La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Régiment Blindé de Fusiliers Marins

Régiment Blindé de Fusiliers Marins

 

 

De Paris à Baccarat

 

Encadrement du RBFM (1944-1945)

 

Chef de Corps

CF Maggiar

Cdt en second

CC Martinet

E.H.R.

LV Olieu

1° Escadron (reconn.)

LV Pauly

2° Escadron (TD)

LV Guillon

3° Escadron (TD)

LV Bonnet

4° Escadron (TD)

LV Richard

 

Le second maître fusilier Montcorgé, chef de char du Souffleur II, plus connu sous le nom de Jean Gabin.

 

14 septembre 1944

Détachement Guillon. - Renforcé dans la matinée par le reste du 3e peloton, le détachement reçoit l'ordre de reconnaître Bonvillet, puis Darney et de s'y établir.
Le détachement Pauly a lui aussi Darney comme objectif, par Jesonville et Lerrain. Le peloton porté occupe Bonvillet vers 11h00 ; des blindés allemands circulent sur la route allant de Darney à Epinal par Forge Keitel, à 500 mètres de nous ; une forêt nous sépare et il est impossible d'engager les TD.
Après une préparation d'artillerie savante, mais un peu courte et qui arrose nos braves "Goumiers", la marche sur Darney est reprise. Il n'y a qu'un kilomètre à peine à faire. Kleinlein, qui a déjà reconnu à pied Forge Keitel, arrive bon premier à Darney et ne trouve personne. Tout le peloton porté suit, et est rejoint 20 minutes plus tard par l'avant-garde blindée du détachement Pauly.
On s'installe en DCB face à toutes les directions de l'Est à l'Ouest en passant par le Sud. Le peloton porté renforcé du groupe de commandement de l'Escadron, fait une reconnaissance profonde, d’Attigny jusqu'à Monthureux, où l'accueil est enthousiaste. Au retour deux surprises. On nous transmet l'ordre de ne pas aller à Monthureux. Il est trop tard. Et ensuite la postière de Monthureux nous signale par téléphone que le bourg vient d'être occupé par deux cents fantassins allemands qui veulent passer la nuit et qui réquisitionnent de quoi manger et coucher. Nous les avons manqués d'une demi-heure.
Au soir le détachement Pauly se replie sur Jesonville et Lerrain, nous laissant seuls. On nous signale de Monthureux qu'une colonne de 4 ambulances et deux voitures légères se dirige vers Darney. Elle est capturée par l'Aspirant Laforest et son groupe. Le docteur Paul se charge de reconduire à l'arrière les ambulances pleines de blessés allemands. Il aura un certain mal à éviter les sabotages et les embourbements volontaires.
Avec les maigres effectifs restants, peloton porté et 3e peloton il faut tenir toute la nuit le Nord de Darney particulièrement face à la route d'Epinal. Tout se passe bien.
1er peloton. - Le groupe "Jaguar-Lion II" est resté à Huiliécourt. Le groupe Lynx Léopard est toujours à Rozières. Il se porte en compagnie de Spahis à la rencontre d'une colonne blindée allemande signalée vers Damblin. La colonne est entièrement mise hors de combat au canon. Pas de perte chez nous. Le tableau du "Lynx" se monte à 14 véhicules :
1 canon de 88 tracté ;
2 canons de 20 DCA ;
2 automitrailleuses ;
5 camions ;
1 camion essence ;
3 véhicules divers.
Le 2e peloton fait mouvement avec le détachement Pauly sur Jesonville où il s'installe en DCB face au Sud.
A 14h30 il entre dans Darney par le Nord Est sans encombre et doit étaler l'accueil enthousiaste de la population. Malheureusement Il sera replié dans la soirée à Jesonville et retrouvera avec regret les guitounes en pleine nature.

 

15 septembre 1944

Le 1er  peloton quitte Bourmont à 14h00 et se porte à Jesonville.
Le 2e peloton A Lerrain aux ordres du détachement Martin. L'Enseigne de Vaisseau Gélinet prend le commandement du 2e peloton.
Détachement Guillon. - Est renforcé à 10h00 par le peloton de chars légers "Nanterre" du 501e RCC. Celui-ci effectue une reconnaissance sur Hennezel où il détruit au canon un Autocar transportant une patrouille allemande. Bilan : 3 tués, 6 prisonniers. 10 allemands s'échappent.
Le peloton Nanterre est rappelé ensuite pour garder la route de Hennezel.
Le 3e peloton aux ordres de l'aspirant Laforest se place face à Monthureux où de nombreux allemands sont signalés. Dans l'après-midi le Maître Le Barbu suivi de Maurer et de Salf foncent en jeep sur une patrouille de reconnaissance allemande comprenant 9 cyclistes. Les ordres sont de n'en laisser échapper aucun. Et ils ramènent effectivement 9 allemands intacts, dont un adjudant et 9 bicyclettes qui font la joie du maire de Darney.
A la nuit, Darney se remplit. Le détachement est renforcé de tout le détachement Pauly et du Peloton d'obusiers du QG.
Nuit calme, fait des prisonniers par petits paquets.

 

16 septembre 1944

Le 1er  peloton à Jesonville.
Le 2e  peloton à Lerrain.
Le reste de l’Escadron à Darney.
Dans l'après midi une démonstration de force est faite sous les ordres du Lieutenant de Vaisseau Guillon pour essayer de tirer de la forêt de Bois Le Comte les 150 ou 200 allemands qui s'y terrent sous la pluie.
2 Tank Destroyer bombardent à vue la forêt pendant que 5 automitrailleuses battent les routes en tirant sur les lisières. Aucun résultat immédiat. Les prisonniers se présenteront par petits paquets dans la soirée et le lendemain.

 

17 septembre 1944

Même situation de l'Escadron.
Le Lieutenant de Vaisseau Guillon avec un peloton d'automitrailleuses, effectue la liaison à Bourbonne-les-Bains avec la 1ère Armée Française venant du Sud. Le contact est pris avec le 2e Spahis de la 1ère Division Blindée.

 

18 septembre 1944

Même situation de l'Escadron.
Des éléments du 1er et du 2e Escadron du RBFM font une démonstration au village de Claudon, où la population entière nous accueille, les cloches sonnant à toute volée.

 

19 septembre 1944

Le 2e Escadron est remis en entier aux ordres du GTV.
Traversé de la Moselle à Châtel.
1er peloton. - Sous Groupement de la Horie, Pallegney et Zincourt.
2e peloton. - Sous Groupement Putz, Hellainville.
3e peloton. - Sous Groupement Cantarel, Damas. Peloton porté et P.H.R., Châtel.

 

20 septembre 1944

1erpeloton. - Moriville.
Le peloton porté et le PHR se mettent aux ordres du Sous-Groupement de La Horie à Moriville.

 

21, 22, 23 septembre 1944

2e peloton. - Sous-Groupement Putz, Hellainville.
3epeloton. - Sous-Groupement Cantarel, Damas.
L’Escadron moins les 2e et 3e pelotons - Sous-Groupement deLa Horie à Rehaincourt.

 

24 septembre 1944

Le 2e Escadron moins le 2e peloton mit aux ordres du GTL est réparti comme suit :
Le 1er peloton à Magnières.
Le 3e peloton à Domptail.
Le peloton porté et PHR à Vallois.
Le 2e peloton reste au Sous-Groupement Putz et gagne Hardancourt, puis Roville aux Chênes où il s'établit face à Rambervillers.
La nuit est un peu nerveuse car l'ennemi n'est pas loin et seuls quelques FFI ont pu être mis à notre disposition en protection des TD ; face à Rambervillers. L'Aspirant Maymil en compagnie d'Huguet, ne dort que d'un oeil. Mais les trains bleus qui avaient fait leur apparition dans l'après-midi se taisent.
Dans la matinée le 2e peloton rallie Hardancourt où il passe en réserve de Sous-Groupement.

 

25 et 26 septembre 1944

Pas de changement.

 

27 septembre 1944

Le 2e peloton effectue un tir de 30 explosifs sur la forêt d'Anglemont avec 2 chars "Morse" et "Phoque". Sans changement pour le reste de l'Escadron.

 

28 septembre 1944

Le 2e peloton tire à l’explosif avec ses 4 chars sur la route de Rambervillers.
Sans changement pour le reste de l'Escadron.

 

29 septembre 1944

Le 2e peloton rallie le Sous-Groupement Putz à Ortoncourt.
Sans changement pour le reste de l'Escadron.

 

30 septembre 1944

Le 2e peloton est toujours à Ortoncourt.
Une reconnaissance d'Officiers partie avec 4 Jeeps, et à laquelle participe l'Enseigne de Vaisseau Gelinet et l'Aspirant Maymil, tombe dans une embuscade au Sud Est de Roville, la jeep de L'Enseigne de Vaisseau Gelinet est prise à partie par des Snipers sur la cote 301. Le capitaine Geoffroy du R.M.T., Volelli et Tebti sont blessés mortellement. A1500 mètres de là, un Half-track du RMT a fait son apparition alerté par le mitraillage. L'Enseigne de Vaisseau Gelinet parvient à le joindre en jeep, les blessés sont évacués et quelques minutes plus tard la jeep de l'Aspirant Maymil et celle du Capitaine De Witasse (du 501) sont dégagées. Maymil, Moutard et Redval viennent de passer de sales moments, pris à partie par 3 mitrailleurs allemands, la leur étant enrayée ; l'Aspirant Maymil a eu le temps de vider son Colt sur des allemands et d'en descendre deux. Redval a été blessé auprès de sa mitrailleuse qu'il n'avait pas voulu quitter : Il ne rejoindra l'Escadron qu'en janvier. Sans changement pour le reste de l'Escadron.

 

1er octobre 1944

Le 2e Peloton participe avec le Sous-Groupement Putz à l'attaque de la forêt Nord Est de Rambervillers, dont le but est de couper la route de Rambervillers, Baccarat. Pas de casse mais des cheminements très pénibles pour les voitures et les chars sous la pluie dans la forêt, guidés par des fantassins qui ne savent pas très bien où ils vont.
Toute l'après-midi Huguet avec son "Morse" a abattu des arbres et cherché en vain des cheminements possibles. Et dans la soirée, le "Morse" aidé du "Phoque" a dégagé les abattis qui obstruent la route de Rambervillers à Baccarat. On nous a bien assuré qu'ils n'étaient pas minés, mais au 3e arbre une mine saute, et Gonidec, Mouzard et Péna qui n'y croyaient guère sont criblés d'éclats, sans gravité. On sera plus prudent par la suite et l'opération se poursuit au milieu du vacarme des mines qui explosent et des branches qui se cassent. A la nuit faite la route est dégagée, et le peloton va goûter au semblant de repos à la corne Nord du Bois Béni où les trombes d'eau et les dégelées de 88 vont peupler nos rêves.
Padellec qui s'affaire auprès d'un réchaud sent son casque traversé par un éclat. Il ne voudra jamais plus en porter d'autre.

L'AFFAIRE D'ANGLEMONT

Dans la nuit les éléments qui avaient pris pied dans Anglemont sont forcés de décrocher. L'ennemi attaque avec un bataillon et une douzaine de chars. Il faut reprendre ça dans la matinée. A défaut de l'artillerie que l'on ne peut obtenir, Slomski et Le Goff tirent à 4000 mètres sur des chars qui font demi-tour à l'exception de deux qui sont embourbés.
Peu après une section du 501e et des éléments du Génie pénètrent dans Anglemont, mais le char de tête est allumé. Le Commandant Putz envoie le 2e Peloton en renfort : à 30 milles les TD et l'automitrailleuse foncent sur le village, Slomski suivi de Le Goff le débordent par l'Ouest et sèment le désordre parmi les biffins ennemis, les tirant à la mitrailleuse et à la grenade. Il touchera un char et en mettra plusieurs autres en fuite et son secteur serait de tout repos si peu après il n'était littéralement arrosé de 88. Pendant ce temps l'Aspirant Maymil a placé Huguet et Belfils à la lisière Nord du village, et Quezèdé s'en donne à cœur joie sur un Panther qu'il met en flammes à 800 mètres, tandis que Clad fait des cartons sur des biffins qui sortent de tous les bords. Dans l'agrès midi arrive le Lieutenant de Vaisseau Guillon en compagnie de l'Enseigne de Vaisseau Bebin et de Riot. Il est reçu par l'EV Gelinet et l'Aspirant Maymil, lequel ramène une belle brochette de prisonniers, et salué par de nombreuses salves de 88. Peine perdue ; un seul blessé dans la journée : Hervé qui venait avec sa jeep évacuer des civils d'Anglemont et qui courageusement resta au volant après avoir perdu un oeil
A la nuit tombante ordre de se replier arrive, et tout le peloton retrouve l'Escadron à Gerbéviller loin de la mitraille et du canon.
Reste de l'Escadron. - Sans changement.

 

Du 2 au 29 octobre 1944

L'Escadron est à Gerbéviller en réserve du Général.
L'Enseigne de Vaisseau Barnaud rallie après convalescence.
L'Enseigne de Vaisseau Bebin prend le Commandement du peloton porté et l'entraîne en liaison avec le 3e Bataillon du RMT dans la région de Rambervillers.

 

30 octobre 1944

Aux ordres du G.T.V., le 2e Escadron réparti comme suit en vue du débouché de la forêt de Mondon et de l'attaque sur Baccarat.
Le1er Peloton. - Sous-Groupement H : Chènevières.
Le 3e Peloton. - Sous-Groupement C : Féculerie de Flin.
Escadron moins 2 pelotons. - Sous-Groupement P ; En réserve à Vathiménil.

 

31 octobre 1944

Attaque sur Baccarat. Les objectifs du GTV sont Hablainville, Pettonville, Montigny, Merviller et Vacqueville.
1er peloton. - Débouche de la forêt de Mention avec le Sous-Groupement H avec comme itinéraire Hablainville, Pettonville, Merviller et Vacqueville. Les routes sont toutes minées, cependant la surprise du côté allemand est totale. La réaction allemande se borne à un tir d'artillerie assez nourri qui suivra les colonnes du matin au soir sans presque discontinuer.
Pour commencer le "Léopard" saute sur une mine et déchenille. Pas de blessés. Dantec et son équipage sont laissés à leur sort en attendant un dépannage. Hablainville est pris, le "Lynx" a détruit le 88 Pak qui en défendait l'entrée. Pettonville est pris, le "Jaguar" ayant réglé le sort d'un autre 88 Pak.
Le sous-groupement H. se regroupe après Reherrey. Le pont sur la Verdurette, à Vaxainville a été trouvé intact (on apprendra 38 heures plus tard qu'il était miné par deux énormes marmites, et que plus de 200 véhicules avaient frôlé le piège sans le toucher).
En progressant vers la côte 319 qui se trouve au Sud Ouest de Montigny, le "Lynx" guidé par l'Aspirant Royer se paie le luxe de tirer et d'allumer, en 3 coups de canon à 1000 mètres, un Panther à l'affût après une manœuvre remarquable de rapidité et de précision.
En fin de journée tout le peloton est regroupé aux carrières de Vacqueville.
Le peloton de l'Enseigne de Vaisseau Hinden, sans autre perte que le Léopard déchenille sur une mine, a comme tableau de la journée : 1 Panther et 2  88 Pak.
3e peloton. - Fait le débouché de la forêt avec le sous-groupement Cantarel. Tous les véhicules à roues s'embourbent au cours du déploiement. Seuls les chars peuvent arriver à Brouville, et l'Enseigne de Vaisseau Barnaud y arrive à pied, sous un violent bombardement d'artillerie. Leclerc a le poignet sectionné par un éclat. Après la traversée de Merviller, le peloton se regroupe finalement et passe la nuit avec le sous-groupement le long de la route de Montigny.
Reste de l'Escadron. Au sous-groupement P., en réserve du GTV, la journée se passe à suivre, en colonne, des routes poussiéreuses avec de longs arrêts. Quelques coups d'artillerie au passage à Hablainville, depuis longtemps dépassé par le sous-groupement H.
La nuit est passée en DCB à Reherrey. L'escadron renforcé de quelques obusiers de 75 du RMT tient la partie Nord-Est du village. Nuit agitée, bombardements intermittents et surtout, le thermomètre baisse d'un seul coup de 15 degrés. Froid de canard et gelée.
Baccarat a été pris par le GTD avant la nuit.

 

1er novembre 1944

1er peloton. - Au matin, le passage à niveau et les carrières de Vacqueville, sont durement bombardés par artillerie lourde, probablement du 150. Truchot, faisant le plein de gas-oil du Lynx est tué par un éclat. Le "Lynx" a son radiateur perforé.
Verrieras est blessé sur la "Panthère".
Le "Lion" et le "Jaguar" conduits par l'Aspirant Royer accompagnent le Capitaine De Hollain dans une reconnaissance sur Vacqueville, ils sont reçus à coups de fusils et coups de canon. Le "Jaguar" tire et neutralise un anti-char léger ; puis reste en bouchon après le repli de la reconnaissance.
Le 1er peloton réduit au "Jaguar" et au "Lion" est remplacé vers 14h00 par le 2e peloton et se regroupe avec ce qui reste de l'Escadron, à la ferme du Pont.
Le 2e peloton et le peloton porté. - L'attaque vers Vacqueville est fixée à 15h00 ; le peloton porté est mis aux ordres du Sous-Groupement H. dans la matinée, le 2e peloton à 14h00.
Les missions sont les suivantes :
Le peloton porté aux ordres de l'Enseigne de Vaisseau Bebin, est chargé d'occuper le village de Xermamont (qui touche Vacqueville) en passant par le Sud de la route et les bois.
Les TD du 2e peloton accompagneront les chars qui attaqueront Vacqueville de front.
A 15h00, au moment où se déclenche la préparation d'artillerie du XI/64, une trentaine de bombardiers en piqué survolent la scène. Ce n'est pas l'air support attendu, mais bel et bien des Messerschmitt qui mitraillent et grenadent, sans mal pour personne heureusement.
Et l'attaque commence, sous un bombardement féroce d'artillerie et de mortiers.
Le peloton porté est durement éprouvé. Une équipe de mitrailleuse est touchée. Lucchési est tué, Porcher, Leray, et Reyz sont blessés. Tout le monde est terré. Mais enlevés par l'Enseigne de Vaisseau Bebin, la progression est reprise. Kleinlein arrive seul aux premières maisons du village, nettoie cours et caves au fusil et à la grenade. Reibel avec sa mitraillette, remplace la mitrailleuse démolie et met en fuite une section d'allemands. Cadiou, Landreigne, et leur mitrailleuse pénètrent aussi dans le village. Pris sous l'éboulement d'un mur, ils continuent le nettoyage. Le bilan définitif est le suivant : Une quinzaine d'ennemis tués et 19 prisonniers.
Les TD du 2e peloton pendant ce temps, progressent sur la route, au moment de franchir le pont, un Panzer IV débouche dans le village à 250 mètres. Il tire en même temps que le "Morse" L'allemand prend feu aussitôt, touché en pleine tourelle. Son projectile tombe à 50 mètres à gauche du "Morse". Le pont de Vacqueville que les sapeurs déminent, saute malencontreusement. Le ruisseau est alors comblé avec des fagots par l'Aspirant Maymil, son équipe, des sapeurs, des hommes des chars sous le regard du général Leclerc. Les chars passent. Le village est nettoyé avant la nuit. Mais Xermamont et Vacqueville recevront encore de nombreux obus.
3e peloton. - Pendant qu'un groupe de TD reste en DCB sur la route de Montigny, le 2e groupe "Albatros Vautour ", conduits par l'Aspirant Laforest participe à une reconnaissance sur Montigny. Dures réactions d'artillerie allemande. Cependant le "Vautour" détruit un canon de 88 Pak et un blockhaus.
En fin de journée, le groupe s'installe à la cote 523 au-dessus de Montigny, pendant que le groupe "Epervier Milan" se déplace sur Mignéville.
Reste de l'Escadron.  En réserve du GTV à la ferme du Pont avec comme renfort :
1 section de Sherman ;
1 peloton de Spahis ;
2 pelotons du 4e Escadron du RBFM.
Pluie, bombardement par 150, et pas de toit. Un accident terrible a lieu dans la soirée. Les 2 motards, Bientz et Baheux, venant de Vathiménil, devaient rejoindre l'Escadron dans la soirée. Probablement par suite d'une erreur de parcours, ils traversent Montigny et reprennent la grande route menant à la Ferme du Pont.
Ils sautent simultanément sur des mines et sont tués tous les deux.

 

2 et 3 novembre 1944

Même situation de l'Escadron.
Le 3e peloton est regroupé au sous-groupement C, route de Montigny. Bombardements constants par 150, mortiers, et trains bleus sur Xermamont (peloton porté) et Vacqueville, Les Carrières (2e peloton). Le Maître Huguet est blessé.
Bombardements intermittents par par des canons de 150mm sur la route de Montigny (3e peloton) et la Ferme du Pont (PHR et 1er Peloton).

 

4 et 16 novembre 1944

L'Escadron entier est regroupé, en réserve du GTV à Brouville. Chaque peloton de TD passe 4 jours sur la toute de Montigny, dans une boue gluante et épaisse, et sous un bombardement intermittent.
Dans la nuit du 12 au 13 novembre 1944, 8 TD de l'Escadron participent de Reherrey à une préparation d'artillerie en vue d'une attaque de 2 divisions d'infanterie américaines.

 

Des Vosges à Strasbourg

 

17 novembre 1944

Alors que nous croyons les opérations arrêtées temporairement pour le GTV, nous recevons dans la matinée l'ordre d'envoyer immédiatement un peloton de TD aux ordres du Sous-Groupement La Horieà Badonviller. Badonviller pris, la chose est étonnante et imprévue, mais rien ne surprend plus dès qu'il s'agit du Lieutenant Colonel De La Horie.
Le 1er peloton mis en alerte en une heure part rapidement pour Badonviller, sous les ordres de l'Aspirant Royer. Les lisières de Badonviller sont encore occupées et un 88 Pak tire, du Sud, tous les véhicules qui passent au passage à niveau. Après liaison avec le Colonel de La Horie, l'Aspirant Royer place le "Jaguar" et en quelques coups de canon, le 88 est rendu silencieux. Le 1er peloton passe la nuit à Badonviller.
Reste de l'Escadron. ? Rallie Badonviller à la tombée de la nuit. Reste en réserve. Bombardement par gros calibre toute la nuit.

Le Milan - 3e Peloton.

 

18 novembre 1944

Le Lieutenant-colonel de la Horie, Commandant le Sous-Groupement et ancien instructeur du RBFM, est tué d'un éclat aux carrières de Bréménil.
1er peloton. - Le Lieutenant Colonel Putz prend le Commandement du sous groupement H. Le 1er peloton rejoint Bréménil à la fin de la matinée, en vue de l'attaque sur Petitmont.
Au débouché de Bréménil, l'Aspirant Royer fait une reconnaissance à pied le long de la route et aperçoit un antichars à 200 mètres. Il fait reconnaître l'anti-char par Arrieux, le tireur du "Lynx", puis met le char en route. Au premier virage l'anti-char tire et touche le "Lynx" au-dessus de la chenille gauche. Arrieux prend une ou deux secondes et fait but du 1er coup. La route est libre jusqu'aux lisières suivantes situées à 1000 ou 1500 mètres. II y a quelques blockhaus de mitrailleuses et une compagnie de cyclistes. Les TD et les chars présents tirent sur tout ce qu'ils voient et ont vite fait de nettoyer la place. Le Maître Le Berre et son groupe escorté de quelques marins de la protection dont Kleinlein, réduit une casemate et fait des prisonniers. L'arrivée sur Petitmont est plus difficile. Un antichar remarquablement camouflé détruit en quelques secondes un Sherman et 2 half-track d'infanterie. Les TD ont pu se déployer cependant à la sortie de la forêt. Ils ouvrent le feu sur l'antichar et s'ils ne le touchent pas, tuent cependant les servants. Enfin une chenillette montre son toit dans un chemin creux. Le "Lynx" termine sa journée en la détruisant. Le 1er peloton passe la nuit en défensive à Petitmont, qui a été enfin occupé.
Le reste de l'Escadron passe la journée à Badonviller, aux diverses issues, en défensive. Bombardements intermittents par gros calibre.
A la fin de l'après-midi rallie Bréménil, la nuit est passée en défensive face à Anglemont (3e peloton) et à Petitmont (2e peloton), bombardement léger.

 

19 novembre 1944

1er peloton. - Après une nuit calme que le "Lynx" et le "Lion" passent à dépanner des véhicules embourbés, à l'entrée de Petitmont, le peloton part, accompagné d'une section du Tchad pour Cirey déjà occupé, il s'agit de nettoyage. Et dans l'après-midi sont capturés intacts :
12 canons de 20 Flak ;
3 canons de 75 Pak abandonnés près du passage à niveau de Cirey.
2e Peloton. - Est mis dans la matinée aux ordres du détachement DA (3e escadron Spahis).
Mission : Occuper Bertrambois en suivant l'itinéraire Val et Châtillon, Cirey, Bertrambois. Le début se passe sans mal. Arrivé à Bertrambois le détachement trouve un pont sauté ; pendant que le génie travaille à le refaire, des antichars prennent à partie des lisières situées à 1000 mètres, le camion "Brockway" et les sapeurs. Le "Souffleur" met hors de combat un automoteur en 3 coups de canon, et d'autres armes légères. Le pont est construit, Bertrainbois occupé, et il est fait de très nombreux prisonniers. Le 2e Peloton passe la nuit en défensive à Bertrambois.
Reste de l'Escadron. - Est chargé en liaison avec la 12e compagnie du Tchad (compagnie FFI) d'assurer la défense de Petitmont et Val et Châtillon. Rien à signaler, si ce n'est qu'au cours d'une manœuvre le "Vautour" chavire et se renverse dans un ruisseau. Pas de mal, l'Aspirant Laforest, Roch et son équipage, quelques hommes de protection, aidé de l'Aspirant Hoff et de ses deux chars Recovery travailleront 3 jours. La situation est rendue dangereuse par la présence à moins de 800 mètres d'un groupe d'allemands isolés, qui reprennent du poil chaque jour et réussissent même à mettre en batterie un petit canon. Mais rien ne se passe et le "Vautour" sera ramené à l'atelier presque intact.
Au cours d'une reconnaissance vers le Château de Châtillon, l'Enseigne de Vaisseau Barnaud et son peloton tiraillent sur des isolés, font 1 prisonnier, manquent de peu un Colonel, mais capturent 3 magnifiques mortiers de 105 montés sur pneus avec accessoires et munitions. Nuit calme.

 

20 novembre 1944

1er peloton. - Reste à Cirey, mais passe au sous-groupement Putz.
2e peloton. - Après une journée calme passée à Bertrambois, fait mouvement à 22h00 avec le détachement DA par l'itinéraire Lafrimbolle, Eigenthal, Walsheid, Sitiford, 3 Fontaines.
Une colonne de la division est arrêtée, le détachement la double, phares allumés car la nuit est noire et il pleut et ainsi est atteint vers 01h30 le carrefour de la ferme Rethal, occupé par les allemands. Ceux-ci ne prennent même pas le temps de finir leur repas qu'ils laissent sur la table.
Au matin beaucoup se feront faire prisonniers.
Reste de l'Escadron. - Mêmes positions à Val et Châtillon.

 

21 novembre 1944

1er peloton. - Traverse les Vosges par le Col du Dabo en compagnie du sous groupement Putz par Lafrinbolle, St-Quirin, Eigenthal, Walsheid, Sitifort.
Le "Lion" s'embourbe avant Birkenwald et dans la nuit Haret est écrasé par un char. Le peloton passe la nuit en défensive à Allenwiller.
2e peloton. - Finit la traversée du col du Dabo et s'installe à Salenthal.
Reste de l'Escadron. - Traverse le Dabo avec le sous-groupement H. (commandé par le Chef de Bataillon Debray) et passe la nuit à Birkenwald.


ORDRE DE BATAILLE DU 2e ESCADRON

Groupe de Commandement et peloton hors rang.
L V Guillon, Commandant l'Escadron.
Premier-maître Fusilier Le Menn, Commandant le PHR (Premier-maître Canonnier Gabillard à partir du 20 novembre 1944).
Maître Mécanicien Diserbo, chef du dépannage.
Second Maître commis Pascual, chargé des vivres.
Second Maître Fusilier Hervé, chef de l'automitrailleuse "Canard".

1er peloton de Tank Destroyer.
E.V. Hinden, Chef de peloton.
Aspirant de Cavalerie Royer, Adjoint au chef de peloton.
Maître Torpilleur Le Berre, adjoint.
Second Maître Canonnier Dantec, chef du "Léopard" (Second Maître Mécanicien Caraes à partir de janvier).
Second Maître Canonnier Colloch, chef du Lion. (Second Maître Armurier Guegan à partir d'octobre).
Second Maître Fusilier Tringat, chef du Jaguar.
Second Maître Torpilleur Etesse, chef du Lynx.
Quartier-maître Chef Electricien Danguel, chef de l'automitrailleuse "Panthère".

2e peloton de Tank Destroyer.
E V  Bernard, Chef de peloton (EV Gelinet à partir de Paris).
Aspirant de Cavalerie Maymil, adjoint au chef de peloton.
Maître Electricien Monnier, adjoint.
Second Maître Mécanicien Huguet, chef du "Morse". (Second Maître Fusilier Devaux à partir de Vacqueville).
Quartier-maître Chef Chauffeur Belfils, chef du "Phoque".
Second Maître Fusilier Slomsky, chef du "Marsouin".
Second Maître Electricien LeGoff, chef du "Souffleur".
Quartier-maître Chef Électricien Milet, chef de l'automitrailleuse "Requin".

3e peloton de Tank Destroyer.
E.V. Barnaud, chef de peloton.
Aspirant de Cavalerie Laforest, adjoint au chef de peloton.
Maître Canonnier Le Barbu, adjoint.
4 Tanks Destroyer Léopard, Lynx, Lion (puis, Lion II), Jaguar.

2e peloton.
Jeep "Arc-en-ciel" (puis Ondine).
Automitrailleuse "Requin".
4 Jeeps de protection  La Murène, La Sardine (puis La Méduse), La Girelle, Le Rouget.
Dodge "Le Congre".
4 Tanks Destroyer "Marsouin" (puis Marsouin II"), "Souffleur" (puis Souffleur II), Morse, Phoque (puis  Phoque II).


3e peloton.
Jeep Alouette (puis Alouette II).
Automitrailleuse Aigle.
4 Jeeps protection Fauvette (puis Fauvette II), Aigrette (puis Aigrette II), Bergeronnette, Mouette.
Dodge Pélican.
4 Tanks Destroyer Epervier, Milan, Albatros, Vautour.

1er ESCADRON
PELOTON A.M.
M 8 BEAUPRE 90536                                            M 8 FORBAN 90534
M 8 HUNIER 90537                                              M 8 FORBAN II L1015015
M 8 ASPIRANT DE SAZILLY                                   M 8 BOUCANNIER 90535
M 8 FLIBUSTIER 90538                                         M 8 BOUCANNIER II L1015025
M 8 PIRATE 90533

1er PELOTON :
M 20 NID DE PIE 90506                                         M 10 FOUDRE 95288 Sd-Mtre GOUIL
M 8 L. V. VASSAL                                                 M 10 TONNERRE 95289 Sd-Mtre VERNIER
M 10 FLAMME 95287 Sd-Mtre CAMPORIO                 M 10 ECLAIR 95290 Sd-Mtre SELLIN

2e PELOTON :
M 10 TOURVILLE 96370                                        M 10 SUFFREN 96371 Mtre LEPIL
 

3e ESCADRON
M 20 MONTCALM 90502

1er PELOTON :
M 20 LE TRIOMPHANT 90510
M 10 AUDACIEUX 420091 Sd-Mtre METE
M 10 LE TERRIBLE 420194 Sd-Mtre VEZ détruit à Strasbourg le 23 novembre 1944
M 10 LE TERRIBLE II 96368
M 10 LE MALIN Sd-Mtre DELAFOSSE détruit le 29 septembre 1944
M 10 LE MALIN II 95284
M 10 LE FANTASQUE Pr-Mtre DENNIEL détruit à Strasbourg le 23 novembre 1944
M 10 LE FANTASQUE II 96369

2e PELOTON
M 20 LE VENGEUR 90511 Mtre LE GENTIL
M 10 FLIBUSTIER 420094 Sd-Mtre CALVEZ détruit à Royan le 15 avril 1945
M 10 FLIBUSTIER II
M 10 CORSAIRE 420095 Sd-Mtre CHANARD
M 10 MAMELUCK 420135
M 10 LANSQUENET 420200

3e PELOTON
M 20 LORRAINE 90512 Sd-Mtre MERHNI
M 10 RICHELIEU 420094 Sd-Mtre FRANCHESCHINI
M 10 RICHELIEU II 95276 Sd-Mtre FRANCHESCHINI
M 10 DUNKERQUE 420097 Sd-Mtre CAJA
M 10 JEAN BART 420098 Sd-Mtre PASSAQUET
M 10 STRASBOURG 432618 Sd-Mtre LE ROUX

4e ESCADRON
M 20 L'INDOMPTABLE 90504

1er PELOTON
M 20 LE TONNANT 90513 Sd-Mtre BEDIOT
M 10 ORAGE 420137
M 10 BOURRASQUE 420139 Sd-Mtre DOUARD
M 10 TEMPETE 420141
M 10 OURAGAN 420190 Sd-Mtre BOUTEILLE

2e PELOTON
M 20 LA LIONNE 90154                                   M 10 TORNADE 420144 Sd-Mtre GELINET
M 20 LA LIONNE II L1015026                           M 10 TRAMONTANE 420156 Sd-Mtre MAREC
M 10 TYPHON 420140                                    M 10 TROMBE 420203
  
3e PELOTON
M 20 L'IMPETUEUSE 90515 Mtre HUREL
M 10 SIROCO 420154 Sd-Mtre KROKENBERGER
M 10 CYCLONE 420155 Sd-Mtre LE MORVAN détruit près de Vittel le 12 septembre 1944
M 10 CYCLONE II 94280 Sd-Mtre LE MORVAN
M 10 SIMOUN 420157 Sd-Mtre QUINIOU
M 10 MISTRAL 420158 Sd-Mtre LYONS détruit le 6 février 1945
M 10 MISTRAL II Sd-Mtre LYONS

 

PERTES INFLIGEES A L'ENNEMI PAR LE 2e ESCADRON DU RBFM.

Chars détruits dans notre région.
1 Mark IV : Morse : Vacqueville 1er novembre 1944.
2 Panther : Morse : Anglemont 1er octobre 1944 ; Lynx : Montigny 31 octobre 1944.
1 automoteur 88 : Souffleur, Bertrambois 19 novembre 1944.


Chars détruits non confirmés.
2 MARK IV : Marsouin, phoque, Anglemont 1er octobre 1944.


Canons détruits.
4 Canons 88 PAK; Lynx : Hablainville 31 octobre 1944 ; Jaguar : Pettonville 31 octobre 1944 ; Vautour : Montigny 1er novembre 1944 ; Jaguar : Badonviller 17 novembre 1944 ;
2 Canons 75 : Lynx : Bréménil 18 novembre 1944 ; Premier Peloton : Petitmont 18 novembre 1944.


Canons divers.
1 Canon 37 PAK : Jaguar : Vacqueville 1er novembre 1944.

Véhicules de combats détruits.
1 Chenillette : 1 par Lynx : Bréménil 18 novembre 1944.

Véhicules divers détruits

1 autocar.
17 camions. 10 VL et divers.
Matériel capturé (en collaboration avec d'autres armes de la 2e DB).
40 véhicules divers ; 1 millier d'armes individuelles ;
10 tonnes de munitions ; Neuilly 25 août 1944.
12 Canons de 20 FLAK : 3 canons de 75 PAK.
1er peloton, Cirey 19 novembre 1944.
3 canons de 105 sur roues : 3e Peloton seul ; Val et Châtillon 19 novembre 1944.


Prisonniers capturés.
950 par le 2e Escadron seul.
1.700 par le 2e Escadron en collaboration avec d'autres armes de la 2e DB.

Pertes subies par le  2e Escadron du RBFM.

Personnel.
21 tués (dont 2 Officiers).
38 blessés (dont 2 Officiers).
2 disparus (le Quartier-maître fusilier Rayer, prisonnier, a été libéré).

Matériel.
4 chars détruits (Lion, Marsouin, Souffleur, Phoque).
3 Jeeps détruites.

Second Maître électricien Sparfel, chef de l' Epervier.
Quartier-maître chef Canonnier Roch, chef du "Vautour.
Second Maître Fusilier Combeau, chef de l'Albatros.
Second Maître Torpilleur Lebreton, chef du "Milan. (Second Maître Mécanicien Castor à partir d'Ecouché).
Quartier-Maître chef électricien Le Brouder, chef de l'automitrailleuse Aigle)

Véhicules du 2e Escadron

Groupe de commandement.
Jeep "=Joyeuse. Automitrailleuse "Canard. Motos Zozo etLa Rafale.

Peloton hors rang.
Jeep dépannageLa Mouette (puisLa Tourterelle). Half-track dépannage Le Héron. Dodge Atelier Cormoran. Dodge vivresLa Goele". DodgeLa Chouette.

1er peloton.
Jeep "Minet. Automitrailleuse Panthère. 4 Jeeps de protection Raminagrobis, Chat Botté, Angora, Siamois (puis Ocelot). Dodge "Puma.

 

AMM8 en position - octobre 1944.

 

Jeep étonnante du RBFM : position du support de radio peu commune, panier arrière et pneu avant droit non réglementaire.

 

Une automitrailleuse M20 du RBFM à Clézantaine.

 

Une jeep de protection ouvrant la route à 3 TD.

 

Le lieutenant de vaisseau Philippe de Gaulle.

 

Baccarat.

 

Liste des pertes au sein du RBFM.

 

Quartier-maître

COUSIN Rémy

Suriauville Vosges

14 septembre 1944

 

Quartier-maître

CONAN Georges

Vittel - Vosges

20 septembre 1944

 

Aumônier

SIBILLE Jean

Flin

20 septembre 1944

datée au 21 sept 1944

Matelot

COZIC Guy

Damas aux Bois

22 septembre 1944

 

Matelot

TEBTI Sahnoun (TABETTI)

Roville aux Chênes

30 septembre 1944

 

Matelot

VOLELLI Antoine (VOLIELI)

Roville aux Chênes  

30 septembre 1944

 

Matelot

SCOTTO Ange

Menil-Flin  

 24 octobre 1944

 

Matelot

ANDRE Marcel

Baccarat

 31 octobre 1944

Jeep détruite par  mines antichars

Quartier-maître

TRUCHOT Georges

Vacqueville

1 novembre 1944

 

Matelot

LUCCHESI François

Xermamont  

1 novembre 1944

 

Quartier-maître

BIENTZ Oscar

Montigny  

1 novembre 1944

 

Quartier-maître

BAHEUX André

Montigny      

1 novembre 1944

 

Lt Colonel

Dela HORIE

Badonviller  

18 novembre 1944

instructeur du RBFM

Second maître

CAJA José

Sarrebourg -

20 novembre 1944

15/11/1944 à Sarraltroff

Matelot

GRILLET Marcel

Cirey sur Vezouze

20 novembre 1944

 

 

JOURNAL DE BORD 2e DB
(du 15 septembre au 21 novembre 1944)

par Vincent Lacoin

 

 

Régiment Blindé de Fusiliers Marins.
3e Escadron.
2e Peloton.

Vendredi 15 septembre 1944

Repos à Esley.
Départ 19h00 pour St Baslemont. Bivouac.

 

Samedi 16 septembre 1944  

Patrouille du peloton + protection Vilarem dans bois S. St Baslemont. Expédition sur Bleurville.
(Histoire des valides et de le remorque).
Darney, Mattaincourt. Installation à Velotte.

 

Dimanche 17 septembre 1944  

Messe à Velotte.
Départ 15h00 pour Cugney (EM.GTV).
Diner avec Vivier et Sivry chez Gal Billote.

 

Lundi 18 septembre 1944  

Bivouac à Cugney (GTV).
Formation avec Pon Hanotin (Spahis).
Soir filé à Nomexy en réserve.

 

 Mardi 19 septembre 1944

Entrée dans Moyen par pont miné surla Mortagne. Lechar du Cdt Rouvillois saute après notre passage.

Installé bivouac défensif.
Corsaire gardant route Gerbeviller, Fraimbois ramasse, la nuit tombée, 3 voitures légères allemandes avec leurs occupants : 2 d'entre eux se sauvent. Une Renault, un Tatra Tchèque, une Auto Union avec un important matériel radio.
Touché remplaçant Gassis : Guesnet q.m. électricien.

 

Mercredi 20 septembre 1944  

Bivouac sortie Nord de Moyen. Patrouille lisière bois entre Fraimbois et Moyen.
Affaire de Flin. Mort du Père Sibille.
Fait un prisonnier le matin (Conducteur de l'Auto Union.)

 

Kubelwagen de prise du père Sibille, aumônier du RBFM
Ce véhicule est rebaptisé "Notre Dame d'Afrique"

 

Jeudi 21 septembre 1944

Toujours à Moyen.
Moretti sous les obus à Flin.

 

Vendredi 22 septembre 1944  

Départ de Moyen avec S/GRT Rouvillois. Perdu Prosper. Passé l'après-midi à la maison Forestière sur la rive gauche pendant le passage de la rivière.
Passage vers 18h00 par un gué le long du pont avec les chars seulement. L'AM rejoint peu après.
Bouchon à Ménil Flin vers route de Chènevières.
Nuit sur la route.

 

Samedi 23 septembre 1944

Entrée au S/GRT Quilichini avec le Capitaine Noël des Cuirs.
Attaque sur Laronxe et St Clément dans la matinée.
Installation sortie Laronxe sous pluie énorme.
Patrouilles Forêt de Mondon : 1 prisonnier.
Vers 16h00, départ pour Thiebauménil pris par Colonne Boussion.
Bouchon vers Bénaménil.
Patrouille : 4 prisonniers. Je blesse un boche avec ma mitraillette : bras et jambe cassés. Pluie toute la nuit.

 

Dimanche 24 septembre 1944  

Sous la pluie et les mortiers à Benaménil. Aucun blessé.

Lieutenant-colonel Robert Quilichini
Il commande le 1er Bataillon du RMT

 

Lundi 25 septembre 1944

12h00 : Convoqué au PC Quilichini. Attaque insensée projetée vers Manonviller : objectif Fort de Manonviller.
14h00 : Prise du carrefour vers Manonviller. Aller en jeep à Benaménil vide d’allemands et de français.
Envoyé Sivry qui est attaqué et voir arriver chars Rouvillois.
Pendant ce temps on s'achemine dans l'euphorie vers le pont de Manonviller. J'avais fait une reconnaissance à pied, la veille, et signalé que le pont était détruit...
Coups de fusils dans les bois le long de la route. Des blessés.
Les chars s'enlisent le long de la route. Antichars ennemis ouvrent le feu. Noël blessé. Ordre de repli couvert par les TD.
Recovery et chars des Cuirs en feu. Les chars des Cuirs s'enlisent, on les remorque. Pluie de mortier, 88, perforants des chars ennemis accourus à la crête. On s'en tire miraculeusement.
Je suis renversé par un char des Cuirs. Bivouac à Thiebauménil sur position de départ.

 

Mardi 26 septembre 1944

A Thiebauménil, quelques obus ennemis.

 

Mercredi 27 septembre 1944  

LV Bonnet arrive pour faire avec moi et les chars une nouvelle attaque qui est remise.
Mise au repos vers 20 h à Chènevières.

 

Jeudi 27 septembre 1944  (c'est en fait le jeudi 28 septembre)

Repos à Chènevières.
Entretien du matériel et du personnel.
Arrivée des premières croix de guerre : De Sivry, Blanco, Malherbe.

 

Vendredi 29 septembre 1944

Repos à Chènevières.
Installé radio allemande sur l'AM.

 

Du samedi 30 septembre au mercredi 18 octobre 1944  

Toujours semi repos à Chenevières.
On parle de permissions.
Patrouilles de jour et de nuit en forêt de Mondon.
Les Citations de Champlan arrivent. Fait des propositions pour Valois et Moyen.
Visite des 1000 miles pour les chars.
Dufour : Petite rechute, soigné à Besançon, revient aussitôt.
Prosper rejoint avec le Lansquenet.
Débarquement de Gassis remplacé par Guesnet.
Le Cloarec : 30 jours de prison pour une cuite à St Nicolas.

Vers le 15 octobre 1944, un dimanche Bazin et Garnier se promenant sans autorisation sur la moto récupérée de Garnier font une chute : Bazin (œil crevé), Garnier (doigt coupé). Tous deux débarqués avec 30 jours.
Arrivée des premières lettres de province. Reçu par Paris les premières lettres du S.O.

 

Lundi 30 octobre 1944  

L'après-midi, fait mouvement sur Flin.
Passé la nuit dans le fossé à l'entrée du village.

 

Mardi 31 octobre 1944  

Attaque de Baccarat dans le Grt. Quilichini aux ordres du Capitaine Noël. Grosse préparation d'artillerie vers 8h00.
Attaque derrière Grt Rouvillois.

Traversé forêt de Mondon, ferme du Haut de la Gardeoù l'on quitte le Layon pour prendre à travers champs. On a mis les crampons aux chars.
Perdu les jeeps et le Dodge dans la boue et filé avec les chars sur Azerailles où l'on entre sans coup férir, une compagnie allemande prisonnière.
Petite reconnaissance avec le Corsaire le long de la voie ferrée vers Baccarat.
Pris route de Brouville. Resté environ trois heures arrêté au carrefour d'où l'on domine toute la bataille.

Vers 15h00, filé sur Brouville, Merviller où le S.Grt. Quilichini s'installe.
Parti aussitôt sur Baccarat aux ordres du Cne Joubert avec groupe Leroux. Rencontré à l'entrée de Baccarat Cne Bonnet du S/Grt Rouvillois qui voyant que Joubert ne veut pas attaquer Baccarat avant le lendemain, y pénètre et occupe la ville.
Couché à l'entrée de Baccarat sur la route de Merviller.
Froid vif, gros bombardement boche sur la patte d'oie d'entrée à Baccarat.
Au PC du Cdt Rouvillois, dans une cave, vu mon conducteur, Marcel André, détaché aux ordres du Cdt Laferrière et qui repartant sur Gélacourt saute dans la nuit sur des mines antichars. Jeep détruite, André meurt pendant le transport à Flin où les prêtres du séminaire l'enterrent sous le n° 17.

 

Mercredi 1er novembre 1944  

Reformé le peloton à Merviller.
Vers le 4 novembre 1944, rallié l'escadron qui s'installe à Baccarat au repos.

 

Du samedi 4 au samedi 11 novembre 1944  

Au repos à Baccarat.
Achats à la Cristallerie, achat de plats de Faïence à St Clément avec d'Hauteville.
Départs Sporadiques en permission.

 

Du samedi 11 au lundi 20 novembre 1944  

Permission à Paris en jeep avec Terral, Schuster.

 

Lundi 20 novembre 1944  

Au petit jour reparti en jeep pour Baccarat. Arrivé à Baccarat vers 16h00. Vu le Cdt. La division est repartie à l'attaque vers Sarrebourg. Le Cdt deLa Horiea été tué à Badonviller.

 

Le lieutenant-colonel deLa Horieavec le capitaine Branet

 

On me signale le PC du GTD à St Georges où la jeep arrive en pleine nuit.
Couché dans les platras d'une maison démolie.

 

Mardi 21 novembre 1944  

Au jour, filé sur Sarrebourg, Lorquin, Imlingen. Un seul pont reste sur le canal de la Marneau Rhin. Accueil enthousiaste à Sarrebourg où les américains patrouillent dans les rues en ramassant des prisonniers.
Foncé sur Saaraltdorf, Görlingen et Rauweiler où je rencontre le peloton Josse en tête de l'attaque avec le S/Grt Rouvillois.
Attendu mon peloton à Rauviller. Corsaire en panne reste là pendant que nous progressons.
Mon peloton est en réserve derrière avec S/Grt Didelot et le Capitaine Bonnet. Peloton d'Hauteville est avec S/Grt Quilichini et attaque sur Phalsbourg.
Couché chez un allemand (luxueux, confort) à Sieweiler sur la route Phalsbourg - Sarre Union.
Dans la soirée, Rouvillois a pris Lützelstein (La Petite Pierre) clef du passage des Vosges.