La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Épinal: Cimetière américain

texte d’Audrey Brunias,
d
’après les documents de l’adjudant-chef Philippe Sugg 

Emplacement: Épinal

Cimetière militaire américain d'Épinal

Le cimetière américain d’Épinal est installé dans le village de Dinoze Quequement.  Ce plateau est libéré par la 45e Division d’Infanterie de la 7e Armée américaine, le 21 septembre 1944.

Un premier cimetière provisoire est alors édifié, 15 jours après cette libération, pour accueillir les victimes de cette guerre. 

Le cimetière permanent est achevé au printemps 1956 et consacré avec son Mémorial le 23 juillet de la même année.

Il fait partie des 14 cimetières américains de la Seconde Guerre mondiale érigés sur un territoire étranger par l’American Battle Monuments Commission. Tous les cimetières militaires américains sont des enclaves américaines et dépendent entièrement de cette commission.  

5 255 soldats américains tombés durant la Deuxième Guerre mondiale y reposent et 424 noms de soldats disparus ou non identifiés sont inscrits sur les murs de la Cour d’Honneur qui entourent le Mémorial.

Les soldats inhumés sont pour la plupart morts lors de leur progression vers le centre de la France en remontant la vallée du Rhône, dans les Vosges, dans la vallée du Rhin puis pendant la campagne d’Allemagne.

En 1958, 13 corps non identifiés sont inhumés au nord du cimetière. Ces soldats inconnus proviennent des différents champs de bataille foulés par l’armée américaine lors de cette guerre. 

Le cimetière d’Épinal comprend non seulement les sépultures mais aussi des jardins aménagés, une chapelle, un mémorial, ainsi qu’un musée.

Les architectes choisis pour élaborer ce projet sont Delano Aldrick (New York) et Homer L. Fry (Texas) pour les aménagements paysagers. 

Chaque tombe est marquée par une pierre tombale en marbre blanc (une étoile de David pour les personnes de confession juive et une croix latine pour les chrétiens). Les sépultures sont réparties dans deux espaces séparés par une allée bordée d’arbres.  Elles baignent dans un horizon de verdure.

Le Mémorial situé au centre du complexe funéraire contient la chapelle et le musée. Constitué de calcaire, ses parois sont sculptées par Malvina Hoffman (New York).  On peut d’ailleurs voir deux tableaux sur la façade sud :

  • « la Croisade en Europe »  où l’aigle américain s’avance avec les différentes forces de l’armée US (infanterie, artillerie et aviation) sur l’ennemi.
  •  « la Survie de l’Esprit » : une femme (allégorie de l’Humanité) en deuil réconforte un soldat agonisant alors que les âmes de deux soldats morts s’élèvent vers le ciel, aidées par des anges.

Le musée est reconnu pour son énorme mosaïque en couleur fabriquée par Eugène Savage (Connecticut). Elle représente la carte des opérations menées par les forces US dans la région.

Le cimetière est ouvert au public et possède un personnel présent pour renseigner les visiteurs et accompagner les familles jusqu’aux tombes.