La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

4e Division Blindée - Nov. 1944

1er au 7 novembre 1944.

Comme il n'y a rien de spécial depuis le début du mois, à part les permissions et les exercices.

 

8 novembre 1944.

 Je reprends à partir de ce jour. Le commandant de la division s'entretient avec le chef d'état-major et quelques officiers sur les opérations de dernières minutes avant l'attaque. Il semble évident que l'attaque de la 3e Armée vient de débuter par un puissant tir d'artillerie, et il y a beaucoup de bombardiers qui passent au-dessus de nos têtes. Notre artillerie se met en place pour entrer en action qui est imminente. Les officiers de toutes les unités donnent les dernières instructions et l'orientation finale à toutes les troupes. L'objectif prioritaire est fixé sur Morhange, mais d'autres priorités pouvaient être prises à tout instant.

 

 

9 novembre 1944.

A 0h45 le CCB de la 4e DB quitte les environs de Haraucourt pour passer à l'action avec la 35e DI. Il est composé des unités suivantes, le 8e Tank Bat, 51e Armored Inf Bat, 22e Armored Field Art Bat, 177e Field Art Group, 253e FA Bat, 179e FA Bat, Compagnie C, 53e Armored Inf Bn, Compagnie A 704e Tank Destroyer Bn, Compagnie C, 37e Tank Bn, 24(2), Compagnie B, 126e Ord Main Bn, Compagnie B/46e, Compagnie C/489e, Compagnie C, 25e Cavalerie Reco Sq et une section du 995e FA Bn. Ce large éventail d'attaque fut plus tard divisé en deux colonnes.
Une sur la gauche, commandée par le major Churchill et l'autre sur la droite par le major Maybach. L'avancée s'engage progressivement, à travers le secteur de la 35e DI, entraînant les colonnes dans les villages d’Erbéviller, Mazerulles, Aboncourt, et Manhoué. A cet endroit la colonne se sépare, la colonne de gauche prend la direction de Malaucourt et celle de droite fonce vers Jallaucourt.

L'infanterie amie, le 137e Régiment de la 35e Division Infanterie entre en contact avec l'ennemi qui se trouve encore terré dans ces deux villages; Nos forces s'emparent de ces deux places sans rencontrer une forte opposition. Après la prise de ces dernières, la colonne de gauche prend la direction de Lenoncourt, tandis que celle de droite se dirige vers Criocourt.

La condition boueuse du terrain oblige les deux colonnes à rester sur les routes. La colonne de gauche rencontre beaucoup de mines, des barrages, et des canons anti-chars entre Malaucourt et Lenoncourt, on s'y attendait un peu, mais nos mouvements de flanc, et de concert avec l'appui aérien sont couronnés de succès, car les obstacles sont rapidement écartés.
La colonne de Churchill encercle Lenoncourt et s'empare du village sans y avoir rencontré une forte résistance. Après avoir traversé ce village, la colonne s'attarde quelque peu pour déblayer les mines et les barrages de blocs de béton. Ces obstacles étant éliminés la colonne poursuit son chemin, toujours sans rencontrer une grande résistance, en s'emparant de Viviers, toujours de façon relativement aisée et organise son bivouac de nuit près de Hanoncourt. La colonne de droite rencontre la résistance ennemie à l'orée des bois situés au Sud de Griocourt. La contre-attaque ennemie est menée sous forme de tirs de mitrailleuse, de mortiers, et de canons anti-tanks. L'ennemi détruit un half-track et un canon d'assaut et la colonne est obligée de déployer une section de tanks et trois escadrons d'infanterie pour neutraliser l'ennemi. La colonne est à nouveau confrontée à un barrage à Criocourt, mais le contourne pour entrer dans le village.

Beaucoup d'allemands se rendent et sont rapidement évacués à l'arrière et pris en charge par la 35eDI. Deux canons antichars ennemis sont détruits près de Criocourt, mais peu de temps avant ils ont atteint un de nos camions lourdement chargé. La colonne poursuit le tracé prévu vers Laneuveville-en-Saulnois et remporte une belle victoire en encerclant deux canons de campagne. Alors que la colonne du CCB descend la colline avant l'entrée de Fonteny, elle se trouve sous le feu foudroyant de canons anti-aériens, antichars et mortiers. Des chars ennemis apparaissent tout à coup sur le flanc gauche et les salopards parviennent à détruire huit de nos half-tracks. Les chars de la compagnie C du 37e Tank Bat, sont rapidement déployés pour se débarrasser des intrus et trois d'entre eux sont réduits au silence, et tous les autres sont figés dans la gadoue.
Le soir commence à tomber et il est décidé de reculer sur la pente opposée et de se regrouper pour la nuit. Au cours de cette journée la colonne, a détruit 9 canons antichars, capturant un semi-chenillé et 57 prisonniers. La colonne perd 10 half-tracks, trois canons d'assaut, trois chars moyens et 12 autres prennent un bain de boue.
La colonne du CCB suit de près le mouvement du CCA et le rassemblement s'organise dans les environs d’Erbéviller, en attendant l'ordre du prochain départ. L'ennemi au cours de la journée est en contact avec la 559e et la 48e Infantry Division.
Les pertes du jour 22 soldats et 1 officier, 54 soldats blessés, et 2 officiers.

 

10 novembre 1944.

Les changements suivants s'inscrivent dans la nouvelle organisation des colonnes.
Tout le 25e escadron est attaché au CCB, tandis que le 8e Tank Bat, reçoit l'ordre d'apporter son plein appui au Sud de la colonne du CCB, à Fonteny. Dans la colonne du CCB, secteur gauche, l'infanterie de la 35e DI n'a pas suivi d'assez près notre marche vers Viviers et par conséquence, l'ennemi rentre à nouveau dans le village au cours la nuit, coupant les routes de ravitaillement de la colonne du Major Churchill.

Les éléments du 22e Armored Field Art Bat sont aussi pris au piège et entièrement coupés du reste de la colonne. L'infiltration ennemie est composée d'infanterie, d'artillerie et d’autos blindées. Un peloton du 8e Tank Bat est envoyé pour relever le 22e qui a déjà subit plusieurs pertes et une de ses ambulances est capturée par l'ennemi. 5 chars ennemis sont dispersés par le 8e Tank Bat et des soldats de la 35e DI, et ensemble avec nos chars nous repoussons l'ennemi hors du village. Le reste de la colonne à gauche du CCB qui a bivouaqué dans les environs de Hannocourt est obligé de se réfugier dans les Bois de Serres au Sud de Hannocourt pour se mettre à l'abri des deux feux intenses de l'artillerie, celui du front et de l'arrière. La colonne de gauche n'a pas bougé pendant toute la journée.

La colonne de droite du CCB est obligée de rester au Sud dans les environs de Fonteny pour rester à l'écart de la forte concentration de feu de l'artillerie ennemie et des canons anti-aériens. La colonne attend aussi la 35e DI pour nettoyer la forêt de Château-Salins.
Dans ce secteur l'ennemi utilise une arme qui ricoche sur le sol et qui explose à leur gré. L'arme ne cause pas de dommages matériels mais est en fait une arme psychologique. Le CCA qui a été mis en alerte hier se compose des unités suivantes, le 37e Co C du 35e, Co B & D du 10e, Co A du 53e, Co D du 25e, Div Art, 94e, 66e, 191e, A/24e, C/704e, D/489e, Secteur /995e, A/46e, A/126e.
La colonne de gauche est conduite par le major Hunter et celle de droite par le Lt Col Delk Oden. La colonne de Hunter a ordre de foncer vers Erbéviller et attaquer avec la 26e DI qui était entrée en contact avec l'ennemi à Morville. Le tracé de la colonne de Hunter mène à Sornéville, Moncel sur Seille et Vic-sur-Seille. A cet endroit la colonne fait un crochet vers le Nord, se dirige vers Morville, où elle rencontre sa première résistance en se trouvant sous le feu des canons antichars, et des avant-postes de l'infanterie ennemis. Un de ses canons est détruit à Morville et le village est libéré facilement.
Juste devant Morville la colonne est arrêtée pendant trois heures dans l'attente du génie devant remplir d'énormes cratères dans la chaussée, les conditions marécageuses ne permettant pas de contourner ces obstacles. La colonne reprend sa route vers Hampont où elle rencontre une faible résistance des avant-postes ennemis. Elle traverse le village et, non loin de là, y établit son bivouac pour la nuit dans le Bois de Haboudange. Un important tir d'artillerie nous importune toute la nuit. Le plan original pour les deux colonnes qui prévoit d'avancer sur Obreck et bifurquer vers Conthil et Château-Voué, a été changé, vu la lenteur du mouvement causé par l'état des routes.
La colonne de Oden n'a pas bougé et se trouve toujours à Bezange la Grande. Au cours de l'opération du jour les pertes ennemies sont de, 1 char, 21 véhicules divers, 2 canons anti-tank, 2canons de 105 mm et 1 de 120, 189 prisonniers et 378 tués.
Nos pertes sont de : 28 soldats, 3 officiers tués, 64 soldats et 5 officiers blessés. Et parmi les manquants, 5 soldats et 2 officiers.

 

11 novembre 1944.

La résistance ennemie semble se renforcer face aux avancées de la 4e DB dans tous les secteurs. Les conditions météorologiques sont très défavorables ce qui arrangent les tactiques de défense de l'ennemi, notre aviation restant clouée au sol.
Les deux colonnes du CCB sont lourdement engagées au cours de la journée, la colonne de gauche dans les environs de Hannocourt, et celle de droite à Fonteny.
Dans le secteur de la colonne de gauche, le 8e Bat signale une contre-attaque ennemie près d’Oron. Notre artillerie et le Corps d'artillerie, mettent cette contre-attaque sous un puissant bombardement. En repoussant cette attaque le 8e Tank Bat détruit un char Mark VI, et 14 canons anti-tanks. Le 22e Armored Field Art Bat et le Corps d'artillerie engagent le feu sans arrêt toute la journée, et  parviennent à détruire 5 batteries ennemies.

Cette colonne reste sur sa position, comme lors de nuit précédente, avec l'ordre d'avancer le lendemain vers 07h00.
La colonne de droite du CCB est sous le feu d'un puissant tir d'artillerie et de mortiers sur son flanc droit, alors qu'elle vient de quitter Château-Salins. L'ennemi utilise ce barrage pour couvrir la retraite de l'infanterie, des chars, et de l'artillerie à traction chevaline du front de Château-Salins et se dirige vers le village de Morhange. La colonne reprend son assaut à Fonteny, mais le feu de l'ennemi est trop intense. La Cie C du 51e Armored Inf Bn, et de concert avec deux Cies du 134e Régiment de la 35e DI attaquent le village à pied et sous la couverture de l'obscurité parvient à nettoyer la moitié Sud du village, mais la lutte est rude car des combats de maison à maison sont engagés.
Dans sa poursuite la colonne détruit un Char allemand et capture 14 prisonniers et un semi-chenillé. Le Lt Col Alfred A. Maybach, commandant le 51e Armored Inf Bat est mortellement blessé en observant l'attaque sur Fonteny, et il meurt le jour suivant.

Le major Van Arnann prend le commandement de la colonne de droite du CCB. La colonne Hunter du Combat Command quitte son bivouac du bois de Haboudange vers 07h00, au Nord de Obreck, et continue sa marche sur la route d’Obreck Conthil. Elle est aussi prise sous le feu de l'ennemi, venant de leurs positions au Nord de Burlioncourt. Les chars de la 11e Panzer Division, sous l'appui d'un feu d'artillerie, prennent l'initiative et plus de la moitié de la colonne reçoit l'ordre de se replier. En dépit de lourdes pertes, la Compagnie D et la section du Bat command du 37e Tank Bat poursuivent leur chemin vers Conthil. Dans cette action le 37e Tank Bat perd un char moyen, 3 chars légers, 2 half-tracks, et deux jeeps. La plupart des effectifs de la colonne retournent vers Obreck et prennent une route plus au Nord menant à Conthil et ensuite vers Dedeling et Riche. Conthil est attaqué, capturé et seulement contré par une faible opposition d'arrière-garde. La colonne va s'emparer des hauts plateaux au Sud d'une voie de chemin de fer entre Conthil et Rodalbe, où ils installent le bivouac pour la nuit
Au cours de cette journée, la colonne a détruit 12 canons antichars, 1 char Mark V, 6 véhicules légers, 188 prisonniers, et 328 tués.
La colonne du Colonel Delk Odon du CCA quitte sa zone de rassemblement de Bezange la Grande, se met en mouvement et traverse Chateau-Salins, atteignant Hampont avant le soir pour y établir son bivouac pour la nuit, sans avoir à combattre l'ennemi. Nos pertes 36 soldats et 10 officiers tués, 29 soldats et 10 officiers blessés.

 

12 novembre 1944.

La colonne de gauche du CCA quitte son bivouac pour gagner les environs de Conthil et les ordres donnés sont de joindre les villages de Rodalbe et Bermering, afin de couper la route de retraite des allemands à Morhange. La colonne s'empare de Rodalbe, sans trop de difficultés, mais trouve toutes les routes de sorties complètement minées, les ponts détruits et de plus les routes sont remplies de boues. En attendant les ordres, la colonne devient la cible de l'artillerie et des feux anti-tanks. Des éléments d'infanterie ennemis appuyés par un fort bataillon de chars attaquent la colonne aux environs de la forêt de Pfaffenforst et un dur combat s'engage. Le 37e Tank Bat subit de lourdes pertes en hommes et en matériel car l'état des routes ne permet pas un dégagement rapide. Dans cet engagement nous perdons aussi un canon d'assaut de 105mm, trois chars moyens, et deux autres qui sont bons pour la casse. D'autres véhicules sont immobilisés par la boue mais ils peuvent être récupérés sous le couvert d'écrans de fumées. La colonne est forcée de se replier et d'établir son bivouac pour la nuit près de Lidrezing dans les bois de Conthil, où elle subit des tirs d'artillerie durant la nuit. Deux Cies de la 26e DI essuient aussi de lourdes pertes à Rodalbe. La colonne de droite du CCA est divisée en deux forces de frappe.

Le Colonel Delk Oden commande un groupe plus important et le Colonel Worst commande une force moins importante, se composant de D/25, Plat C/704, A/35, canons d'assaut/35, B/10, et Hq/10.; La colonne quitte son bivouac de Hampont et attaque le long de la route menant à Obreck, Château Voué, Dotzeting et Lidrezing. La force de frappe conduite par le Lt Col West prend la tête du reste des effectifs et son objectif est de s'emparer des hauts plateaux, de la colline 337 à l'Est de Château Voué et au Sud de Lidrezing La force de frappe de West continue sa mission de façon méthodique et réussit à s'emparer de ses objectifs sans rencontrer une véritable opposition. Des éléments attaquent la colline dans une tempête de neige floconneuse, et prend les allemands par surprise. Les restes de la colonne arrivant pour consolider les gains remportés par West sont attaqués par dix chars ennemis, au Nord et à l'Est de Château Voué. Cette action ennemie, coupe ainsi la force de frappe du corps principal durant 6 heures. La compagnie C du 35e Tank Bat réussit à refouler l’ennemi en détruisant un char Mark IV. La colonne rejoint la task force sur la colline 337 au Sud Est de Lidrezing où elle établit son bivouac pour la nuit.
La colonne droite du CCB avec deux Cies de la 35e DI continue son attaque à Fonteny et peu avant la tombée du jour réussit à s'emparer du village.

L'ennemi recule avec son artillerie et ses canons antichars sous le couvert de l'obscurité, mais laisse une unité d'infanterie en arrière garde pour retarder les progrès de la colonne. Dans cette action à Fonteny le 51e Armored Inf Bat capture six médecins qui sont identifiés comme appartenant au 110e Inf Régiment de la 11e Panzer Division. Trois Mark VI sont abandonnés sur panne de carburant près de Fonteny. La colonne est retardée quelque peu à Fonteny, le pont qui enjambe la rivière et mène vers les faubourgs du village a été préparé pour la démolition par l'ennemi, et il est nécessaire que le génie du 24e Engineer Bn le neutralise au plus tôt. La colonne procède alors à évaluer l'opposition ennemie qui en fait se compose de quelques chars et d'armes légères. Après avoir détruit deux Mark VI la colonne réussit à s'emparer du village. Entre-temps la colonne de gauche du CCB quitte son bivouac de Hannocourt et en conjonction avec les éléments du 137e RI de la 35e DI, réussit à déloger l'ennemi du Bois de Serres. Les deux colonnes du CCB ont alors coordonné leur marche sur Oron et capturent ce village en rencontrant une très faible opposition. La colonne gauche du CCB reste à Oron pour la nuit. Celle de droite continue vers Château Bréhain, mais un pont détruit empêche leur progression et est forcée de bivouaquer pour la nuit à cet endroit.
Le 25e Cavalerie Reconnaissance Sq Maes est relevé du CCB et reçoit la mission de maintenir le contact avec le 2e Cavalerie Group dans les environs de Réchicourt. Le Brigadier général Dager renseigne que 448 prisonniers sont capturés au cours de la journée et envoyés à la 35e DI. L'incidence du Trench foots- pieds gelés- s'accroît de 444 cas ayant été signalés dans les 4 derniers jours.
Nos pertes ce jour, 5 soldats et 1 officier tués, 45 soldats et un officier blessés, 2 soldats et 2 officiers manquants. L'échelon avancé quitte son ancien bivouac de Reméréville à 11h15 et s’installe à Château Salins vers 14h30.

 

13 novembre 1944.

D'après les ordres du jour, le CCB quitte son bivouac de Château Bréhain à 07h15, l'objectif étant Morhange. Le génie  travaille toute la nuit à la réparation du pont qui a stoppé la colonne. Elle entre enfin dans le village, pas d’allemands, mais un nouveau pont est détruit. Nouvelle réparation, quelques heures d'attente de plus et la colonne se dirige vers Bréhain. Progression lente, toujours les boues sur les routes et les mines et nouveau bivouac. Direction Bréhain, Baronville. Pas de contact direct avec l'ennemi à part des tirs d'artillerie sur le chemin. Le mauvais temps reste préjudiciable pour les hommes et le matériel et 22 nouveaux cas de pieds gelés sont signalés.
La colonne gauche du CCB, quitte Oron et premier contact avec l'ennemi à Villers-sur-Nied, tirs antichars, mortiers, mitrailleuses. Ces tirs proviennent de Marthille. La Cie A du 8e Tank Bataillon est envoyée vers ce lieu pour réduire la concentration ennemie, mais en fonction du temps l'attaque est un réel succès. Les allemands étant une fois de plus pris par surprise. Des canons sont capturés avant qu'ils ne puissent s'en servir à l'approche de nos chars. Les pertes s'élèvent à 7 canons de 88mmm et 11 canons de 75 mm, mais avec un réel bonus, ils sont intacts, et un important stock de munitions. Le reste de la colonne continue vers Marthille et Destry, mais les mines une fois de plus les obligent à établir le bivouac. La plupart des mines sont du genre boîte et le génie procède au nettoyage toute la nuit.
La colonne de gauche du CCA, qui a subi de lourdes pertes la veille à Rodalbe s'est regroupée au Nord est de Lidrezing. Le 37e Tank Bat qui a perdu plusieurs véhicules est tenu en réserve dans l'attente de renforts. Durant la nuit l'ennemi s'empare à nouveau de Rodalbe en repoussant l'infanterie "amie" vers Conthil. L'ennemi apparaît bien organisé. La colonne de gauche ne bouge pas ce jour, car la Cie C du 10e Armored Inf Bataillon et la Cie A du 53e Armored Inf Bat sont lourdement engagés dans la protection du flanc droit, l'ennemi menant une contre-offensive sur la 26e DI dans ce secteur.
La colonne de droite du CCA est au bivouac sur la colline 337 au Nord Est de Lidrezing qu'elle a pris la veille et elle doit prêter main forte à l'infanterie "Amie", qui attaque pour reprendre Conthil et en même temps former une ligne de défense à l'orée du Bois de Koecking.

Des éléments de la 10e Armored Inf Bn sont placés en position défensive le long du bois avec le 35e Tank Bat qui doit protéger les deux flancs. Il est rapporté qu'une contre-attaque ennemie dans la direction de Wuisse a été contrée par la 26e DI de façon que nos positions défensives ne soient pas en contact avec l'ennemi. L'ensemble de la colonne bivouaque dans le Bois de Koecking durant la nuit.
Une force de frappe de la Colonne du CCA sous le commandement du Major Mc Kons, S-3 du 35e Tank Bat et composé du C/35e, A/10e, D/25e et un peloton de C/704e, est envoyée pour déloger l'ennemi de Conthil. L'ennemi n'y est plus en grand nombre et ils en sont vite expulsés. Une contre-attaque sur Rodalbe est prévue et le major Mc Kons a recours aux chars Destroyer pour bloquer les routes menant au Nord de cet endroit, où il a placé les chars au Sud du village et la cavalerie et l'infanterie autour du Bois de Conthil. Le dispositif ne s'étant pas matérialisé, il rassemble ses forces et poursuit dans la direction de Rodalbe. Un tas de routes sont parsemées de barrages, de pierre de tronc d'arbres et de matériaux de ferme. Ces embûches sur le parcours freinent la progression et le bivouac est installé pour la nuit, où ils sont de nouveau sous les feux de l'artillerie. Les pertes de l'ennemi, 10 canons de 88 mm, 11 de 75 mm, 6 mortiers, 6 générateurs, 4 half-tracks ,7 camions, 1 ambulance, 1 canon autopropulsé, 4 canons antiaériens, 100 tués et 50 prisonniers.
Nos pertes 6 soldats tués, 34 soldats blessés et 5 soldats manquants.

 

14 novembre 1944.

La force principale de la colonne de droite du CCA, qui a passé la nuit sur la colline 337 et dans le Bois de Koecking, et celle de Mc Kone qui tient des positions défensives entre les Bois de Conthil et de Zarbeling est divisée en deux pour les opérations du jour. Une reste sous la conduite de Mc Kone et est composée de A/10e, Hq/10e, C/35e, et D/235e. L'autre reste sous la conduite du Colonel West et comprend A/35e, H/10, B10e et un peloton du C/704e. Les objectifs des deux forces sont de s'emparer des hauts plateaux du Bois de Marimont et de Bénestroff. Les routes de cette attaque passent par les villages de Bourgaltroff et Bénestroff.

La colonne de West part des environs de Lidrezing et très vite rencontre l'ennemi et se trouve face à trois chars Mark V dans les environs des fermes de Kutzeling. Le Lieutenant Sell de A/35e, qui a le commandement de la Compagnie du Capitaine Brady blessé, donne ordre à ses chars de couvrir les flancs et attaque seul les trois chars et parvient à en détruire deux, mais le sien est touché à son tour et lui même s'en sort blessé. C'est en fait la rencontre des deux chars qui détruit le 3e. La colonne continue sa route jusqu'à l'orée du Bois de Kerperch et en coordination avec l'autre force pour prendre Guébling d'assaut. Mais d'entrée ils doivent faire face à un autre groupe de Mark V, se trouvant là en embuscade, attendant l'approche de notre colonne. Devant ce nouveau dispositif, nos chars se déploient dans une brillante manoeuvre et en les attaquants de flanc nous faisons un réel carton de 7 chars, qui sont réduits au silence sans la moindre perte dans notre colonne. Mais nos manoeuvres et notre bataille ont duré six heures. Cinq des chars sont détruits par la Cie A du 35e Inf Bat, les deux autres l'étant sous les tirs de bazookas de la Cie B de la 10e Armored Inf Bn.
Dans l'entre-temps la force du Lt Col West part de l'avant et les deux forces entrent sous un feu foudroyant dans le village, y délogeant le restant de l'ennemi. Nouvelle déception, nous rencontrons des champs de mines et un pont démoli, ce qui nous a oblige à camper à Guébling pour la nuit. Le génie construit son pont durant la nuit. Mais en fonction de cette pluie et de la neige les opérations du jour peuvent être considérées excellentes. Alors que les forces de Mc Kone avancent le Major Carpenter nous décoiffe en passant au-dessus de nos têtes avec son piper cup qu'il a ingénieusement transformé en petit bombardier volant. Muni de six rockets qu'il peut utiliser à sa guise. Il touche cette fois un semi-chenillé.
Le Lt Col West avance vers la colline 337, et le Bois de Kerperch à Guébling. En passant par les bois, ils rencontrent des difficultés de trois ordres, de la boue, des mines, et des tirs de mitrailleuses.

Les éléments du 10e Armored Inf Bn attaquent et rapidement capturent ou tuent des éléments ennemis d'arrière garde, mais la boue et les mines ralentissent considérablement la marche. Finalement Guébling est atteint et en coordination avec la force de Mc Kone nous arrosons le village de Guébling où nous passons la nuit. Tout semble calme, mais les allemands commencent à tirer des hauts plateaux sur trois côtés du village, et plusieurs de nos véhicules sont touchés.
La colonne de gauche du CCA qui a passé la nuit à Conthil a reçu comme ordre de former une ligne de défense protégeant son flanc gauche sur la ligne de Conthil à Zarbeling. Quelques patrouilles ennemies sont dispersées dans les environs de la colline 270, au Nord-est de Zarbeling., sans quoi, le jour est relativement calme.
La colonne de droite du CCB qui a installé son bivouac sur les hauts plateaux au Nord de Achain continue vers Baronville et dès le départ le premier char roule sur une mine qui le met hors état. Cela arrête la colonne, le char obstrue la route et les terrains dans ces environs sont trop humides pour contourner le char, la colonne de plus rencontre bien plus de mines encore ce matin qui sont encore du type boîte qui ne sont pas trouvées par les détecteurs. La colonne reçoit aussi le tir direct de deux chars ennemis, ce qui oblige les fantassins à se positionner en tranchée mais les chars Destroyers de la colonne détruisent un char, un canon autopropulsé et les fantassins sont capturés ou dispersés.
A courte distance de Baronville, la colonne se trouve sous un puissant tir d'artillerie, venant de Baronville et de Morhange, qui la met à l'arrêt. Un peloton de la Cie C du 37e Tank Bat est envoyé pour aider les éléments de la 35e DI dans le combat de Baronville. Etant à l'orée du village deux des chars sont stoppés par des mines et comme la nuit tombe, les autres retournent et le reste de la colonne établit une ligne de défense à faible distance du village.
La colonne de gauche du CCB quitte sa position du Sud-est de Destry et traverse ce dernier, sans rencontrer d'opposition. Et la colonne se positionne au Sud de Baronville en coordonnant ses efforts avec ceux de la colonne de droite pour mener l'attaque.

Cependant, la route est minée, remplie de barrages et sous le feu de l'ennemi, et cela de Baronville à Morhange. La colonne se joint à la colonne de droite et la 35e DI établit une ligne courant du Nord au Sud et immédiatement à l'Ouest de Baronville, c’est un genre de cross-country, même si les véhicules s'embourbent, vu que les routes sont lourdement minées et causent des dommages et des retards importants.
Les pertes de l'ennemi sont de 9 chars, 1 semi-chenillé, 1 canon de campagne, 52 tués et 59 prisonniers. Au cours de cette journée nos colonnes ont perdu 11 chars, mais neuf d'entre eux sont réparables. Nos pertes sont de 13 soldats et un officier tués, 63 soldats et 3 officiers blessés.

 

15 novembre 1944.

Ce jour, la colonne de gauche du CCA, continue de tenir ses positions défensives sur la ligne Conthil Zarboling. Cette position est établie pour prévenir toute contre-attaque possible de l'ennemi sur le flanc gauche du CCA. L'ennemi reste calme, et pas la moindre chance de le voir passer à l'attaque. La colonne de droite est pratiquement sous le feu de l'artillerie ennemie toute la nuit. Ce matin le feu cesse, et les camions d'essence entrent dans Guébling pour alimenter les véhicules et les chars, mais le mouvement de ces camions attire l'attention de l'ennemi et l'artillerie entre en action et le village est copieusement arrosé de projectiles de tous calibres. Trois de nos camions sont touchés et profitant d'une légère accalmie, la colonne repart dans la direction Nord vers Bourgaltroff, à courte distance de Guebling, où elle subit sa plus sévère attaque. Une médiocre visibilité retient nos avions au sol et la colonne n'a pas la moindre orientation de cette zone de tirs où ça sonne sans cesse. Après avoir subi des pertes importantes en hommes et en matériels, la colonne est forcée de s'arrêter et même de se replier sur des positions plus tenables aux environs des fermes de Kutzeling, où elle continue à être pilonnée.
La colonne de gauche du CCB, qui a passé la nuit à tenir une ligne de défense entre Destry et Baronville, contourne ce denier village et des éléments de la 51e Armored Inf Bat s'emparent finalement de ce petit village lorrain, en contrant une arrière-garde ennemie.

La force gauche attend dans ce village la colonne de droite, retardée par les mines et la boue, pour procéder au nettoyage de Baronville. Alors que l'incessant et puissant tir d'artillerie ennemi s'abat sur la Lorraine, nous repairons que les tirs proviennent des environs de Harprich. Des unités du 6e Tank Bat bombardaient ces positions ennemies et, dans le même temps, le reste de la colonne se replie aux environs de Baronville, pour y passer la nuit.
La colonne de droite du CCB ainsi que celle de gauche et des unités de la 35e DI ont tenu une ligne défensive au Sud-est de Destry et Baronville. La colonne traverse Baronville et s'engage à nouveau dans un énorme champ de mines. En essayant de le contourner les véhicules s'embourbent et la colonne y reste coincée durant plusieurs heures.
L'ennemi a placé les mines dans les traces de leurs véhicules, lors de leur repli. Après avoir nettoyé les mines et retiré les véhicules de la boue, la colonne repart vers Morhange, où elle épaule la 26e DI, en s'emparant du village. En le traversant, la colonne est à nouveau sous le tir d'artillerie des canons antichars venant toujours de ces satanées positions ennemies de Harprich. La colonne établit son bivouac sur les hauts plateaux à l'Est de Morhange. Les unités ennemies rencontrées dans les environs de Morhange sont identifiées et appartiennent à la 11e Panzer Div. De part le grand nombre de mines rencontrées au cours de ces quelques jours, les deux "Combat Commands " ont perdu beaucoup de temps, hommes et matériels et finalement reçoivent des instructions pour qu'ils placent des rollers précurseurs et démineurs, devant chaque premier tank de tête de colonne pour faire exploser les mines à distance.
Au cours des opérations du jour, le 25e Cavalerie Squadron maintient le contact entre la 4e DB, la 26e DI, et la 35e DI.

Les pertes infligées à l'ennemi comprennent 5 chars Mark V, une auto blindée, 2 camions, 50 tués, 18 prisonniers et 20 blessés.
Nos pertes, 11 soldats tués, 104 soldats et 3 officiers blessés, 3 soldats manquants.
Nos colonnes n'en ont pas moins été épargnées, 4 tanks moyens, 4 half-tracks, 4 camions de 2½t, un de 1 T et une auto blindée.

 

16 novembre 1944.

Les deux colonnes du CCA bivouaquent durant la nuit en position défensive sur une ligne qui s'étend de Conthil, Zarbeling et Lidrezing jusqu'aux hauts plateaux des fermes de Kutzeling. Les ordres du CCA sont la consolidation de leurs positions avec celles de la 26e DI, aucune attaque n'étant prévue dans l'immédiat.

 Au cours des heures matinales, les troupes sont toujours sous le feu de l'artillerie venant des environs de Rodalbe, mais peu de dommages subis. Dans l'après-midi des ordres de repli pour la Division de réserve, en vue du ravitaillement, d'une réorganisation et de se tenir près pour les opérations futures. Les compagnies détachées des bataillons qui sont sous le contrôle des Combat Commands retournent sous le contrôle de leur bataillon respectif vers des positions à l’arrière. Le 10e Armored Inf Bn, se replie sur Morville, le 35e Tank Bat, vers Puttigny, le 37e Tank Bat dans les environs de Vaxy. Les unités d'artillerie du Combat Command restent sur leurs positions pour renforcer les opérations de la 26e DI. La Cie C du 704e Tank Destroyer Bat a pour mission de rejoindre le 6e Cavalerie Group, mais avant cette jonction doit se diriger vers Lubécourt. Après huit jours passés sous toutes les conditions du temps, dans les champs de mines, et face à la résistance ennemie, les officiers et les hommes sont heureux d'avoir l'opportunité de dormir dans des bâtiments pour sécher vêtements et équipements.
Les deux colonnes du CCB restent sur leurs positions entre Baronville et Morhange. A l'exception de quelques échanges de feux d'artillerie, la journée reste calme et la situation inchangée. Une lettre émanant du Quartier Général du Théâtre des Opérations en Europe, est reçue ce jour, et annonce que la 4e DB et ses unités attachées, la 489e AAA (AW) Bn et le 704e Tank Destroyer Bn ont obtenu le "Battle Crédit" pour la campagne de Normandie. Cette annonce autorise les membres de la Division et des unités attachées de porter la Croix de bronze sur leur ruban.

 

17 novembre 1944.

Les unités du CCA qui se replient des lignes du front vers des aires de repos, passent la journée au nettoyage de leurs quartiers et aux soins de leurs équipements. Les 94e et 66e Armored Field Art Bn restent en positions de support pour la 26e DI. Les hommes des unités au repos, subissent une inspection méticuleuse des pieds, vu le nombre croissant des pieds gelés, qui nécessitent des mesures préventives. Les hommes reçoivent des chaussettes bien sèches et des conseils appropriés pour éviter ces ennuis désagréables et paralysants. Le PC du CCA est situé à Gerbécourt.
Les colonnes du CCB reçoivent des tirs d'artillerie sporadiques au cours de la nuit et le matin. Vers 11h00 ils sont alertés pour faire mouvement vers des zones arrière. Toutes les unités doivent suivre ce mouvement, sauf le 22e Armored Field Art Bn ainsi que les unités attachées qui doivent rester en position pour épauler la 35e DI. A 15h45 les unités du CCB reprennent la marche qui les mène par la traversée de Baronville, ensuite au Sud et à l'Ouest vers Gerbécourt, Château-Salins, Bezange la Grande, Hoévillle et Courbesseaux. Le PC est déplacé à Courbesseaux et le 51e Armored Inf Bat bivouaque à Bezange la Grande. Le voyage est très difficile, car le temps est exécrable et la visibilité très médiocre. Certains véhicules sortent de la route et s'embourbent sur les bas côtés.

 

18 novembre 1944.

La plupart des unités des deux Combat Commands restent sur les mêmes positions que les jours précédents. Les hommes profitent de cette période de repos pour mettre de l'ordre dans les équipements et apprécient les nouveaux locaux de première classe mis à leur disposition. Ils peuvent assister aux services religieux dans les églises des différents villages où ils sont logés, aller au cinéma et voir des films sur des grands écrans, prendre des douches de façon plus confortable et écrire des lettres aux familles.
Le 126e Ord Maint Bn et les services compagnies des différentes unités sont occupés à remettre tous les véhicules en bon état, remplacer les pièces manquantes et tout ce qui a été détérioré lors des combats, afin que tout soit performant pour le prochain départ et affrontements. En cours de journée le 8e Tank Bn quitte sa position de Morhange pour Serres et suit la même route utilisée le jour précédent par les autres unités du CCB. Le 25e Cavalerie Recon Sq part de Conthil vers Haraucourt sur Seille en passant par Burlioncourt et Hampont. La compagnie C du 51e Armored Inf Bat a pour tâche de garder les ponts à Vic-sur-Seille et Moyenvic.
Dans un message du 12e Corps, la division est mise au courant d'un éminent raid aérien et les unités de la division sont immédiatement alertées afin de disperser les véhicules et surtout éviter les concentrations au cas ou ce raid se matérialiserait.
La Col Williams P.Whiters est relevé de son affectation temporaire d'officier commandant du 2e Cavalerie Group et était nommé comme officier commandant du CCA, à la place du Lt Col Creighton W. Abrams, qui retourne au 37e Tank Bat comme Commandant.. Il reçoit ce jour la Distinguished Service Cross, pour acte d'héroïsme extraordinaire contre l'ennemi près d’Arracourt le 20 septembre 1944.

 

19 novembre 1944.

Sur ordre de la division, le CCA est alerté de se mettre en marche en se disposant sur deux colonnes. Le Colonel West a la responsabilité de la colonne de droite qui est composée de C/10e, H/10e, B/37e, C/24e, 66 + Batterie 191e. Le colonel Abrams commande celle de gauche qui comporte les unités, A/37e, HQ/37e, B/10e, A/24e, B/704e, 94e, Batterie/191e, D/25e, L/37e et l'Art Div.
Les unités C/37e et A/10e doivent se maintenir derrière la colonne pour constituer l'arrière-garde. La colonne gauche quitte les environs de Gerbécourt vers 07h00 et traverse les villages de Vaxy, Puttigny, Hampont, Obreck, Haboudange, et Conthil. Le premier contact avec l'ennemi s'opére à Rodalbe et consiste en des tirs antichars, l'ennemi étant retranché dans les environs du village.

Un de ces chars est détruit par nos chars et la colonne s'empare de Rodalbe vers 09h30, et la colonne est arrêtée pendant plusieurs heures tandis que le génie procède à l'élimination de 911 mines dans les parages. Au Nord, la colonne est à nouveau arrêtée devant un pont détruit qui surplombe la voie du chemin de fer et le génie dégage le chemin. La colonne entre dans Bermering qui est pris sans opposition. A Virming, la première résistance ennemie est rapidement contrée et consiste de feux antichars, venant du Nord et du Sud du village. Virming est capturée avec la perte d'un char alors que l'ennemi en perd quatre. La tombée du jour oblige la colonne à établir son bivouac dans les environs de Virming, pour la nuit, le village a été copieusement arrosé par les obus.
La colonne du CCB est alertée de faire mouvement sur Dieuze aussitôt qu'elle sera nettoyée par la 26e DI qui ne parvient pas à s'emparer de Dieuze et ainsi la colonne de droite du CCA ne bouge pas aujourd'hui. La colonne reçoit une nouvelle alerte de départ, mais doit attendre deux heures, et à l'expiration de cette pause, Dieuze est nettoyée par la 26e DI.
L'objectif du CCB était de foncer sur Mitterscheim.

La 26e DI rencontrait beaucoup de difficulté en prenant Dieuze et le CCB ne peut bouger ce jour. Le 5Ie Armored Inf Bat est attaché temporairement au 328e Régiment de la 26e Infantry Division pour l'aider à s'emparer de Dieuze. Le 51e se déplace de ses positions à Bezange la Grande, à travers Vic-sur-Seille, Moyenvic, Salival, Wuisse, Bois de Hoocking et bivouaque finalement pour la nuit à Kerprich-lez-Dieuze. Au cour de la nuit, il garde le flanc gauche de la 26e DI et prépare l'attaque du lendemain matin. Les pertes de l'ennemi ce jour s'élèvent à 4 chars Mark V, un mortier, deux canons anti-tanks, 10 Allemands tués et 12 prisonniers. Alors que nos pertes sont de 5 soldats et un officier tués, 13 soldats et un officier blessés.

 

20 novembre 1944.

La colonne de gauche du CCA quitte Virming, mais déjà au Nord du village elle rencontre des barrages et des conditions de trafic très difficiles, mais elle traverse Obreck sans problème. A l'approche de Francaltroff, un intense tir de mortier et d'artillerie, l'oblige à se replier au Sud du village. Les unités d'artillerie de la colonne, le 94e Field Art Bat et une batterie du 191e Field Art Bat placent un barrage et les Cies B et C, du 10e Armored Infantry Bat, attaquent dans un assaut bien coordonné qui se fait à pied. L'artillerie dans le même temps force l'ennemi à se replier et les fantassins les dispersent rapidement. Entre Francaltroff et Léning la colonne est obligée de stopper près d'un pont détruit. L'artillerie allemande tire de Montdidier vers ce pont et le génie ne peut pas le réparer. La nuit tombe et étant dans une zone inondée, la colonne doit se replier et passer la nuit à Obreck. L'ennemi fait partie de la 11e Panzer Division.
La colonne de droite du CCA part de Gerbécourt et suit le même chemin que celui emprunté la veille par la colonne de gauche et s'arrête à Bermering pour la nuit, sans le moindre contact avec l'ennemi. La 66e Armored Field Art Bn se positionne avec la colonne de droite, près de Rodalbe, tandis que la Cie D du 37e Tank Bn quitte cette dernière en restant en réserve elle est remplacée par la Cie C du 37e Tank Bn. Le 26e Cavalerie Reconnaissance Squadron protége le flanc droit du CCA et prolonge sa reconnaissance jusque la Sarre.
Le CCB quitte Courbesseaux et avant d'atteindre Vic-Sur-Seille, les unités qui doivent y être attachées ont déjà rejoint la colonne. Ces unités ont profité d'une courte période de repos dans les villages autour de Courbesseaux. De Vic-Sur-Seille, la colonne traverse Moyenvic, Mulcey, Dieuze, Vergaville, Bidestroff, et la colonne s'arrête pour la nuit à 2 Kms à l'Ouest de Domnon-lès-Dieuze. Les unités à Dieuze, évacuent les débris et rebouchent les cratères pour faciliter le passage du reste du CCB. Aucun contact avec l'ennemi au cours de ce jour. Le 51e Armored Infantry Bn rejoint la colonne après avoir aidé la 26e DI à s'emparer de Dieuze. Après sa rude résistance dans cette bourgade, l'ennemi s'est replié au cours de la nuit et a abandonné sans plus de résistance.
L'échelon avancé quitte son bivouac de Château Salins à 13h25 et termine à 14h15. Nos pertes, 5 soldats tués, 22 soldats et 4 officiers blessés.

 

21 novembre 1944.

Pour les opérations du jour le CCB repart en deux colonnes. La gauche commandée par le Lt Col Jaques et la droite par le Major Churchill. La gauche est constituée du 53e, B/8e, C/25e, Sec/24e, Sec/704e, Batterie/489e, et 283e, la droite 8e, Sec /24e, 22e, et 179e.
La gauche se dirige vers Domnon-lès-Dieuze, traverse Lostroff, Guinzeling, et est arrêtée à deux Kms au Sud de Torcheville, sans rencontrer d'opposition. Sur le chemin de Munster la colonne est sous le feu ennemi, provenant de la forêt d'Albestroff, feu qui consiste des canons de 20mm, de mitrailleuses et d'armes légères de l'infanterie retranchée.

Les effectifs du 53e Armored Inf Bat descendent de leurs véhicules et nettoient les positions ennemies, en les délogeant des bois et font de rapides progrès lorsqu'un ordre de la Division assure la relève du Lt Col Jaques par la 26e DI, et qu'un nouvel ordre d'attaque va suivre. La colonne de gauche se retire de la forêt d'Albestroff et passe la nuit près de Torcheville.
La colonne de droite du CCB reçoit un premier ordre de rester en réserve sur sa position actuelle entre Moyenvic et Dieuze. Cet ordre fut rescindé et la force devait alors se diriger sur Fénétrange par Mitterscheim, couper les passages vers la Sarre, là, où c'était possible. Le mouvement est extrêmement lent car l'ennemi a détruit presque tous les ponts sur les rivières entre Dieuze et Mitterscheim. Ils font cependant un gain de temps appréciable en contournant ces obstacles, évitant de la sorte la réparation des ponts. A la tombée du jour, la tête de la colonne est à Lostroff et le reste dans les environs de Cutting. Ils passent ainsi la nuit dans leurs positions respectives.
La colonne de droite du CCA quitte son bivouac, de Bermering avec ordre de devancer la colonne de gauche et mener l'attaque dans la direction de Léning. Au Nord-ouest de ce village, elle fut arrêtée devant un pont détruit mais qui fut rapidement réparé. Ils continuent vers Léning et se trouvent à nouveau devant un autre pont détruit et défendu cette fois par de l'artillerie et des armes légères. La troupe D du 25e Cavalerie Reco Squadron de concert avec la 35e DI contournèrent le pont et entrèrent dans Léning en nettoyant l'arrière garde, laissée par l'ennemi. L'arrière de la colonne entre dans Léning, mais là encore deux ponts sont à reconstruirent. Le bivouac pour ce jour est tout désigné.
La colonne de gauche du CCA attend la colonne de droite à Obreck pour nettoyer les nombreux ponts détruits qui retardent la progression à travers Léning. La colonne reste dans le village pour la nuit. Les inondations dans les contrées basses rendent les mouvements très difficiles. Une lettre du général Patton est reçue ce jour, relatant que le redoutable trench foot ou pieds gelés concernait tous les soldats et officiers et qu'il était nécessaire d'éviter cette redoutable maladie. Les pertes ennemies du jour 50 blessés et un canon de 40mm détruit. Quant à nos propres pertes, 3 soldats et 3 officiers tués, 8 soldats blessés.