La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Six corps de militaires allemands exhumés en forêt de Parroy

Découverts par un jeune sergent passionné de recherches

Article de mars 1977

Article de presseDepuis trois jours, gendarmes et représentants des Anciens Combattants relèvent les restes de soldats allemands dans la forêt de Parroy. A l'origine de ces découvertes, un sergent de la garnison de Lunéville, passionné d'histoire de la dernière guerre, explore les champs de bataille de la région chaque fois que ses loisirs le lui permettent.

Le sergent Dame est depuis cinq ans à Lunéville. Originaire du Vaucluse, il n'avait jamais rencontré, auparavant, au hasard de ses promenades, autant de souvenirs et de traces des combats des guerres mondiales.

C'est ainsi qu'il s'est découvert une passion de chercheur et de collectionneur: "J'ai fait des recherches dans toute la région, nous a-t-il expliqué, depuis que je suis à Lunéville. Je collectionne les objets que je trouve, je les nettoie et je les stocke chez moi pour l'instant. Plus tard, on verra...

"Parmi les plus curieuses de mes trouvailles, il y a des masques à gaz de l'Afrika-Korps très particuliers. Autrement, je retrouve souvent les mêmes objets."

Bien sûr, le sergent Dame ne part pas à l'aveuglette. Il connaît parfaitement les cartes des artificiers et c'est surtout dans les zones rouges qu'il fouille: "Un trou individuel se remarque bien. Souvent, les hommes sont morts en position de combat, dans un trou caché dans les fourrés. C'est ce qui explique qu'on n'ait pas relevé les cadavres plus tôt. Aujourd'hui, un débroussaillage du sous-bois permet de mettre en évidence les emplacements où les corps sont restés, enterrés à environ 80cm. C'est toujours en bordure des chemins.

Premiers cadavres il y a un an

Aujourd'hui, gendarmes de Lunéville et de Blâmont, ainsi qu'un représentant régional du service des sépultures nationales, M. Henri Martin, relèvent les corps trouvés par le sergent, mais il y a plus d'un an que les premiers ossements avaient été repérés: "a l'époque, je croyais qu'il était interdit de faire de telles recherches. Alors, je n'ai rien dit à personne. Mais il y a quelque temps, j'ai discuté avec un villageois de Leintrey et c'est ainsi que c'est arrivé."

Entre Laneuveville-aux-Bois et Leintrey

C'est donc ainsi que Patrick Dame a fait la connaissance des responsables des services d'Anciens Combattants, des maires de nombreux villages, et qu'il compte bien continuer son oeuvre de presque historien.

Six corps de soldats allemands ont été retrouvés. L'un était enterré à Laneuveville-aux-Bois, au lieu dit "La Belle Tranchée", trois autres à la Tranchée verte et, à Leintrey, au lieu-dit "Le Remabois", un officier fut découvert ainsi qu'un soldat.

De telles recherches présentent un intérêt certain pour l'histoire militaire de la région. Les armements et les équipements de ces victimes des combats présentent également un indéniable intérêt. Certains soldats portaient des souliers canadiens, l'officier était armé d'un fusil... C'est dire qu'ils avaient dû remplacer les équipements défaillants avec ce qu'ils trouvaient sur les champs de bataille... en cette année 1944.