La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Andilly: Cimetière allemand

 texte d’Audrey Brunias

Emplacement: Andilly

Cimetière allemand d'AndillyÀ partir de septembre 1944 commence l’avancée des Alliés en direction de l’Est de la France et de l’Allemagne.

La campagne de Lorraine puis les combats au niveau du Rhin vont causer de nombreuses pertes de chaque côté. 

Les Américains décident alors de créer un cimetière provisoire à Andilly pour leurs soldats mais aussi pour les soldats allemands tombés durant les batailles. La nécropole comprend alors 5000 sépultures des deux nationalités. 

Après la fin de la guerre, l’armée américaine relève ses morts pour les installer dans le cimetière militaire américain de Saint-Avold, destiné à devenir le plus grand d’Europe.

Andilly reste un cimetière militaire exclusivement allemand, caractérisé par ses croix en pierre sombre.

Au début des années 1960, l’entretien de la nécropole est confié par l’état français au Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (ou Service d'Entretien des Sépultures Militaires Allemandes).

Le Volksbund tente alors de regrouper les corps allemands tombés à l'ouest de Metz et dans onze départements: Nièvre, Saône-et-Loire, Côte-d'Or, Haute-Marne, Jura, Doubs, Haute-Saône, Vosges, Territoire de Belfort, Meuse et Meurthe-et-Moselle. 

Ainsi avec ses 33 000 sépultures, le cimetière d’Andilly devient la plus grande nécropole militaire allemande de la Seconde Guerre mondiale implantée en France.

Il ouvre ses portes au public en 1962. 

Au-delà d’Andilly, le Volkskund remplit sa mission en Europe et en Afrique du Nord dans le cadre de conventions bilatérales. À l'heure actuelle, il prend en charge 825 cimetières militaires dans 45 pays avec près de 2,5 millions de victimes de guerre.

Plus de 9000 bénévoles et 582 salariés accomplissent à ce jour les multiples tâches de l'organisation.

Des chantiers d’été franco-allemands ou internationaux sont organisés pour l’entretien de ces cimetières. Ayant pour devise "Réconciliation par-dessus les tombes – Travail pour la Paix", ces chantiers permettent de créer des liens entre les jeunes générations.