La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

Bataille de Dompaire, par Robert Wasson

Robert WASSON, tué à BOCQUEGNEY.
Texte et images de O. GERARDIN

Voici le texte lu par votre serviteur et ami de la 2e DB lors de la cérémonie du 14.09.2003 à Bocquegney.

"14.09.2003 - 15.09.1944 quasi 59 ans jour pour jour que Bocquegney était libéré par la 2e DB du général Leclerc. Mais cette libération coûta la vie à Robert Wasson. Il était l'un des 5 membres d'équipage du char Argonne et n'eut pas la chance de s'en sortir comme ses 4 autres camarades. A travers ce petit récit, je vais vous faire revivre la dernière journée du char Argonne détruit ici à Bocquegney et de ses occupants.

 

Vendredi 15 septembre 1944

la 2e DB se trouve positionnée entre :
- Vittel avec le colonel Dio.
- Dompaire et ses environs avec le colonel De Langlade et qui vient avec le cdt Massu de livrer une épique bataille de chars. D'ailleurs, les allemands se replient en désordre sur Epinal.
- Et Hymont avec le colonel Billotte. C'est donc de là que nous allons partir. Billotte confie à l'un de ses officiers le Cdt De La Horie qui a passé la nuit à Velotte et Tatignecourt d'occuper Nomexy, de constituer une tête de pont à Châtel (ce serait ainsi la première pointe alliée à l'Ouest de la Moselle). Pour ce faire (les anciens se reconnaîtront), il lui laisse la 9e cie du 3e RMT, des éléments du 13e Bataillon de Génie, du 3e RMSM, des chars de 105 mm et la 3e cie du 501e RCC du capitaine Branet, qui ne possède plus dans sa cie que 9 chars sur 17 dont le sien l'Argonne, les autres détruits dans les engagements antérieurs n'ont pas été encore remplacés.

2eDB

Photo du char Argonne en sept .44, prise par Mme veuve WASSON.

L'itinéraire est Mattaincourt, Aheville, Jorxey, Gugney aux Aulx, Bettegney St Brice. A 8h00 précise, le capitaine Branet se met en marche depuis Hymont. Il est envoyé en éclaireur à Châtel mais sans son char Argonne que De La Horie conserve et confie au Sgt Wilkins).

Pendant ce temps, De La Horie évolue plus lentement en arrière avec le gros de la troupe. Un regroupement s'effectue d'ailleurs à Aheville à 08h45.
Vers 10h45, un messager de l'E-M porte un message pour De La Horie,
mission : constituer une petite colonne et se porter plus au Sud, harceler les flancs de l'ennemi qui oppose une violente résistance à Dompaire.

Arrêt de 11h00 à midi entre Bettegney St Brice et Nomexy. Quelques obus allemands tombent à côté de la colonne. A midi, De La Horie (qui se fera tuer plus tard à Badonviller) se porte à l'entrée Ouest de Nomexy en surveillance. Vers 14h00, le commandant De La Horie part pour Bocquegney avec neuf chars dont l'Argonne, trois chars 105, une section d'infanterie, une batterie d'artillerie américaine. La colonne avance rapidement par les petits chemins : Nomexy, St-Vallier, Bouxières aux Bois, où deux automitrailleuses allemandes sont passées trois quart d'heure plus tôt. L'artillerie de la colonne se déploie et s'installe à Virine. Le reste pousse jusqu'au croisement de routes et aux lisières des bois situé à 1 km au Nord-Ouest de Bocquegney (poteau de Circourt), il est 14h50.
Trois chars (dont l'Argonne) et un Half-track d'infanterie atteignent leur objectif c'est à dire la crête au Sud qui domine Bocquegney et sont placés en surveillance. Le plus grand calme règne dans le secteur, c'est d'ailleurs trop calme, quand quelques projectiles viennent couper les branches au-dessus des têtes du cdt De La Horie et du Capitaine Dronne restés au carrefour. Pas d'explosion, il semble que les coups viennent de par derrière, du côté de Virine.
Pendant ce temps, l'artillerie de De Langlade à Dompaire tire sur les bois au Sud de Darnieulles, des fantassins allemands en sortent en courant : L'Argonne tirent sur eux à coup de 75 explosifs.

2eDB

Photo de la plaque à Robert Wasson aide pilote du char Argonne 501e RCC section de commandement 3e compagnie. Char du Capitaine Branet.

A 15h50 exactement l'équipage du char Argonne, de la 3e compagnie du 501e RCC, entend un bruit extraordinaire, qu'il ne s'explique pas : c'est en fait un obus perforant qui vient de rebondir sur le blindage. Jourdain, le conducteur s'en aperçoit, veut mettre en marche arrière, Trop tard, un deuxième obus atteint le char. Argonne est trop avancé sur la crête et flambe aussitôt. Il a été tiré par un antichar allemand de 88 placé au bois des taons qui se replie en débandade depuis Dompaire.
Les hommes du sergent Pujol, Manu Lopez de son char La Marne ont tout vu et se portent au secours de l'équipage qui commence à brûler, des villageois viendront également. (Manu Lopez devait être là aujourd'hui mais des problèmes de santé l'ont retenu à Lyon).
Les trappes du char ont été endommagées par le feu ennemi, et le " trou de l'homme " inefficace, le char est enlisé dans la boue. Jourdain le pilote a en effet tout tenté pour sauver le char malgré sa position à couvert.

Le Sherman commence à exploser. 1 indemne et 3 brûlés sont extirpés péniblement grâce à une tranchée creusée sous le char pour accéder au trou de l'homme, reste un 5e homme, le 2e classe Robert Wasson tué sur le coup qui faute de ne pouvoir être retiré à temps du char, brûlera à l'intérieur. Les blessés sont chargés sur le half-track du sergent Pujol et évacué à toute vitesse sur une ambulance qui est derrière.
Le chef de char était ce jour là en remplacement du capitaine Branet, le Sgt Wilkins blessé, pilote Jourdain dit le rouquin blessé, tireur Gosselain blessé, radio chargeur Ringenbach André, indemne, qui repartira remplacer le radio chargeur du char Hartmannswillerkopf, tué à Remoncourt deux jours plus tôt. Il ne du son salut qu'au fait que quelques instants avant l'attaque, il venait de sortir de l'Argonne pour aller chercher une bricole dans son paquetage et aide-pilote Robert Wasson, tué.

Pas d'autres renseignements sur l'ennemi, plus d'ordre, c'est le vague. Ne connaissant pas les forces ennemies en présence à Bocquegney, il est envisagé d'attaquer le village, mais à 16h00, un messager donnera pour ordre de prendre un axe Mazelay - Fomerey -Darnieulles, où la colonne se fera accrochée par des mortiers allemands à Gigney.
Le périple continuera via Châtel - Baccarat -Badonviller - Dabo- Saverne et Strasbourg.

Un homme de 22 ans : Robert Wasson s'était engagé 3 semaines plus tôt à Paris. Il a laissé ici sa vie, une jeune veuve (marié depuis 9 mois) et des parents seuls puisque fils unique. Originaire de Candry (Nord), il prend part au maquis mais poursuivit par le STO, il revient à Paris où sont ses parents. Il veut faire alors son service militaire et pense qu'en s'engageant dans la 2e DB, la chose sera faite. Il espère aussi ne pas être trop éloigné de sa jeune épouse. Il en sera autrement et paradoxe sa classe sera exemptée de service militaire. Il fut tout d'abord inhumé au cimetière d'Hennecourt puis exhumé rapidement par sa veuve et ses parents à Neuilly. Alors lui et combien d'autres ont combattu avec courage, voir jusqu'à sacrifié leur vie pour notre liberté.

 

" SOUVENONS NOUS "