La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Une ville française commémore un pilote du 359e FG

Extraits de Charlotte Baldridge

Pilote 359e

Elle se souvient  de la forte étreinte de son grand frère, quand il est parti pour la guerre. Ils ont ri, agitèrent les mains en signe d’au revoir quand le bus a quitté la gare. Patricia Ross de Gastonia, Caroline du Nord, n’avait que 6 ans en 1943, mais tous les détails sont gravés dans sa mémoire. Elle voyait son frère, le Lt Ferris Suttle Jr 369e pour la dernière fois.

 

Pilote 359e Pilote 359e

Pilote 359e 

Il a été tué aux commandes de son Mustang P 51 qui s’est crashé alors qu’il mitraillait un convoi Allemand dans une région Française : La Lorraine.

Pour Ross, il est un héros. Elle a appris récemment que des Français ont le même sentiment.

Des échanges entre historiens des deux côtés de l’Atlantique ont amené Ross à se rendre sur les lieux du crash à la mi-septembre 2011. Accompagnée de cinq membres de sa famille (dont son plus jeune frère Philip, 13 mois à l’époque) ils ont assisté à la commémoration d’un mémorial en l’honneur de Suttle dans la ville de Dombasle-sur-Meurthe, près de la frontière Allemande. Le monument  se situe dans un nouveau parc portant le nom de Suttle et une pale d’hélice de son avion est fixée sur une pierre.

Pilote 359e

« Nous avons été très émus » a dit Ross, 73 ans, « J’étais si fière. C’était impressionnant.»

Pendant des années, la famille Ross a eu peu de détails sur ce qui est arrivé à Suttle. La première information sérieuse date de 1962, avec une lettre de Ramone Farmer, qui avait vu  l’avion tomber. Entre-temps Gérard Louis 64 ans et son ami Philippe Sugg ont étudié les lieux des crashs en Lorraine pendant des années, tout spécialement autour de la ville de Louis, Dombasle-sur-Meurthe. Jacky Guillaume, 76 ans, ami de Louis avait un voisin qui avait trouvé une pale de l’avion de Suttle sur les lieux du crash, il y a bien des années. Comme Louis, Guillaume se dévoue pour reconnaître les pilotes Américains tués lors de la libération de la France.

Pilote 359e Pilote 359e

En août 2010, ces messieurs ont contacté Peter Randall de Londres, qui a fait un site web sur la 8e Air Force (www.littlefriends.co.uk) Randall a identifié le pilote de ce crash et leur a donné le nom de l’historienne du 359e FG : Char Baldridge.

Pilote 359e

Pilote 359e

Les rapports indiquent que Suttle faisait partie de cette grande poussée visant les moyens de transport Allemands, spécialement les convois de camions sur routes et rails. Sur les 380 Mustangs P-51 que la 8e Air Force a envoyés en mission le 28 août 1944, 16 ont été perdus. La 359e FG a envoyé 50 Mustangs ce jour là, avec une perte de 1 avion, celui de Suttle.

Les chercheurs sur le lieu du crash ont permis de développer l’histoire. « Tous ces chercheurs sont très passionnés par ce qu’ils font » dit Baldridge. « Il n’y a pas de questions d’argent, ils le font avec leur cœur, ils se sentent obligés d’essayer d’identifier les soldats Américains qui sont morts pour eux et pour leur libération. Ils font le maximum pour honorer ceux qu’ils peuvent identifier »

Ross et les membres de sa famille ont été invité aux célébrations d’anniversaires dans trois villes Française ; avec des participants habillés en soldats de la 2e guerre mondiale. « Cela a été le moment le plus humble et le plus excitant de ma vie » a dit Robert Vickery, qui est marié à une nièce de Ross.

Pilote 359e Pilote 359e

A l’inauguration du monument de son frère, Ross se le rappelait comme un vagabond qui a trouvé le but de sa vie. Voler était son rêve. Pour Ross la cérémonie s’est déroulée comme dans un rêve. Après la cérémonie, les habitants sont venus à eux pour partager des souvenirs : un témoin a rapporté ses souvenirs du crash ; une copie du certificat de décès de son frère, un souvenir gardé comme un trésor pendant 67 ans ; un morceau rouillé de l’avion de Suttle. Ross est repartie avec de nombreux éléments nouveaux de souvenir. « J’ai été submergée » a-t-elle dit. « Peut-être que nous n’apprécions pas toujours ce que nos boys ont fait pendant la seconde guerre mondiale. Mais, en France, ils n’ont jamais été oubliés. »

 

LES FRANÇAIS HONORENT LES AMERICAINS POUR LEUR LIBERATION

 

Lors de notre voyage en France, en septembre 2011, nous avons été stupéfaits de la reconnaissance du peuple Français pour les Américains qui ont libéré leurs villes et villages de l’occupation Allemande en 1944. Les Français que nous avons rencontrés ont été si hospitaliers et bienveillants. Nous étions en France pour assister à la cérémonie d’inauguration d’un monument dédié à un pilote du 359th FG, le Lieutenant Ferris Suttle, Jr (369th FS) tombé à Dombasle-sur-Meurthe. Mais beaucoup plus nous attendait. La célébration comprenait des hommes et des femmes habillés d’uniformes américains et de nombreux véhicules de l’époque de la 2e Guerre Mondiale : tanks, jeeps, camions, ambulances, etc.

Pilote 359e

Pilote 359e

Evènements auxquels, nous Américains avons été invités :

Commémoration du 67e anniversaire de la libération de Lunéville, France

16 septembre 2011, une impressionnante cérémonie se déroulait avec fanfare et dignité, incluant des discours des autorités, en présence des soldats Américains du 2e Régiment de Cavalerie et des soldats Allemands. Sur la place de la ville, un hommage a été rendu au Major J.H.Pittman, C.O. du 42e Cavalry Squadron Américain qui a été tué le 18 septembre 1944, dans la bataille  de Lunéville, France, contre la 111e Brigade de Panzer.

Pilote 359e Pilote 359e

 

A - Aux cérémonies la famille Suttle était assise au premier rang et nous Américains étions reconnus.

Pilote 359e Pilote 359e

- John et moi-même avons pris place dans une jeep de la deuxième guerre pour un tour de la ville de Lunéville, France, reprenant la route de l’avance Américaine. C’était  fabuleux de voir les habitants agiter des drapeaux Américains et Français dans les rues et aux fenêtres quand nous passions.

- Des centaines d’écoliers étaient présents à la cérémonie de l’après-midi et nous ont applaudis.

- Une grande réception a suivi ces cérémonies, où, de nouveau la famille Suttle était reconnue comme des invités de marque. Tous les Américains présents  étaient reconnus. C’était vraiment stupéfiant !

Pilote 359e Pilote 359e

 

B - Manonviller, France est un très petit village (population environ 100)

Le matin du 17 septembre 2011, on nous a emmenés à une autre cérémonie de « Libération » La cérémonie s’est tenue sur la place du village en l’honneur de la 2e Division Blindée Française du Général Leclerc qui ont perdu de nombreux soldats en libérant ce village occupés par les Allemands ; et un civil a perdu la vie en essayant d’aller donner des informations aux Français.

Pilote 359e Pilote 359e

- Les membres de la famille Suttle étaient assis au premier rang.

- John et moi avons rencontré une femme dont le « Papa », Monsieur Henri Magron  était le civil tué alors qu’il courrait pour traverser le pont miné par les Allemands, pour donner des informations aux Français.

- Après la cérémonie, ce petit village avait organisé une réception. Plusieurs citoyens parmi les plus âgés sont venus nous remercier. Un patriote Français a donné à John une de ses médailles militaires pour dire merci pour ce que les Américains ont fait pour eux

 

C DOMBASLE (population environ 9500 habitants) est la ville suivante où nous avons été emmenés et invité à un délicieux déjeuner avant l’inauguration de l’après-midi. Peter Randall du site web « The Little Friends » nous a rejoint accompagné d’un autre chercheur Nigel Julian (spécialiste du 56thFG ; son site web est :

www.56thfightergroup.co.uk

Pilote 359e Pilote 359e

L’inauguration du monument de Lt Ferris Suttle, Jr, a été l’apogée de notre voyage, et quelle apogée cela a été. De nombreuses personnes sont venues assister à cette cérémonie spéciale. Le monument était recouvert et deux messieurs habillés en Officier Américain pour l’un et en pilote pour l’autre se tenaient de chaque côté. La cérémonie qui a suivi était tout simplement superbe. La famille Suttle a été vraiment mise à l’honneur.

Pilote 359e Pilote 359e

- Le maire de Dombasle et d’autres dignitaires ont fait des discours.

- Hymnes nationaux avec cœur et musique.

- Philippe Suttle, frère de Ferris a fait un court discours et a remercié la ville pour ce beau monument dédié à Ferris.

- Patricia (Suttle) Ross, sœur de Ferris, a dévoilé le monument.

- Une réception a suivi dans l’hôtel de ville de Dombasle, avec la famille Suttle en invité d’honneur.

Pilote 359e Pilote 359e

Pendant tout ce temps, nos nouveaux amis Français, spécialement Gérard Louis, Jacky Guillaume et Philippe Sugg ont été à nos côtés, répondant à tous nos besoins. Heureusement, Nicole,  la belle sœur de Jacky parlait anglais et a toujours été avec nous comme interprète. Je ne sais pas ce que nous aurions pu faire sans elle. Ils ont tous pris soin de nous de façon merveilleuse. Nous avons été reçus dans leurs maisons où les familles nous ont reçus avec une grande hospitalité.

Pilote 359e

 

Ma modeste contribution par John Baldridge:

Je pensais que mon dessein en voyageant en France en septembre dernier était d’accompagner Char. ; après mon retour à la maison, j’ai trouvé que j’avais fait le « voyage de ma vie ». Je n’avais pas idée de ce qui nous attendait durant ce voyage. Oh, bien sûr, il y avait Paris, et quoi d’autre pouvait arriver ? Finalement,je n’ai pas du tout vu Paris. Et je ne le regrette pas en repensant à ce voyage de ma vie.

Mais, laissez-moi vous dire, nous pensions nous être préparés en étudiant le Français, les cartes routières et les informations touristiques.

Ai-je parlé de cartes routières ? Nous avions réservé une voiture de location que nous devions trouver à l’aéroport Charles de Gaulle. A l’arrivée à 7h00, heure locale, nous ne savions pas où trouver la location de voiture et n’avions personnes parlant anglais pour nous assister. Après avoir trouvé la voiture, le plus dur restait à faire : comment sortir de l’aéroport et trouver l’autoroute ? Il n’y a aucune pancarte en anglais excepté celle de « sortie » Avec une conduite très timide, nous avons trouvé notre chemin. Après nous être dirigé vers l’Ouest au lieu de l’Est, quelques uns de mes fameux demi-tours et des heures de conduite aventureuse, nous nous sommes arrêtés dans une jolie petite ville et avons trouvé plusieurs restaurants à Haut Barrois. Nous avons été totalement incapables de lire le menu, ayant oublié tous les mots de Français que nous croyons avoir appris.

Après trois autres heures nous avons trouvé notre destination Lunéville, France. Charlotte conduisait, je dormais à cause du décalage horaire, et nous avons raté la sortie. Nous avons trouvé l’hôtel. Le responsable parlait anglais et a immédiatement appelé Gérard Louis. Gérard ne parle pas anglais et nous ne parlons pas français, mais cela n’était pas nécessaire car l’amitié a été immédiate. Après de chaudes salutations, des embrassades sur les joues, il nous a conduits sur le site du crash de Ferris Suttle. Là, nous avons fait connaissance avec la famille Suttle et les Guillaume.

L’hospitalité que nous ont montré nos hôtes Français a été la plus bienveillante, attentive et prévenante que j’ai jamais expérimentée. Le dernier soir, nous avons dîné chez Gérard et Josette. Je me suis assis à côté de Jacques « Jacky » Guillaume et il nous a raconté comment les troupes Américaines lui ont sauvé la vie deux fois quand il était un petit garçon à Dombasle. Jacky s’est ensuite tourné vers moi et m’a dit « moi aussi, je suis Américain ». Il a sorti son portefeuille et m’a montré le « Certificate of Achievement » qu’il a reçu certifiant qu’il est un membre de la « US Army 6th Cavalry, Europe and French Army ».

Pilote 359e Pilote 359e

 J’ai pris une photo de ce certificat et n’ai pu murmurer que « Merci, merci Jacky » C’est le seul mot français que je pouvais lui dire pour le remercier, mais c’était court. Je voulais lui dire beaucoup, beaucoup plus. A la fin de la soirée, j’ai pris la parole avec Nicole comme interprète ; je me suis levé et j’ai dit à tous nos amis Français : « Vous m’avez rendu fier d’être Américain »  Et vraiment, je me suis senti fier. Les commémorations dont nous avons été témoins ont montré toute la gratitude témoignée aux Américains pour ce que les soldats de la 2e Guerre Mondiale ont fait pour la France. Je n’avais pas connaissance de ces célébrations avant ce voyage. J’aurais souhaité que chacun d’entre vous puisse être là.

Texte écrit par Charlotte Baldridge