre Maixe et Drouville. Son tir est renforcé par celui de l'artillerie de campagne en position à l'Ouest du Bois de Crévic.

Les deux batteries de 75 appuyées par l'artillerie lourde de la rive gauche dela Meurthe répondent vigoureusement. Les troupes bien abritées dans leurs tranchées, souffrent peu du tir de préparation ennemi.

Vers 9h30, l'artillerie allemande cesse de tirer. Presque aussitôt l'infanterie, composée d'environ deux ou trois bataillons, débouche de Sommerviller et de ses hauteurs au nord.

Un feu violent de mousqueterie s'abat alors sur le Rambétant. Des fractions masquées par les vergers se glissent par la vallée du Sânon vers Dombasle et Varangéville.

Le risque d'un mouvement débordant capable de contourner l'aile droite du dispositif français s'esquisse. Cependant, cette offensive est arrêtée par le 290e RI posté dans les tranchées.

Les batteries, en position sur le haut du Rambétant, n'ont pas de vues sur le fond de la vallée et décident donc de se retirer successivement.

Vers 15h00, le 5e bataillon du 212e RI reçoit l'ordre de se porter sur Dombasle et d'en chasser l'ennemi. La 20e compagnie du Capitaine Brau reprend Dombasle au pas de charge.

Vers 15h30, le Colonel ordonne à deux compagnies de sa réserve (une du 290e et une du 43e RIC) de lancer une contre-attaque.

Les deux compagnies se jettent dans le flanc des Allemands déjà attaqués de front par le 212e. Ils sont refoulés dans la partie Est de Dombasle où s'engage un violent combat de rues.

Vers 16h30, les allemands se retirent en désordre, fusillés dans leur retraite par l'infanterie et les mitrailleuses. C'est à ce moment qu'ils subissent les plus lourdes pertes.

Les pertes du 290e seront de 13 tués dont un capitaine et 50 blessés. La compagnie Brau perdra 3 tués et comptera 21 blessés.

Les allemands perdront entre 5 et 600 hommes environ pendant cette attaque. Ils laisseront une vingtaine de prisonniers non blessés, dont un officier, entre les mains du 290e Régiment d'Infanterie. La compagnie Brau ramènera 25 prisonniers dont un lieutenant.

Aux abords de Dombasle, de Varangéville et de Sommerviller, on enterrera 130 morts. Une quarantaine de blessés, que les allemands n'ont pas pu emmener lors de leur repli, seront recueillis.

 


Agrandir le plan