La Bataille de Lorraine

de septembre 1944 à mars 1945

51e Bataillon d'Infanterie Blindée de la 4e Division Blindée US

 

51e BI

 

51e BI 51e BI

51e Bataillon d’Infanterie Blindée

 

Headquarters Company
Reserve Command
Combat Command A
Combat Command B
 8th Tank Bn
35th Tank Bn
37th Tank Bn
10th Armored Infantry Bn
51st Armored Infantry Bn
53d Armored Infantry Bn
25th Cavalry Rcn Sq (Mecz)
24th Armored Engineer Bn

144th Armored Signal Co

 4th Armored Division Artillery
22d Armored Field Artillery Battalion

66th Armored Field Artillery Battalion
94th Armored Field Artillery Battalion

4th Armored Division Trains
126th Ordnance Maintenance Battalion
4th Armored Medical Battalion
Military Police Platoon Band

 

Command and Staff

Commanding General

    11 Jan 1944                                Maj Gen Hugh J Gaffey                    1 Mar 1945                Maj Gen Hugh J Gaffey

     3 Déc 1944                                Maj Gen John S. Wood                     21 Mar1945                Maj Gen William H Hoge

    21 Feb 1945           Col Walter A Bigby                           2 May 1945               Brig Gen William H Hoge

    25 Feb 1945           Brig Gen Holmes E Dager

 

Assistant Division Commander

    16 Mar 1945            Col William L Roberts                       1 May 1945              Brig Gen William L Roberts

 

Artillery Commander

     11 Jan 1944               Col Ernest Bixby                   5 Jan 1945               Col Alexander Graham

     7 Sept 1944               Lt Col Alexander Graham

 

Chief of Staff

      11 Jan 1944              Col Walter A Bigby                       7 Sept 1944                Col Ernest Bixby

      2 Aug 1944              Lt Col David A Watt                     3 Sept 1944                Col Walter A Bigby

 

Assistant Chief of Staff G-1

11 Jan 1944               Lt Col Robert M Connelly            28 Aug 1944               Lt Col John H Himelick

 

Assistant Chief of Staff G-2

11 Jan 1944               Lt Col Harry E Brown

 

Assistant Chief of Staff G-3

11 Jan 1944               Lt Col David A Watt Jr                 31 May 1944              Lt Col John B Sullivan

 

Assistant Chief of Staff G-4

11 Jan 1944                Lt Col Herbert F Krucker             5 Oct 1944                 Lt Col Bernard C Knestrick

 

Assistant Chief of Staff G-5

12 Jun 1944              Maj James H Van Wagenen           16 Nov 1944                   Lt Col James H Van Wagenen

 

Adjudant Général

11 Jan 1944                       Lt Col John H Himelick                    28 Aug 1944              Lt Col Robert M Connolly

 

Commander, Combat Command A

11 Jan 1944                       Col B C Clarke                                  3 Dec 1944                 Brig Gen Herbert L Earnest

31 Oct 1944                      Lt Col Creighton W Abrams             22 Jan 1945                Col Hayden A Sears

18 Nov 1944                     Col William P Withers

 

Commander, Combat Command B

11 Jan 1944                       Brig Gen Holmes E Dager                 21 Apr 1945               Col Creighton W Abrams

8 Mar 1945                        Lt Col Creighton W Abrams

 

Commander, Combat Command Reserve

11 Jan 1944                       Col Louis J Storck                             12 Sep 1944               Col Wendell Blanchard

     2 Aug 1944                       Col Walter A Bigby

 

Headquarters Company, 4th Armored Division

Capt. Nelson D. Warwick

Headquarters Battery, Division Artillery

Capt. Clarence E. Visscher

Headquarters Company, CCA

Capt. Ottis Strong                             Capt. Alfred Owens

Headquarters Company, CCB

Capt. Richard R. Irving

Commanding Officer, 10th Armored Infantry Battalion

           Lt. Col. Graham Kirkpatrick              Lt. Col. Arthur L. West                     Lt. Col. Harold Cohen

Commanding Officer, 51st Armored Infantry Battalion

            Lt. Col. Alfred A. Maybach              Maj. Harry R. Van Arnam                 Lt. Col. Dan C. Alanis

Commanding Officer, 53rd Armored Infantry Battalion

          Lt. Col. George L. Jacques

Commanding Officer, 8th Tank Battalion

    Lt. Col. Edgar T. Conley,     Jr. Lt. Col. Henry P. Heid,    Jr. Maj. Thomas G. Churchill    Lt. Col. Albin F. Irzyk

Commanding Officer, 35th Tank Battalion

Lt. Col. Bill A. Bailey                       Lt. Col. Delk M. Oden

Commanding Officer, 37th Tank Battalion

     Lt. Col. Creighton W. Abrams     Maj. William L. Hunter     Maj. Edward Bautz, Jr.    Capt. William A. Dwight

Commanding Officer, 25th Cavalry Recon. Squadron

Lt. Col. Leslie D. Goodall

Commanding Officer, 22nd Armored Field Artillery Battalion

Lt. Col. Arthur C. Peterson

Commanding Officer, 66th Armored Field Artillery Battalion

     Lt. Col. Neil M. Wallace              Lt. Col. F. W. Hasselback

Commanding Officer, 94th Armored Field Artillery Battalion

                         Lt. Col. Alexander Graham       Lt. Col. Lloyd W. Powers                  Lt. Col. Robert M. Parker, Jr.

Commanding Officer, 24th Armored Engineer Battalion

           Lt. Col. Louis E. Roth   Maj. Alonzo A. Balcom, Jr.  Lt. Col. William L. Nungesser    Maj. Donald W. Hatch

Commanding Officer, 126th Armored Ord. Maint. Battalion

Lt. Col. Richard B. Euller

Commanding Officer, 704th Tank Destroyer Battalion

Lt. Col. Delk M. Oden                      Lt. Col. Bill A. Bailey                       Lt. Col. Henry P. Heid, Jr

Maj. Dan C. Alanis                            Maj. Charles I. Kimsey                      Lt. Col. James W. Bidwell

Commanding Officer, 489th Anti Aircraft Artillery Battalion

Lt. Col. Allen M. Murphy

Commanding Officer, 46th Armored Medical Battalion

Lt. Col. Robert E. Mailliard

Commanding Officer, 144th Armored Signal Company

Capt. Lucien E. Trosclair

Headquarters Company, Division Trains

Capt. La Rue McCleary

Commanding Officer, Division Trains

Col. David A. Watt, Jr.                                 Col. Wendell Blanchard

 

Casualties (Tentative)

Tués

  1238

Blessés

  4246

Disparus

  503

Capturé

  1

Battle Casualties

  5988

Non-Battle Casualties

  4508

Total des pertes

 10496

Percent of T/O Strength

 98.4%

Prisonniers faits

 90364

 

 

 

 



Individual Awards

DSC

  34

Medal of Honor

  3

Distinguished Service Cross

  45

Legion of Merit

  16

Silver Star

  845

Soldiers Medal

  11

Bronze Star

  3443

Air Medal            103

 

         

 

Awards
Presidential Unit Citation
(streamer embroidered ARDENNES)
French Croix de Guerre avec Palme
(streamers embroidered NORMANDY, and MOSELLE RIVER)
French Croix de Guerre
World War II Fourragère


Mercredi 13 septembre 1944
La compagnie de service  déménage à 12h15 à travers la Moselle à Crantenoy pour une nouvelle zone proche d’Haigneville à 13h15 un mouvement de 7 milles. Le bataillon est alerté de circuler dans la matinée à proximité de Vitrimont et traverse la Meurthe. La colonne de gauche à 13h55 déménage au Nord-est par Froville à 14h27, Einvaux à 14h58 et Landecourt à 15h37. Le bataillon stoppe sur la route en dehors de Lamath et attend pendant 4 heures en raison de la destruction du pont. Lamath est finalement pris à 19h50. La compagnie C traverse la rivière à Mont sur Meurthe sur les chars. La colonne se déplace vers une zone de rassemblement prêt à aller de l'avant lorsque le pont sera achevé.

 Il a ensuite été décidé de franchir dans la matinée. Le 2e peloton de la compagnie B établi un avant-poste au Sud de Lunéville pour déterminer l'état du pont. Ils ont reçu des tirs d'armes légères et de tirs de mortier. Comme l'ennemi se retire sur le pont, ils le font exploser, car il était déjà préparé pour la démolition. 7 prisonniers sont capturés durant la journée et il y a 2 victimes pour le bataillon.


Jeudi 14 septembre 1944
La compagnie A reçoit des ordres pour soulager la compagnie C et garantir la forêt de Vitrimont, mais la mission a changé et la compagnie A traverse la rivière et se déplace vers une position défensive à la limite Nord de la forêt. L'ensemble de la colonne  traverse la rivière sur un pont flottant construit par le génie et s’installe dans les zones de rassemblement en forêt de Vitrimont. Le QG du Bataillon franchit à 08h33. Il y a  une pluie constante toute la journée, rendant les routes boueuses et la misère des hommes.

A 15h30, les trois compagnies de ligne progressent afin de prendre un terrain élevé à leur front. Il s'agit d'une attaque coordonnée avec des chars et d'infanterie de rouler avec tous les véhicules. L'objectif a été pris avec seulement 4 blessés. Le bataillon emménage sur une aire de rassemblement au Nord de Vitrimont juste avant la tombée de la nuit.

Le T/Sgt Alexander R. Kischkum a prêté serment en tant que 2e lieutenant à 22h50 au 1er Bataillon.

9 prisonniers sont capturés au cours de la journée et de nombreux autres ennemis ont été tués et blessés. Certains prisonniers américains qui étaient entre les mains des allemands sont récupérés. Le bataillon déplore 5 victimes dans la journée.


Vendredi 15 septembre 1944
La compagnie A  démare à 08h00 pour aller à Serres mais a été retardée par le feu de l'ennemi dans les environs du canal de la Marne au Rhin à Maixe. Les compagnies A et B sont la cible de tirs de mortier et d’artillerie ennemie. Ils prennent le contrôle des hauteurs surplombant le village.

 Notre artillerie  couvre la totalité de la zone de l'avant avec un feu continuel. Le canal ne peut être franchi car tous les ponts sont sautés et l'ennemi offre une vive résistance.

Un soldat colonial français (Sénégal) signal au PC du bataillon à 09h00, il s'est échappé d'un camp allemand de prisonniers à Nancy, il est envoyé au CCB. Le Lieutenant Kischkum est blessé et évacué après avoir été assermenté à titre de dirigeant que 12 heures avant.

Le quartier général du bataillon est en alerte une fois au cours de la matinée, mais il n'a pas bougé. La traversée du canal ne peut toujours pas être assurée en raison de l'opposition de l'ennemi. La compagnie de service se déplace de Haigneville à 19h10 et installe son bivouac près de Damelevières à 20h10, sur une distance de 11 milles. 24 prisonniers sont capturés et le bataillon a 3 blessés.


Samedi 16 septembre 1944
Les ingénieurs construisent un petit pont sur le canal de la Marne à Maixe dans la matinée. Le QG du bataillon se déplace dans Deuxville à 13h07 et se croisent à 13h55. Ensuite, la colonne a procédé par le biais de Serres et ont pris position dans la périphérie Nord de Serres. Le PC du bataillon  se positionne juste à la limite Nord du  village à 15h00. Aucune opposition ennemie n’est à signaler, le bataillon est prêt à passer la nuit après avoir établi une position défensive. Le 2e peloton de la compagnie A à pour mission d'occuper le village d’Hoeville. Quelques tirs de l'artillerie ennemie et de tirs de mortier tombent dans le voisinage.

À 19h00, les chars, l'artillerie et les TD ouvrent le feu sur une colonne ennemie qui tentait de s’échapper à proximité d’Hoéville, les pertes ennemies sont lourdes. De la viande fraîche et des oranges sont distribués dans les rations.


Dimanche 17 septembre 1944
Il pleut fortement toute la nuit, le 2e peloton de la compagnie A emménage dans Hoeville et chasse l'ennemi. Ils ont capturé ou détruit  3 pièces d’artillerie, 2 véhicules et fait 7 prisonniers. A 07h40, le quartier général du bataillon se déplace en colonne, traverse Hoeville à 08h03, puis la colonne stoppe sur la route. La compagnie B, en avant-garde, se heurte à une résistance ennemie à l’entrée du village de Sornéville.

 

L'ennemi tire quelques obus explosifs de 20 mm sur le premier véhicule, blessant le  Lt Fox et un autre homme. Puis ils se retirent rapidement vers Champenoux. La compagnie B nettoie le village et procède à proximité de Moncel-sur-Seille, où un peloton de la compagnie B du 25e de Cavalerie, se heurte à un barrage routier couvert par des tirs de mortier. La compagnie B tire hors de la route.

 

Il y a un petit engagement et on découvre que le 25e de Cavalerie combat avec la compagnie A du 10e Bataillon d’infanterie blindée. La cavalerie est la cible de tirs, une voiture blindée est renversée et un homme est tué. Le barrage routier est couvert par des tirs de mortier et la cavalerie riposte. Evidemment, aucune information n'est reçue par l'un ou l'autre des ensembles concernant les mouvements de troupes amies et il a eu un certain temps avant que l'erreur soit découverte. Deux victimes ont été subies par la compagnie A du 10e et un mortier a été touché. La compagnie B et un peloton font le tour du flanc Sud afin de se saisir du barrage routier et  découvre que la cavalerie est engagée avec des troupes amies.

Pendant ce temps des obus anti-personnel frappent dans les environs de la compagnie de QG alors qu’ils sont garés sur la route en dehors de Sornéville. Ils ont été "overs" de la bataille de blindés de passer à la gauche. Le PC du Bataillon  emménage à Sornéville à 17h00 et les véhicules et le personnel trouvent refuge dans des granges et des bâtiments du village.


En raison de la distance entre le Service de Coopération et d'éléments de la ligne de front et le mauvais état des routes, un camion d'eau et de 2 camions à gaz sont restés avec le Bataillon à faciliter l'approvisionnement. La compagnie de service  déménage dans une zone à proximité de Maixe arrive vers 17h00. La journée est pluvieuse et généralement misérable. 26 prisonniers ont été pris et le  3e Bataillon subit des pertes.


Lundi 18 septembre 1944
La compagnie B continue à mener la colonne, le déplacement sur la route, à 08h30. Le QG du bataillon déménagé à 08h55, en passant par Moncel-sur-Seille et à l'arrêt à 09h40. A l'origine, l'itinéraire de la marche est à Chambrey, puis au Nord, en passant par la forêt de Grémecey à une zone de rassemblement dans les environs de Fresnes en Saulnois. Mais la route a été modifiée et la colonne a été condamnée à passer par Château-Salins. La colonne pénètre dans la province du Westmark, de l'Allemagne, autrefois contesté la province de Lorraine. Nous étions maintenant dans ce qui était considéré comme le Grand Reich.

Juste avant l'entrée de Château-Salins, une série de barrages routiers a été rencontrée. La résistance est forte et l'ennemi  ouvre le feu avec des armes antichars, de l'artillerie, des mortiers et des mitrailleuses.

 

 La compagnie B démonte, déplace les véhicules de la circulation et se déploie. Des tirs d'artillerie ont été demandés sur les installations de l'ennemi. Il fait de plus en plus sombre et toutes les parties de la colonne déplacée hors de la route dans les zones de rassemblement. Le PC est allé dans un champ d'un demi-mille au Sud-ouest de Salonnes.

La compagnie B  commence l'attaque de Château-Salins à 19h30 et, après de violents combats et après des tirs de l'ennemi extrêmement lourd, ils sont entrés dans la périphérie de la ville. Juste avant minuit, un message a été reçu du CCB pour demander si nos troupes pourraient être retirées de la ville. La réponse fut qu'il n'était pas souhaitable étant donné que les troupes sont dispersées et ne pouvaient être rassemblées dans l'obscurité. Estimations des forces ennemies pour défendre Château-Salins variée, mais on croyait être les restes dispersés, renforcée par des troupes SS. 3 prisonniers ont été récupérés, et 13 ont été tués, tous sauf un en compagnie B.

Mardi 19 septembre 1944
A 02h00 un autre message est reçu du CCB pour tous les hommes qui sont retirées à la fois de Château-Salins, de sorte que la ville pourrait être «rasée» dans la matinée. La compagnie B se replie et rentre dans le parc automobile à 04h00. L'ennemi a suivi le retrait et réoccupe la hauteur juste au Sud de la ville. Un changement de position et les ordres ont été reçus à nouveau et les compagnies A et C à pied, avec la compagnie B du 35e Tank Bataillon, reçoivent l'ordre d'attaquer et de prendre la ville à 07h30.

Avant que l'attaque commence toutefois, l'ennemi a dû être retiré du sol élevé à l'avant, à partir de laquelle ils pourraient effectuer des tirs directs d'artillerie. Le 2e peloton / Co "B", du Lt Cassidy, reprend cette hauteur après quelques durs combats. L'attaque progresse avec la compagnie A sur la gauche de la route et la compagnie C sur la droite. Un peloton de chars accompagne chaque compagnie de fusiliers. Les progrès sont lents comme les tirs ennemis sont extrêmement lourds. La compagnie C traverse un terrain a été goupillé vers le bas.

 

Lors de l'attaque, l'artillerie du 253e bombarde les positions ennemies. A 15h08, la compagnie A réussi à entrer et à occuper la majeure partie de la ville. La seule position tenu encore par l'ennemi est un point fort dans le collège agricole à la lisière Est de la ville.

La compagnie C ne parvient pas à la périphérie de la ville avant 19h45, quand il fait noir et pas beaucoup de gain de terrain peut être accompli. Ils ont établi la sécurité dans le Sud de la ville. La compagnie C a subi de lourdes pertes tous les jours, alors que la compagnie A n'a pas rencontré autant d'opposition car le terrain est mieux adapté pour une attaque.


Tout le monde regarde avec émerveillement le travail des médecins à l'aide station. Ils ont traité un homme du 253e qui avait son bras en lambeaux et tout son côté gauche déchiré, avec ses intestins sortit. Ils s'emploient à le sauver et il est encore vivant quand il est évacué. Le Capitaine Caravona dit qu'il a de bonnes chances de vivre. Son bras a dû être amputé.

La zone de l'école agricole, et encore aux mains de l’ennemi, c’est le centre de la résistance. Des tirs sporadiques d'artillerie, de mitrailleuses et des tireurs embusqués ont continué à harceler les troupes. Il y a beaucoup de combats de rue et la compagnie A doit nettoyer la ville maison après maison. Le commandement du bataillon se déplace dans la ville à 20h30 et installe un PC avancé.

La compagnie de service  déménage vers 08h30 à proximité de Sornéville. Il y a  35 victimes pour la journée et 13 prisonniers allemands. La plupart d'entre eux ont déclaré qu'ils étaient contraints de tenir leurs positions par les troupes SS.

Mercredi 20 septembre 1944
Durant les sombres heures du début de la matinée, l'ennemi a bombardé la ville et la route menant à la fourchette. Ils n'en restent pas moins à l'école et n'ont pas pu être délogé malgré de fortes concentrations d'artillerie sur eux. La compagnie B reste sur la hauteur du terrain et le 3e peloton avance et prend contact avec la compagnie A. La journée se passe à nettoyer la ville.

 

Un mortier sur Half-track a été endommagé par un obus qui a frappé le clocher. Il y a eu des bombardements intermittents dans la ville toute la journée et les hommes sont réfugiés à l’intérieur des maisons. Le PC avancé est situé à l'Hôtel de Ville et le Commandement du Bn occupe le bureau du maire. D'après les indications de la force allemande qui contrôle la ville, il était évident que la colonne est en territoire ennemi. La plupart des civils parlent allemand. Les hommes ramassent des drapeaux et d'autres souvenirs.

Un homme et une femme civils sont amenés au PC arrière parce que certains soldats les suspects, ils ont été envoyés au CCB. La femme est très jolie et tout le monde est au PC et la regarde. Le PC arrière est demeuré en place tout le temps. Une autre femme a été blessée dans la ville et traitée à l'aide station.

Durant la journée, une lettre remerciant les forces américaines pour avoir épargner le village de Chambrey d’un bombardement a été porté au poste de commandement. De nombreux civils tentent d'aller de Chambrey à Salonnes mais sont arrêtés comme il est à craindre qu'ils encombrent les routes. La plupart des civils dans la région sont signalés comme ayant fui en Allemagne.

Un message est reçu par le CCB en soulignant que nous sommes maintenant en territoire allemand et que les gens sont généralement hostiles. L'ordre  déclare que les armes sont assurées à tout moment par l'ensemble du personnel et qu'il n'y a pas de fraternisation avec la population. Le PDD eau a dû être changé à deux reprises pendant la journée car il était sous le feu de l'ennemi. A 17h30 la zone de la compagnie de service est bombardée et deux hommes de l’unité anti-aérienne ont été blessés et évacués.

Tard dans l'après-midi, les ordres sont reçus pour la colonne de sortir et de se joindre au reste du CCB dans les environs de Fresnes-en-Saulnois, sans passer par Château-Salins. La compagnie de service arrive à 19h00 sur une nouvelle zone située au Sud de Fresnes-en-Saulnois.

Jeudi 21 septembre 1944
Les hommes consacrent du temps à l'entretien et au nettoyage des armes et du matériel. C’est un jour ensoleillé et ont à la possibilité de faire sécher les vêtements et les couvertures. Il y a quelques vieilles tranchées de la Première Guerre mondiale dans la zone du PC et les hommes améliorent leurs trous individuels et des rations ont été distribuées.


Il y a  des bombardements intermittents ennemis durant l'après-midi. Pas d’explosions dans la zone de PC lui-même, mais certains sont tombés sur la chaussée et vers le bas, dans la zone de la compagnie C qui a déplacé certains véhicules pour éviter les obus.

Des informations sont reçues que des avions ennemis sont actifs dans le voisinage et l'ordre est délivré de camoufler. À 16h30, la compagnie C déplace les 1er et 3e pelotons à Laneuveville-en-Saulnois et Oriocourt.

A 17h00, le Lt Col Maybach décerne des Bronze Stars et Purple Hearts à des hommes qui leur sont accordées depuis la dernière présentation. Il y a  2 blessés et 4 prisonniers  capturés au cours de la journée.

Vendredi 22 septembre 1944
Le bataillon reste sur la même position. A 01h00, un tir de calibre 50 est entendu dans la zone située au Nord du PC et quelques minutes plus tard, des tirs d'armes légères sont entendues. L’ennemi bombarde vers 07h50 à tout le monde au PC se dépêche de se mettre à l’abri. Une forte concentration a atterri sur la route. Un camion gaz de la compagnie de service est touché et un homme est blessé. Un obus tombe à 15 pieds de l'un des véhicules M-8, mais aucun dommage n'est fait.

La viande fraîche et le pain sont livrés. Les véhicules de la 6e Division Blindée et la 35e Division d’Infanterie se déplacent vers l'Ouest, des informations sont reçues que l'ennemi a été conduit vers notre position actuelle par ces divisions et tout le monde est alerté par un renforcement de la garde. Le chapitre S-1 a emménagé dans une maison à côté de la zone de PC à l'Ouest de la ville et fait un travail. Il n'y a pas de victime et aucun prisonnier de fait.

Samedi 23 septembre 1944
Il commence à pleuvoir au petit matin et cela se poursuivra toute la journée, le sol est très boueux. Les obus de l'artillerie allemande continuent de tomber au Nord-ouest de la zone.

A 18h00, la compagnie A reçoit l’ordre de passer sur une position au Nord-est de la ville pour soutenir le 8e Tank Bataillon, où ils sont gardés comme réserve mobile et y restera la nuit.

Des questionnaires à remplir pour tous les hommes à fournir des informations pour les relations publiques ont été distribués. 79 remplaçants arrivent à la compagnie de service et sont envoyés aux compagnies qui leur sont attribuées. Les hommes de la compagnie A restent à la compagnie de service jusqu'au lendemain car elle est sur le coup.

Il n'y a qu'une seule victime et pas de prisonnier. Word venaient de la hausse du siège qu'un prisonnier allemand a déclaré l'ennemi se prépare à la contre-attaque le lendemain. Toutes les compagnies sont alertées et reçoivent l'ordre que tous les hommes soient réveillés à l'aube.

Dimanche 24 septembre 1944
La nuit a été calme, mais à 08h00 du matin, les obus de l'artillerie lourde ennemie commencent à tomber autour de la PC et du bataillon d’Aide Station. Le Sgt Agard de la compagnie de quartier général a été tué et deux hommes de la section de S-2 ont été blessés par la chute d’obus dans et autour du PC, qui était juste à l'Ouest de la ville dans un pâturage. La plupart des tirs ont frappés directement à l'aide Station adjacentes du Bataillon. Quelques-uns des médecins et des hommes sont blessés dans les premières heures du bombardement.

Alors que le traitement des blessés, les secours sont venus dans le cadre d'une forte concentration d'artillerie. Tous les 3 médecins militaires sont blessés et 13 soldats du détachement. Une ambulance de la 46e Armd Bn Médical est touchée.

 

Le Capitaine Sweeny est blessé et sur le point d'être évacué, il est dans l'ambulance quand celle-ci est frappée et il est blessé une deuxième fois. Le Capitaine Austin, bien que légèrement blessé, reste en poste. Il retourne à l’infirmerie et le centre a traité sa blessure mais il est revenu peu après. Éventuellement, tous Bn Hq, Hq Co and Aid Station déménagent dans la ville elle-même. L'ancien domaine était encore en cours de bombardement par intermittence. Il pleut au cours de la matinée.

Les hommes sont déprimés en raison des circonstances. Ce fut la pire Bn Hq Hq & Co avait souffert de l'action de l'ennemi. Quand il y a eu une rupture dans le temps, environ 10 avions sont passés, et mitraillés et bombardés les positions ennemies à l'Ouest et au Nord.

 

 Il y a encore des bombardements autour de la ville au cours de l'après-midi, mais pas trop non plus tomber dans le PC si ce n'est pour un tour occasionnel.

Un appel urgent est envoyé pour le remplacement immédiat du personnel médical car il n'y a que 5 hommes ont quitté l'aide de garde à l'aide station. Le centre d'aide compagnie a envoyé 5 hommes pour aider notre personnel. Choses silence et de bombardements intermittents est devenus plus tard dans l'après-midi. Il y a un manque d'information sur les troupes amies dans les environs. Les compagnies A et B rapportent quelques obus dans leur secteur, mais à part cela, ils n'ont pas eu trop de problèmes.

Un autre groupe d'avions venus de plus convivial avec une pause dans le temps vers 16h00. Un renseignement est reçue que le CCR a été lourdement bombardé sur sa position à l’entrée de la ville et se  déplace vers une zone située au Nord de Grémecey. Les ordres sont reçus par l’Officier de Liaison à 18h00 et que la 35e DI est prête à soulager cette division le plus rapidement possible. Le bataillon est autorisé à retourner en bordure Nord de la forêt de Grémecey, mais le CO a décidé de tenir la position actuelle jusqu'à ce que les secours soient arrivés. La Division de l'ultime zone de rassemblement, à l'aide d'urgence, soit dans les environs d’Arracourt. La compagnie de  service est bombardée et 2 pertes subies pendant la journée. Leur emplacement a été légèrement modifié.


Les hommes de la compagnie de quartier général et le détachement médical installent des lits pour la nuit dans des bâtiments tout au long de la rue principale de Fresnes-en-Saulnois et les véhicules ont été soit mis en bâtiments ou à côté d'eux.

La compagnie C a un peloton joint au 8e Bataillon de chars et il est signalé que le peloton à mi-piste est perdu. L'avant poste a dû se retirer lors d’une attaque ennemie, de quitter le véhicule. Les deux TD avec le Bn avait seulement recrues qui ne pouvaient pas le feu des armes. Mot qui a été reçu un P-47 a été abattu au cours de chacun des deux vols aujourd'hui. Les hommes au PC sont plutôt saccades quand ils sont allés au lit après les événements de la journée. Il a été estimé que l'ennemi était de fermer et que certains des civils dans la ville ont dirigé l'artillerie. Le temps semble calme et la nuit est claire et un peu de bombardements. Il y a eu 33 victimes dans la journée, 9 d'entre eux bataille fatigue cas à la Compagnie A.

Lundi 25 septembre 1944
Juste quelques minutes après minuit, d'intenses tirs d'artillerie ennemie ont frappé la région autour du PC du bataillon. Quelques obus sont tombés à proximité de la maison où est situé le PC. Dans la matinée, on découvre que deux obus effectivement ont frappé au coin du bâtiment lui-même et ont fait deux grands trous. Les Jeeps du CO et de la S-1 ont été criblées de shrapnel. Toute la nuit, une forte garde est maintenue dans la crainte d'une attaque ennemie. Il n'y a pas de victimes à la suite du bombardement.

La journée est relativement calme mais il y a une certaine proximité ronde à 19h00 et 22h30. De nombreuses couvertures sont réquisitionnées afin que chaque homme se protège du froid.

Les unités de la 35e DI sont signalées en mouvement et on s'attend à ce que les secours soient effectués tôt le lendemain matin.

 

A 21h30, le chargé de liaison est venu aux nouvelles que le PC avec le Bataillon laisserait à la fois et revenir à une aire d'assemblage au Sud d’Hoeville. Au cours de l'après-midi, le chargé de liaison a mis en place un ordre appelant à l'unité afin d'être soulagé par la 35e DI. Le CCB afin de souligner complet de secours et de l'infiltration progressive à l'arrière de chaque peloton était soulagé et soulignant qu'aucune hâte être employé. Le but de cette démarche est que les troupes doivent rester le plus sûr, l'entretien et la réadaptation la plus complète possible en attendant la définition d'une plus grande circulation de l'approvisionnement de l'arrière". Lorsque l'officier de liaison retourne ce soir-là, il déclare que le Chef de Corps du CCB avait ordonné de retourner à la fois, sans attendre la 35e DI d'apporter des secours. Les commandants de compagnie signalent au PC que les ordres sont donnés pour le mouvement. C'est une nuit noire et tous sont préoccupés par les risques de la circulation à travers la forêt de Grémecey, car l'ennemi d'exploitation est signalé le long de l'itinéraire de la marche. Les unités ont reçu l'ordre de sortir toutes les dix minutes entre les pelotons. Il y a des tensions quant à la possibilité de rencontrer l'ennemi et d'aller de l'audience bombardement de la ville. Heureusement, il n'y a pas eu de mésaventures. Il y a eu 2 victimes et 3 malades. La 8e Tank Bn détruit 3 chars à venir jusqu'à la zone de la compagnie B dès le capitaine Rockefeller les a appelé.

 


Mardi 26 septembre 1944
A 01h15, le premier peloton de la compagnie B passe par la ville et le reste du Bn suit dans le but de compagnie B, Hq Hq & Co, Détachement Médical, les compagnies C et A, ce qui a été libéré du 8e Tank Bn de rejoindre l'unité. Le parcours de marche a été de Fresnes-en-Saulnois, Grémecey, Pettoncourt, Sornéville et Hoeville. La plupart des routes sont utilisés dans les costumes avance précédemment. Il pleut beaucoup, ce qui en fait un froid humide. Les hommes sont misérables. Les routes  deviennent boueuses et des véhicules coincés le long de la route. Il est difficile de voir la route et suivre le convoi malgré les marqueurs lumineux sur les véhicules. A un certain endroit dans la forêt, une partie de la colonne a pris un mauvais virage, mais elle a été corrigée avant d’entraîner beaucoup de dégâts.

Il a fallu toute la nuit pour faire la marche et les bataillons arrivent sur une aire de rassemblement le long de la route entre Hoeville et Serres, à l'aube.

 

 Sous une pluie battante, le bataillon est immédiatement alerté de passer à soulager deux bataillons du 320e Régiment d’Infanterie qui  tiennent la ligne dans les environs d’Arracourt. A 09h30, le colonel Withers arrive avec des instructions. Le Major Alanis, Lt Dorf et un officier de chaque compagnie se rend à l'avant pour prendre contact avec le 320e  RI et organiser les secours.


Le bataillon commence à se déplacer à travers Serres à 11h15, et de 12h40 à Athienville Arracourt à 13h00, où les guides du peloton de Reconnaissance rencontrent les compagnies et les mettent en position. A l'origine les compagnies A et C sont là pour soulager chacun un bataillon le long de la ligne en général et au Sud de Réchicourt, Arracourt, face à l'ennemi près de Bures. Ils commencent à se déplacer et, éventuellement, les compagnies emménagent dans des postes précédemment occupés par les deux bataillons du 320e RI et un écart de 3000 verges entre eux dont ils n'avaient jamais couvert. Cela donne aux compagnies A et C d'environ 5000 mètres à couvrir. Le PC du bataillon et la compagnie B emménagent à la ferme de Riouville entre Arracourt et Réchicourt. Le PC du bataillon, les véhicules et le personnel trouvent refuge à l'intérieur et autour des divers bâtiments dans le voisinage. Un poste de secours a été achevé juste après la tombée de la nuit. Le personnel de l’Infanterie du 320e RI signale qu'il s'agit là d'un secteur tranquille mais tout s'est déchaîné à notre arrivée. Les allemands tirent avec des pièces d'artillerie lourde sur les positions et dans le village de Réchicourt. Des informations font état de chars mobiles et une contre-attaque est à craindre.

 

Il y a beaucoup d'ennemis et notre propre activité de l'artillerie a tiré harcelant feu pendant la nuit. Il est à craindre que l'ennemi se prépare à lancer une forte attaque. Deux prisonniers sont capturés et donnent des informations qui leur ont été ordonné d'attaquer deux fois ce jour-là et avec 8 chars, dont 3 ont été détruits. Ils étaient membres de la Reconnaissance de la 11e Panzer Division. Sur notre flanc gauche se trouve la compagnie A du 10e Bataillon d’Infanterie Blindé et sur notre droite, la troupe B du 25e Escadron de Reconnaissance Cavalerie.

Un peloton de la compagnie A du lieutenant Lahey est envoyé pour établir des contacts sur le flanc gauche du bataillon. Il rend compte avec le message suivant: "J'ai pris contact avec la 10e Bataillon d’infanterie blindé sur ma gauche et de chars ennemis à ma droite". Il a été signalé par le 320e RI que le premier obus ennemi a atterri dans ce domaine lors de l'arrivée de cette unité.

Les hommes semblent être complètement dégoûtés parce qu'ils avaient des visions d'une période de repos où ils pourraient s'occuper de leur hygiène personnelle, des vêtements et faire de détente bien nécessaire. Au contraire, ils sont jetés dans une ligne de front dans un endroit où l'activité est forte. La compagnie A du 691e TD Bataillon est joint au bataillon peu avant minuit en raison de chars ennemis dans les environs. Le ciel est dégagé et il y a une lune pour la première fois depuis longtemps. Un véhicule du détachement médical est laissé à Fresnes-en-Saulnois parce qu'il est coincé et ne peut pas être déplacé. Il y a 2 prisonniers capturés et un mort.

Mercredi 27 septembre 1944
Au cours de la soirée, la compagnie A continue de recevoir un bombardement sur le village de Réchicourt. La ligne de front  est avancée afin de s’aligner avec celle détenue par le 320e RI. Les conditions météorologiques ont éclaté juste et claire au matin, pour la première fois depuis longtemps. Puis il assombri avant longtemps et il fait froid et humide de nouveau et le temps reste misérable toute la journée.

Il est porté ou moins d'un duel d'artillerie passait toute la journée, chaque partie tente de frapper l'autre, le personnel et les véhicules. La communication téléphonique est établie entre les compagnies, le PC du bataillon est en pleine opération dans la salle du grain de la ferme. Artillerie avant l'incendie des missions d'observateurs appelés au téléphone pour le PC où le 253e Armd FA Bn Liaison Officer relayés à son bataillon. Un observateur avant signale une frappe directe sur un char ennemi.


On trouvera ci-joint le TD a également effectué de bons tirs. Des observateurs ont déclaré qu'ils voyaient les allemands sauter d'un char et de leurs vêtements en feu. Un peloton de la compagnie B se déplace pour aider à protéger le flanc gauche de la compagnie A dans la matinée. Un autre peloton passe sur la droite de la compagnie A plus tard dans l'après-midi pour la même raison. Le 2113e et le 110e Panzer Grenadier Régiment sont identifiés comme faisant partie des forces ennemies.

 

Malgré le mauvais temps, il y a beaucoup d'activité de l'aviation toute la journée. A 13h15, 3 avions ennemis volent à proximité et toutes les mitrailleuses dans le secteur ouvrent le feu. A 15h55, un P-51 est abattu à quelques milles au Nord-ouest du PC, et le pilote a peut-être sauté en parachute.

Les commandants de compagnie indiquent que le moral est bas. Les hommes ont eu trop de coups, sans repos. Ils sont soumis à beaucoup de bombardements par l'artillerie lourde dans la dernière semaine. On dénombre 17 cas de fatigue bataille aujourd'hui, et il est à craindre que le nombre monte rapidement. Les hommes ont aussi eu froid, l’humidité est généralement misérable, gisant dans leurs trous toute la journée. Pour la journée, une victime de 18 ans, plus 17 malades.

Pendant toute la journée et la nuit, il y a des rapports ennemis de chars et autres véhicules se déplaçant vers l'avant et ennemi personnel de creuser, l'artillerie  tire sur tout ce qui est signalée, mais les pertes ennemies sont inconnues. Un char ennemi, et deux semi-chenillés ont été définitivement détruits par les Tank Destroyer mais c'est tout ce qui est certainement connu. 7 prisonniers sont capturés pour la journée. On estime également que 312 ennemis ont été tués ou blessés.


Jeudi 28 septembre 1944
Vers 02h30, une patrouille ennemie s’infiltre dans les lignes du peloton de canons du PC et le T/Sgt Breece observe leur démarche et les repoussent avec des mitrailleuses et des grenades à main.

Le temps est clair et le soleil brille. Les choses sont relativement tranquille toute la matinée, mais dans l'après-midi, les allemands commencent à bombarder massivement dans la zone de la compagnie C et ils infligent des pertes. La compagnie A  signale que l'ennemi a tiré 70 tirs de pièces d'artillerie à Réchicourt en 11 minutes. Le plus petit calibre est du 105mm.

L’aviation ami est plus présente la journée et mitraille les positions ennemies. La mise en place de tirs antiaériens lourds allemands. Deux villages, Bures et Parroy, semblent avoir des concentrations ennemies qui sont bombardés par l'artillerie et par l'aviation.

Comme le crépuscule s'approche, l'ennemi commence à attaquer la compagnie C est en position, après une préparation d'artillerie lourde. Les ingénieurs sont censés entrer dans le bois, sur la compagnie C flanc droit, mais n'est jamais arrivé à destination. À la suite. Lorsque le bombardement frappe les positions et force les hommes à entrer dans leurs trous, l'ennemi réussi à venir à travers les tranchées sur le versant sud de la colline 318. Ils ne sont pas découverts jusqu'à ce qu'ils soient à une courte distance de nos lignes et commencent à jeter des grenades à main. Les artilleurs sont blessés et contraints de quitter leurs postes, ainsi que la compagnie C, après des combats acharnés. L'ennemi prend le contrôle de la colline et tout est mis en oeuvre pour les chasser et de reprendre la place avant le matin de peur que l'ennemi ai un observateur d’artillerie qui surplombe tout le Combat Command position et à partir de laquelle ils pourraient directement observer des tirs d'artillerie. La division d'artillerie tire le plus près pour soutenir cette unité n'avait jamais vu, en raison de la proximité des forces opposées autour de la colline 318. Dans de nombreux cas, les pelotons dirigent eux-mêmes le feu.

Le combat était féroce et proche toute la nuit. Le total des victimes est  de 30, mais tous les 5 de la compagnie C. Il y a 8 combats fatigue et des cas d’épuisement. Les hommes sont épuisés et ont besoin de repos. Des cas de combat fatigue ont cessé en raison de la constante des bombardements qu'ils subissaient par l'artillerie ennemie. Nous avons capturé 37 ennemis d'aujourd'hui.

Vendredi 29 septembre 1944
Il y a de violents combats pendant la nuit et le matin. L'ennemi est agressif, attaquant avec des unités d'infanterie et des chars, mais la compagnie C tient avec opiniâtreté. Avec l'aide de quelques Tank Destroyer, ils ont repoussé l'assaut après l’attaque ennemie.

Au levé du jour, la situation devient désespérée à cause de la présence de l'ennemi resté en possession de la colline 318 alors qu’ils peuvent voir les tirs de l’artillerie, la cuvette dans lequel toute le CCB est assemblé est en danger de devenir intenable. Il y a un épais brouillard qui limite la visibilité toute la matinée et sous le couvert de ce brouillard, la compagnie C tente de retrouver sa position d'origine. Ils progressent lentement, mais se poursuivent. La compagnie B du 8e Tank bataillon couvre leur avance. L'artillerie  continue à fixer et rétrécit le feu sur l'ennemi.

Vers midi, les avions amis mitraillent les positions ennemies à l'avant. Peu de temps après les P-47 bombardent aussi. Ils aident à alléger considérablement la menace de l'ennemi. A 14h00, les combats commencent à diminuer, et à 16h00, la situation est bien en main. Les avions viennent toutes les heures pendant la journée. Il y a encore des ennemis dans le Bois de Bénamont, sur le flanc droit et ils sont harcelés depuis nos lignes avec le crépitement des mitrailleuses. Un membre de la section des communications, Pfc Heffernan, a été tué par un tir de MG tout en posant des fils à la compagnie C.

 

Il y a beaucoup de combats avec les armes légères durant la journée. Les chars et les Tank Destroyer déversent un feu nourri sur les positions ennemies, et un total de 44 prisonniers sont capturés. On estime que 240 allemands ont été tués, 15 chars et 3 autres véhicules aussi sont détruit par la force de combat composée des A/24e, A/602e, des éléments du 25e, du 253e FA Bn, du 696e FA Bn, du 179e FA Bn, du 51e et les autres, depuis hier matin.


Samedi 30 septembre 1944
A 03h00, l'ennemi attaque une patrouille de combat de la compagnie C en position sur la ligne de front, des tirs d'artillerie les ont chassé, et le secteur est de nouveau calme jusqu'au matin. La journée a été terne et ensoleillé, mais il n’y a pas de pluie. A 10h00, les observateurs de l’avant du 253e FA Bn commencent à appeler dans le feu des missions pour observer les cibles de chars et d'infanterie à leur front. Pendant la journée, le village de Bures est rasé par notre artillerie qui tente de détruire un PC ennemi qu’il croit être logé là-bas. Ca a été le jour le plus silencieux encore pour ce secteur. Notre artillerie exécute de lourdes concentrations de tirs.

Le Major Général Wood, commandant la division visite le PC du bataillon, accompagné du Major Général Allen, ancien commandant du CCA de cette division, et à l'heure actuelle, le commandant de la 12e Division Blindée. On a également appris que le major Général Pritchard, ancien chef d'état-major et  du CCB commandant de cette division avait été commandant de la 1ère Division Blindée en Italie depuis le mois de juillet. Gen Wood n'a pas resté longtemps, mais il a été particulièrement désireux d'en apprendre davantage sur le moral des hommes.

Le Stars and Strippes du 27 septembre 44 ont un point sur un message de félicitations envoyé par le commandant du Corps de la Division Comdr. Il se lisait comme suit: "Heartiest félicitations. Un autre travail rapidement et bien fait. Jusqu'ici, votre commande a été le fer de lance de ce Corps, qui a entraîné tous les autres à l'avance à l'Est". Parole a été reçue que le 10e Bataillon blindé d’infanterie a été attaqué au cours de l'après-midi, mais l'ennemi a été chassé. A côté de cela, il a été plutôt tranquille pour le reste de la journée.

Il y a un mort et 4 cas de combats fatigues aujourd'hui. Il est estimé qu'un char ennemi est détruit et 15 ennemis tués. Deux prisonniers ont été pris. Le 1st/Sgt Hepburn de la compagnie A, et son chauffeur ont été légèrement blessé dans un accident d'auto, tout en apportant le rapport du Bataillon du matin au PC.
 
                                                     Octobre 1944


Dimanche 1er octobre 1944
La matinée a été plus calme. La grande nouvelle est venue à 07h00, quand un appel téléphonique du Quartier Général a annoncé que le major Dan C Alanis, Bn S-3, a été relevé de ses fonctions au 51e Bataillon blindé d’infanterie et a été affecté au 704e TD Bn, dont il a pris le commandement. Le Capitaine Harry J Rockefeller, commandant la compagnie B est affecté au Bn Hq comme S-3 et 1er Lt Joseph P Cassidy est placé aux commandes de la compagnie.


Le pilonnage de la ligne de front est relativement léger mais quelques obus tombent autour des bâtiments dans lesquels le  PC du bataillon est logé. Le temps est mauvais à nouveau toute la journée et il y a une autre grande quantité de bataille cas de fatigue, cinq à la compagnie A seulement. Le 1er/ Sgt Sonnabend de la compagnie C, a été blessé lorsqu’un obus est tombé près de son half-track.

 En général, c’est une journée sans histoire et les victimes sont relativement légères. 18 ont été évacuées pendant la journée et 13 sont des victimes de non bataille, des cas d'épuisement. Un homme a regagné son unité.


Lundi 2 octobre 1944
A 05h00, une patrouille ennemie d'environ 11 hommes apparaît en face du 2e peloton de la compagnie B qui est la cible de tirs, repoussés et convivial engagés par l'artillerie. Une patrouille de la compagnie B rapporte 9 chars ennemis détruits sur leur front et une patrouille de la compagnie C à accidentellement fait partir une des fusées éclairantes qui avait été placé par les ingénieurs comme un avertissement de l'approche de l'ennemi dans la nuit. L'artillerie ennemie a tiré par intermittence toute la journée sur tous les domaines. L’aviation amie est active au-dessus de nos positions de première ligne.

Le Lieutenant Général George S. Patton, commandant la 3e Armée, s'est rendu au Quartier Général de la 4e Division Blindée. Il a dit au Major Général Wood "Je considère la 4e DB comme la meilleur de toute les divisions blindées de l’armée des États-Unis». Le Brigadier Général Dager a appelé le PC et le Bn Comdr pour  informé que la déclaration sera diffusée à tous les hommes, par le commandement du Major Général Wood.
De la viande fraîche est reçue et distribuée, la journée démarre et le soleil brille plus l'après-midi. Il y a 11 blessés et 1 combat fatigue. Il y a 30 remplacements, 26 d'entre eux vont à la compagnie C et 3 hommes sont de retour dans leur unité. Pas de prisonniers  pris. Vers minuit, il y a eu une indication que le bataillon se déplace vers le haut dans la matinée.

Mardi 3 octobre 1944
Les ordres du CCB ont été changés et au lieu de l'ensemble du Bataillon d’aller de l'avant, un peloton de chaque compagnie a été communiqué sous forme individuelle de patrouilles pour passer à des points élevés, désignés comme J, K et L, en commençant à midi. La compagnie C a quitté à pied le midi, avec la compagnie B derrière lui. La compagnie A à reçu des bombardements dans sa zone et ne pas sauter jusqu'à 13h00. La compagnie C atteint un point à 800 verges devant leur objectif, où ils ont reçu des tirs d’armes légères et de tirs d'artillerie et ont été épinglées. Un ennemi autopropulsé de l'infanterie et des armes à feu se trouvent sur leur objectif, le point "L". La compagnie B patrouille est juste derrière la compagnie C qui a été la compagnie B objectif, le point «J». La patrouille de la compagnie A à également reçu le feu en essayant d'atteindre le point «K». Les ordres sont finalement reçus pour les patrouilles de tenir où ils sont avant la tombée de la nuit et de revenir à leur position d'origine sous couvert de l'obscurité.

Lt Col Ouest, le CO de la 10e Armored Infantry, le Colonel Withers, maintenant dans le commandement du 2e Groupe de Cavalerie et le Brigadier Général Dager visite le PC du Bataillon dans le courant de l'après-midi. Des centaines de bombardiers amis survolent notre secteur.

La compagnie A  reçoit un bombardement toute la nuit et le jour. Le Lt Cassidy reçoit la Silver Star Médal par le Lt Col Maybach. Un officier et 33 soldats sont reçus à titre de remplacement. Un char M-5 neuf est reçu par la compagnie Hq pour être utilisé comme un véhicule pour la commande Assaut Gun Platoon.

Les patrouilles qui ont été envoyés par les compagnies au cours de la journée grâce à notre retour infiltré les lignes à 22h30. Un mort, un disparu a été évacué et 21 le nombre total de victimes pour les trois patrouilles - une entreprise coûteuse. Les victimes étaient de 26, neuf cas de combat la fatigue. Neuf hommes retournent dans leurs unités.


Mercredi 4 octobre 1944
Il y a quelques bombardements de positions sur la ligne de front, avec la compagnie A bénéficiant de plein fouet. Mais il n’est pas aussi mauvais que le précédant de quelques jours. Au cours de la journée, la compagnie C  reçoit le plus gros de l'artillerie ennemie.
A 14h45, le Colonel Clarke, commandant le CCA, visité le PC du bataillon. Il laisse entendre que ce serait Bn partie de son commandement de combat dans le prochain déménagement de la division.

 

Au cours de son séjour, d'une heure environ, il examine la situation et prend des dispositions pour une meilleure coordination entre le 51e et le 10e Bataillon d’Infanterie Blindée. Il a également pris des dispositions pour un peloton de mortiers à 4,2 en support du 10e Bataillon blindé d’Infanterie.

A 17h15, les avions amis bombardent les positions ennemies. La mission se compose de 10 avions et ils se trouvent dans les parages pendant 20 minutes. Evidement ils ont touché quelque chose car il y a de gros nuages de fumée noire dans le lointain.

Vers 21h00, 5 camions sont venus pour évacuer les quelque 60 civils du village de Réchicourt et leurs affaires civiles. Environ 60 autres ont décidé de rester à travers les bombardements. Il y a 8 victimes d'épuisement et 3 cas aujourd'hui. 15 hommes sont de retour dans leurs unités.

 

Jeudi 5 octobre 1944
Durant les premières heures avant l'aube, l'artillerie ennemie  bombarde les zones en arrière de notre PC. Une patrouille ennemie, estimée à 15 hommes tentent de s'infiltrer dans nos lignes à la jonction des compagnies A et B. La patrouille a été chassée par des tirs d'artillerie et d'armes individuelles. Du sang trouvé dans le voisinage indique que l’ennemi a subit des pertes. La compagnie B a un homme tué dans cette action. Deux mitrailleuses ennemies sont trouvées dans cette zone immédiate. Dès que la patrouille se retire, un lourd barrage d'artillerie ennemie est fixé sur la zone dans laquelle l'action a eu lieu.

A 12h30, l'ennemi bombarde le 696e Armored FA Bn qui était juste au Nord-Ouest du PC. Plusieurs véhicules sont frappés et brûlent. 49 remplacements sont reçus et envoyés aux compagnies A et C. Selon les informations recueillies, la 26e Division d’Infanterie avance  renforce notre lignes de front, avec la possibilité qu'ils prennent sur nos positions et que nous serions soulagés de revenir à un espace à l'arrière. La journée a été généralement froide et sale, à l'occasion, fine bruine. Il y a 9 morts, 2 restants en poste et 7 évacués. L'un d'eux était un cas d'épuisement. Cinq hommes sont de retour dans leurs unités.

Vendredi 6 octobre 1944
La nuit a été calme. Bombardement léger. A 11h00, le CO et le personnel du 2e Bataillon du 104e RI de la 26e DI, Bn arrive au PC à organiser pour le soulagement de notre Bn par les leurs. Les arrangements qui ont été faits, au début 19h00, ils commencent à se déplacer vers le haut à pied de Arracourt pour renforcer nos lignes de front et celle de la compagnie du génie. Les 10e et le 53e Bataillons d’Infanterie Blindé ont été renforcés par d'autres bataillons.

Le plan provisoire a été que ce Bataillon demeurerait avec eux sur les positions. L'équivalent des unités de ce bataillon et c'était de rester ensemble jusqu'à 24 heures au moins se soient écoulés à partir du moment où toutes les troupes étaient arrivés sur la place. La raison de l'étendue de secours était que la 26e DI venait d'arriver des Etats et n'avaient pas vu de combat avant. Les hommes remarqué leurs propres uniformes et de véhicules, avec un léger sourire.

L'ensemble de la division devrait être soulagé et de retourner dans une zone à proximité de Drouville, Courbesseaux, Reméréville et Buissoncourt. Ce fut Bn d'emménager dans la zone située immédiatement au nord et à l'Ouest de Drouville et notamment le village lui-même. CCB Hq devait emménager dans Courbesseaux et environs. Lt Pomfret peeps reconstruction et deux ont été envoyés dans la matinée pour reconnaître emplacements pour toutes les unités de la zone.

A 13h45, le chargé de liaison mis en 4 pilotes tactique de la 9e Air Force, qui étaient en visite dans les lignes de front pour apprendre des effets de leur travail et d'essayer de prendre un peu de repères. Ils sont restés dans les environs du PC pour une courte période et a discuté avec le personnel.

 

Pendant qu'ils étaient là quelques P-47 ont mitraillé et bombardé les positions ennemies à l'Est. Le Corps des officiers de l'air à gauche et est allé à la ligne de front, où ils ont observé une certaine chutent ennemi chars de Co "C" position.

Au cours de l'après-midi, le T/Sgt Breece, en position au PC fusil d'assaut, a remarqué deux lignes blanches panneaux et un drapeau blanc volant d'une maison de ferme de St Pancrace, à environ 1000 mètres au Sud de notre position. Les hommes se méfient de lui et s’attende à une ruse des allemands. Le Capitaine Hope, S-2, a été envoyé pour tenter d'avoir les allemands de sortir et de progresser vers nos lignes, si ils voulaient se rendre. Rien ne s'est passé et il a foncé avant tout peut être fait à ce sujet.

Les conditions météorologiques étaient généralement les mêmes que hier vicieuse. Le 2e Bataillon du 104e RI arrive à la date prévue. Ils ont rejoint leurs positions d'ici à 20h00. Il y a eu 7 morts, 3 d'entre eux étaient des cas d'épuisement. 26 hommes retournés au combat.

 

Samedi 7 octobre 1944
A 03h30, le 2e Bataillon du 104e RI signale qu'ils étaient complètement creusés dans notre position. Ce matin à 08h00, le Brigadier Général Dager a appelé et ordonné à tous les véhicules du bataillon d’être retirés de la proximité du PC du bataillon. Cela a été achevé vers 13h00, à l'arrière des véhicules en mouvement.

Harceler l'ennemi shell-feu a été placée sur l'itinéraire du véhicule, le retrait, mais le changement a été effectué sans pertes. A 16h00, les ordonnances ont été délivrées à des entreprises de se retirer, par section, en commençant par la tombée de la nuit, les véhicules, les préparatifs au passage à Serres. La marche à Serres devait être également par des pelotons. Avec le I et R Platoon affichage des guides et des Lt Pomfret chargé de la liquidation des unités dans la zone de rassemblement. Aucune raison n'a été donnée pour le passage à Bn Serres, mais nous CCB avait ordonné à cette assemblée.

Le bataillon  commence à sortir, par peloton, à 18h50, avec Bn QG, moins le CO, S-3 et Section des communications, en tête. Le 1 & R a précédé le Bn d'une heure pour écrire des guides pour la route. Comme les pelotons sont venus au large de la ligne. Ils ont marché vers leurs véhicules et se déplacent lentement à la nouvelle assemblée. Ils ont traversé Arracourt, et Athienville, Serres. Les troupes de la 26e DI étaient sur la route allant vers l'avant. Une partie de la reconstruction des éléments de cette division a été perdu et en stationnement. Tous les pelotons étaient sur la route d'ici 22h30, date à laquelle le CO, S-3 et de la Communication Section de gauche à la fin de la colonne, après avoir fermé complètement le PC. L'ensemble a été Bn bivouaqué dans une zone juste au sud de Serres par minuit. Nous étions dans Corps de Réserve. Il y a eu deux victimes dans le Bn aujourd'hui, un tué et un blessé. 11 hommes sont revenus au devoir.

Dimanche 8 octobre 1944
Pour la première fois depuis Raids, la cuisine a servi un repas chaud. Avec petit déjeuner environ 08h00. Pas de "B" rations étaient émises et en a fait la cuisine les repas du 10-en-1 et d'autres rations cotes et se termine qu’il a accumulé. Les hommes ont été très enthousiastes à l'idée de voir leur cuisine et de la queue pour chow nouveau.
Le reste de la journée est consacrée au nettoyage de ces hommes, de lavage, de détente et de faire ce qui leur plaît. Duffel ont été portées dans les sacs et les hommes a sorti les vêtements qu'ils voulaient et transformé les sacs de nouveau. Une réquisition de toutes les pénuries et de l'équipement est en cours d'élaboration.

Le bataillon Comdr convoque une réunion de tous les commandants de compagnie et de détachement à 14h00 et axées sur elles au sujet de l'Bn set-up. Il les a informe que nous n'étions pas dans une période de repos, mais en Corps de Réserve. Nous devions avoir un tiers des Bn sur le qui-vive à tout moment en cas d'une percée à l'avant.

 

Tous les hommes ont dû creuser des trous individuels depuis que nous étions dans une fourchette allant de l'artillerie lourde et de roquettes et il y avait une possibilité d'attaques aériennes ennemies. Le CO a émis des ordonnances que tous les véhicules devaient être vidé, nettoyé et graissé. Daily inspection devait avoir lieu de tous les hommes sous les armes et de l'équipage et à bord de véhicules armes. Il devait y avoir une certaine formation. Le village de Serres est "hors limites". Robe était DO et tous étaient à l'usure des ceintures et des armes au moment de quitter la proximité de leurs véhicules.

L'une des compagnies de ligne, à partir de demain, a consisté à envoyer 200 hommes à Nancy par jour, avec la compagnie A en premier. Ils sont allés dans une piscine intérieure et aussi la chance de se laver. Un service Protestant  a eu lieu à15h30 à proximité de la station d'aide par le Chaplain Ray. La messe catholique a eu lieu à 16h00 et près de Service Co aveux ont été entendus au début de 15h00.

Un film de projectionniste 12e Corps spécial de l'unité des services a été affecté au Bn pour toute la période sur les lignes. Des spectacles ont été donnés à 19h00 et 21h00 dans une grange près du village en CP. La première présentation a été extrêmement surpeuplée et certains ont dû être refoulés, mais le second n'était pas au complet. La photo a été "vacances de Noël" avec Deanna Durbin.
La journée a été chaude et ensoleillée, et tout le monde est heureux. Trois hommes ont été évacués pour maladies et les deux hommes ont regagné devoir.

Lundi 9 octobre 1944
Il pleut légèrement au cours de la matinée et la journée est très nuageuse et humide. Des travaux sont entrepris sur le nettoyage des véhicules et l'équipement du personnel et de la préparation des demandes complètes. Co "C" avait organisé l'athlétisme. D'autres avaient l'exercice physique et de la formation.

Un nouveau film, "Cover Girl", avec Rita Hayworth, a été diffusé à 10h00, 14h00, 19h00 et 21h00. Six camions, avec 100 hommes de la compagnie A et une partie de Hq Hq & Co, et Det Med Service Co former un autre groupe de 50 personnes s'est rendue à Nancy à 10h30 et 12h30 pour se baigner dans la piscine intérieure.

Un Clubmobile Croix-Rouge est arrivé sur la zone à 14h30, et a servi du café et des beignets à tous les hommes jusqu'à 17h00. Trois travailleurs ont été fille avec l'unité. La cuisine préparée eau chaude et les hommes semblent américains aiment parler à des filles, en dépit des mauvaises conditions météorologiques. Il y avait un bureau de vente en magasin Serres, et la plupart des agents ont acheté des bottes de combat et d'autres articles d'habillement. L'agente du personnel est arrivée à 16h00 de payer les hommes et de récolter de l'argent pour être renvoyés chez eux. Il a commencé par rendre compagnie C. Le moral des hommes était certainement beaucoup plus élevé en raison de trois repas chauds par jour, malgré les mauvaises conditions météorologiques. Il est extrêmement sombre et pluvieux toute la nuit. Les hommes de retour de la dernière séquence, pouvaient à peine trouver leur chemin vers le bivouac. 2 hommes ont été évacués malades et 7 hommes retournés au devoir.


Mardi 10 octobre 1944
Il est une autre vilaine journée aujourd'hui, la pluie cesse. Les zones étaient devenues mer de boue. Aujourd'hui est jour de paye pour Hq Hq & Co, et Det Med Service Co. M. Mowen utilisé la grange à côté de celle où l'on présente des films, de payer Hq Hq & Co & Med Det. Service Co a été versée dans son domaine. Il y avait Août états de paie est versée. Maj Gen Wood était prévu de visiter le Bn aujourd'hui, et tout le monde nettoyé et contrôlé dans les domaines de l'anticipation, mais il ne s’est pas montré. Il était dans les environs, mais il n'a pas visité le Bn.

Films continue et il y a une montre à 13h00, 15h00, 18h30 et 20h30. La photo a été "Knickerbocker Holiday" avec Nelson Eddy. Les hommes ne l'aiment pas autant que ce qu'ils ont les deux précédents films. "Cover Girl" était le plus populaire des trois. Seule une poignée d'hommes ont participé au dernier show probablement de la mauvaise opinion de la preuve et de la météo.

Protestante portaient des services censée avoir lieu à 16h00 près de la station d'aide, mais ont été annulées en raison de la pluie. La compagnie B a envoyé des hommes à la piscine à Nancy aujourd'hui, avec certains éléments des Hq Hq & Co, Det Med & Services Co. Les hommes ont tous beaucoup apprécié. 7 hommes ont été AWOL de Co "B" et ne sont pas rentrés de Nancy avec les camions. Hay a été délivré aux sociétés pour les hommes de dormir. Cela a contribué considérablement à les rendre confortables. Six hommes ont été évacués par mesure de maladie et de deux retournés au devoir.

Mercredi 11 octobre 1944
Il a plu toute la nuit jusqu'à l'aube quand il s'arrête soudainement et a commencé à se dissiper. Dans l’après-midi, le soleil brille. Co "C" a envoyé des hommes à Nancy à 11h30 et 13h30. Parole a été reçue que le major Général Wood aborde l'ensemble du Bn à 15h00. La journée est consacrée par les hommes à se nettoyer eux-mêmes de son arrivée et d'inspection, qui se tiendrait après sa présentation par les commandants de compagnie. La société mess steak servi pour le déjeuner. L'après-midi, les films ont été annulés en raison de l'attendre parler. Le Bn a été complètement montons en 14h30 pour attendre son arrivée. L'uniforme était OD's, combattre vestes, couvre, avec des ceintures harnais et des armes déchargées.

Le Général Wood est arrivé rapidement à 15h00, accompagné du Brigadier Général Dager. Il a fait remarquer que les hommes qui m'ont plu et a parlé au bataillon. Il a déclaré qu'il était fier de cette division et que c'était une excellente une à l'armée américaine. Il a dit que le commandant de l'armée a éprouvé le même sentiment à ce sujet. Il a déclaré que cette division n'a pas pu être arrêté par les allemands, mais que le retard n'était pas la faute des hommes de la division, mais plutôt ceux qui se trouvent derrière nous ", qui ne pouvait pas nous garder avec nous." Gen Wood a également dit un mot en hommage à ceux de la division qui ont donné leur vie pour leur pays. Il a appelé l'attention du bataillon et salué. Il a loué aussi bien ceux qui avaient été avec l'unité depuis son arrivée outre-mer et les nouveaux hommes qui se sont joints depuis lors.


Le Général Wood a ensuite présenté à la Silver Star au T/4 John R Steller et Bronze Star pour le T/5 Walter Anderson et le Pfc Henry V Schmidt, tous Bn Hq. Il avait aussi une Bronze Star pour le Pfc Sam Scalzo et le T/5 Donald Shaw mais ils n'étaient pas présents. Il a quitté à 15h15.

Juste avant l'arrivée du général Wood, les deux Croix-Rouge Clubmobile réussi l'assemblé Bn. On a créé un spot entre Co "A" et Co "B" pour les hommes de ces unités, et une mise en place à un endroit situé au centre de Bn Hq Hq & Co, Co "C", et le Service Co Med Det. Il y a beaucoup de café et des beignets pour tout le monde après l'exposé.

Catholique de services ont eu lieu dans le domaine de l'aide à la station 16h00. A 18h30 et 20h30, le tableau "You Can't Ration Love" avec Johnny Johnson et Betty Rhodes, a été montré. Il s'agissait d'une légère comédie musicale, et les hommes étaient très heureux. Les commandants de compagnie ont établi un calendrier pour la formation de forage qui doit avoir lieu tous les jours le matin. La compagnie A paye aujourd'hui pour le mois d'août. M. Mowen il a été signalé la plus grande paie encore plus de 100 pages de long. Des fournitures de tous types ont été reçues par le S-4 et distribué aux entreprises.

Le personnel de la section fait un bilan de l'ensemble des victimes du Bn jusqu’au 5 octobre 1944. Ils étaient:
100 tués en action
Disparus : 21
353 victimes évacuées
Les victimes d'accidents et de blessés (resté en service) 131
Blessés évacués retourné au combat 45
Total des victimes : 650
Ceci était basé sur le personnel et non pas les plaies. Un homme blessé 2 fois est toujours considéré comme un mort.

A 24h00, le Bataillon a été relevé de ses fonctions de maintien de 2 compagnies de carabiniers alertés dans le cadre d'un groupe de travail pour être prêt en cas de l'aide soit nécessaire à l'avant. Le Bn revenue à l'état de simples corps de réserve, avec le reste de la division. Deux hommes ont été malade et évacué et le même nombre retourné au combat.

Jeudi 12 octobre 1944
A 08h30, la compagnie B a été versée pour le mois d'août par M. Mowen. Les autres compagnies tenues de forage au début 08h30 grâce à midi. Le temps était ensoleillé et chaud le matin.

PX rations ont été reçues et ventilé aux entreprises. En outre, certains PX fournitures destinées à être vendus ont été reçus par le Lt Webster, PX Officer, et ventilé pour les entreprises, qui les mettent sur la vente aux hommes. Il n'y avait que quelques points. Les compagnies ont commencé à émettre des vêtements et équipements reçus de la section 394. Il y avait encore une certaine pénurie mais la grande proportion de la pénurie de vêtements ont été pourvue.

Il a commencé à pleuvoir à 15h45 et un grand service protestant qui doit se tenir à l'aide de la zone de la gare, a été déplacé dans la grange où les films ont été montrés. Il y avait 4 aumôniers et 3 organes au service. Seuls 75 hommes ont participé en raison de la mauvaise météo. Chaplain Schenk, l'aumônier juif, a été inclus dans les quatre. Il est resté après ses services et a dit quelques mots. Les autres étaient Major Bowman, le capitaine et le capitaine Arnold Ray.

Le film était "Flesh and Fantasy" avec Betty Field, Charles Boyer, Edward G Robinson, Barbara Stanwyck et une foule d'autres. Un spectacle a été donné à 13h00 et un autre a été de commencer à 15h00, mais le projecteur s'est tout comme elle a commencé et les performances ont dû être arrêtées. Ainsi, la grange était à la disposition des services. Toutes les compagnies, sauf la compagnie de Service à envoyé 25 hommes à Nancy pour les douches et la natation à 11h30 et de nouveau à 13h30. La compagnie de Service en envoi 15 et le détachement Médical une dizaine. 23 remplacements sont reçus et ils sont allés à la compagnie de Quartier Général, à la compagnie B et la compagnie C.

Duffel sacs ont été restitués pour le stockage. L'agent de traitement dentaire des dents de 16 hommes d'aujourd'hui. Seuls les soins dentaires d'urgence qui se font. Le film de la soirée est donné à 18h30 et depuis 20h30 le projecteur a été réparé.

Le commandement du bataillon émet une note de service à toutes les compagnies, en soulignant que vestimentaire uniforme serait nécessaire et que foreuse devait se tenir début quotidien ponctuellement à 08h30 jusqu'à midi. Il a également déclaré que les sujets seraient préparés par les instructeurs à l'avance. Cette note a été publiée pour corriger les carences constatées lors de l'AG de la tournée d'inspection dans la matinée. 6 hommes ont été évacués et 5 malades retournés au combat.


Vendredi 13 octobre 1944
A 02h30, le personnel du PC du Bataillon a été réveillé par un coup de feu. Le Bn Hq commis, juste après avoir été relevé de garde, avait accidentellement déchargé son arme et a tiré sur lui-même dans le pied. Le temps, ternes le matin, mais le soleil est sorti plus tard dans l'après-midi.

Formation continue et il y a eu une amélioration notable de la clôture afin de forage et de la tenue vestimentaire des hommes. De viandes fraîches et de pommes de terre avaient été délivrés et les cuisines des côtelettes de porc servi pour le déjeuner. Plus PX rations de ventes ont été reçus et vendus dans les compagnies. Il y a eu un très petit nombre d'articles utiles dans le stock, mais tout a été épuisé en peu de temps encore. Plus d'habillement a été publié pour combler les demandes de pénuries et il y avait quelques points à gauche que les hommes ne l'ont pas reçu.

Le commandant général de la CCB appelés Lt Col Maybach et l'informa qu'il allait Nancy pour prendre une douche et que le Lt Col Maybach a été laissé en commande. Des films sont passés à nouveau aujourd'hui, à 13h00 et 15h00. Le projecteur a éclaté de nouveau vers 18h30 montrent, et il a dû être annulé pour le reste de la soirée. La photo a été "Up in Mabel's Room", avec Gail Patrick Dennis O'Keefe, Binnie Barnes et Marjorie Reynolds. Des convois ont continué à Nancy pour la douche et la natation et toutes les compagnies ont continué à envoyer des quotas proportionnels à 11h30 et 13h30. La musique de la 4e Division Blindée a joué à 13h30 pendant une heure.

 

Les 15 premières minutes ont été consacrées à la musique martiale et le dernier 45 minutes, le groupe de jazz joué de la musique populaire. Les services pour les Juifs ont eu lieu dans le domaine de la CCA Med Det et toute personne qui voulait s’y rendre a été prise par les véhicules. 5 hommes malades ont été évacués et 4 ont regagné leur compagnie.


Samedi 14 octobre 1944
Il pleuvait dur avant l'aube et pendant le début de la matinée, mais le temps s’améliore dans l'après-midi et le soleil est sorti. Formation continue au cours de la matinée. M. Mowen ramasse l'argent des hommes qui désir l'envoyer chez eux. De nombreux vêtements et de fournitures ont été distribués à tout le personnel et il n’y avait pas de pénuries.

Les camions continuent toujours à prendre des hommes pour Nancy, afin d’effectuer de la natation et de prendre leurs douches, mais c'était la dernière journée à cause une division douche point devait être créé à Art-sur-Meurthe pour cette Bn demain et tous les camions devaient être prêts à prendre autant d'hommes Que possible. Blanchisserie ont aussi été recueillies pour être remises à un QM lessive le lendemain. Les hommes étaient limités à un certain nombre de points.

La situation alimentaire continue à être bonne. Rôti de bœuf et de la purée de pommes de terre ont été servis pour le déjeuner. Le changement de la ration «K» contribue à améliorer le moral de la troupe. A 13h00, le Major Van Arnam et le Capt Hope sont envoyés à la CCB, où ils ont été pris, avec d'autres représentants d'unités de la division, à la 35e DI secteur et orienté sur le terrain et de la situation générale dans cette affaire devait aller Bn à l'appui de la 35e DI dans le cas d'un ennemi percée. Lt Col Abrams, Div Chirurgien, a inspecté le Détachement Médical à 14h00.

La grande nouvelle de la journée fut l'annonce que Nancy n'était plus «off? Limites" et que, dès demain, toutes les unités du Bn pourrait envoyer 5% de leur personnel à cette ville, située sur le col. Ils devaient être pris dans des camions, quittant la zone à 10h30, et de retour au camp, par des camions à 20h30. Les hommes ont été très excités à l'idée de leur premier passage en France.

Le projecteur de film a été réparé et le film a repris. "Up in Mabel's Room» a été montré à nouveau à 15h00, 18h30 et 20h30. Les hommes jouissent de la lumière comédie beaucoup. A 19h45, il y avait un épais anti? Tirs Sud et l'Ouest du PC. 2 hommes ont été évacués en raison de la maladie et 7 retourné au combat.

Dimanche 15 octobre 1944
Le temps était incertain toute la journée, mais la pluie a tenu qu'après la tombée de la nuit, quand il a commencé à bruine intermittente. A 04h00, il y avait un son familier, le gémissement des réservoirs au-dessus. Ils venaient généralement du nord et a atterri à une bonne distance à l'Est du PC. Pas de forage a eu lieu aujourd'hui, car c'est dimanche.


Lt Col Olbon, Exec Off, CCB, a visité le PC à 13h45 et est resté jusqu'à 15h00. Le CO est allé à Div Hq et le Major Van Arnam a été laissé en charge. Des services Protestant ont eu lieu près de la station de l'aide à 16h00 alors que, dans le même temps, des services catholiques se tenaient dans l'église de Serres.

A 16h45, une cérémonie d'attribution de médailles a eu lieu au CP. Major Van Arnam, en l'absence de Lt Col Maybach, a décerné la Silver Star au 2e Lt Gibson et des Bronze Stars au Caporal Rickey Howard, T/5 Donald Shaw et Sam Pfc Scalzo. Les médaillés n'étaient pas disponibles, mais les rubans ont été présentés ainsi que des preuves écrites de la sentence. Des Purple Hearts ont été présentés aux 35 membres du bataillon de la même cérémonie. En outre, le premier Bronze Oak Leaf Cluster à la Purple Heart, a été décerné à 5 hommes de la même cérémonie. Sgt Chas, Yarbrough a été présenté le deuxième Bronze Oak Leaf Cluster. Il a été le premier homme à être blessé 3 fois et de rester avec le Bataillon.

Le film calendrier continué à tourner régulièrement. Le spectacle était "Pin? Up Girl» en Technicolor, avec Betty Grable. L'image encore plus populaire était "Cover Girl" avec Rita Hayworth et Gene Kelly. Le deuxième meilleur des cas, par l'opinion populaire, est sans doute "Up in Mabel's Room". Depuis que les convois ont commencé entrer dans Nancy, il y a eu quelques AWOL's chaque jour, mais la quasi-totalité sont revenus le lendemain, le plus souvent après avoir raté le camion. 2 hommes ont été évacués et un homme malade retourné à devoir.


Lundi 16 octobre 1944
Il a de nouveau plu presque toute la journée et la boue était pire que jamais. Formation continue aussi bien qu'il le pouvait dans les circonstances. L'agent de traitement dentaire de 7 hommes à l'aide station.

A 13h00, un convoi a été envoyé  prendre des hommes qui veulent aller à la douche à Art-sur-Meurthe. La demande a baissé et seul un petit nombre ont été en cours ces derniers temps. Le film était "Devotion" avec Ida Lupino et Olivia de Haviland. Il a été l'histoire des sœurs Brontë. Même si une bonne image, il n'a pas trouvé attrait populaire parce que les hommes préfèrent les comédies et les comédies musicales dans leur présent état d'esprit. Un convoi de cinq camions à gauche au 15h15 de prendre un total de 175 hommes à un USO spectacle à l'auditorium de Dombasle. Commentaires concernant cette dernière en avait pas trop favorable. 5 hommes sont revenus aujourd'hui, plus 2 remplaçants.

Le personnel de la section compile des chiffres qui montrent que ce Bataillon a reçu un total de 11 officiers et 505 hommes enrôlés de remplacement Bataillons depuis son arrivée en France.

Mardi 17 octobre 1944
La constante de mauvaises conditions météorologiques commençait à arriver sur tous les nerfs, comme d'habitude, on a le même type d'une journée. Drill continué normalement dans la matinée. Une radio scolaire pour tous les personnels de communication a été lancée aujourd'hui à la Bn par le PC Section Communication. 4 allemand demi »? Piste, la française berline et un vieux char français ont été placés dans un champ à environ 2 milles du PC et la Compagnie A a envoyé les hommes dans cette région pour tirer aux bazookas et des grenades à fusil antichar, pour leur donner plus de confiance, tout le personnel a utilisé ces armes.

65 Combat Infantryman Badges ont été reçus par le Bataillon et répartis entre les différentes organisations. C'était la première fois que la plupart des hommes ont vu le badge et il y avait un peu d'excitation à son sujet. La plupart des hommes ont fait remarquer qu'il était extrêmement attrayant.

Passe continué comme d'habitude, ainsi qu'un voyage dans les douches à 13h00. Le film est aujourd'hui «Le Faucon et le co? Eds" avec Tom Conway. Il a été généralement apprécié. Un autre convoi est allé à Dombasle à l'USO spectacle. Plus d'habillement ont été délivré. Pendant la journée, 10 patients ont été traités dentaire. Certains P 47 ont volé dans l'après-midi avec une légère pause dans le temps. A 21h30, un camion dans le convoi de retour de Nancy avec les hommes sur le col remis hors de la route entre Haraucourt et Reméréville. Personne n'a été blessé et le véhicule a été endommagé.

Mercredi 18 octobre 1944
Il y avait peu de changements dans les conditions météo? Juste un autre vilain, jour de pluie, mais les hommes ont fini par accepter les conditions météorologiques et en tirer le meilleur parti. La formation continue comme d'habitude. Les hommes de la compagnie B tirent au bazooka et des grenades à fusil au même endroit que la compagnie A, hier. Fermer afin de forage, de l'équipage et des critiques au sujet des exercices de combat expériences comprenait le reste de la formation.


Les convois comme d'habitude sont sortis pour prendre des douches pour les hommes de 09h00 à 13h00, et le contingent régulier est allé à Nancy sur la carte. Le film a été "Summer Storm" avec George Sanders et Linda Darnell. Le Co et Exec Off visité la Division Hq dans l'après-midi. Un total de 4 hommes a été évacué, 2 blessés et 2 malades pas dans l'action. 2 hommes retournés au devoir.

Jeudi 19 octobre 1944
Aucun changement dans le temps, ni  dans les activités de la journée. La compagnie C tire aux bazookas aujourd'hui. A 13h00, le Brigadier Général Dager visite le PC, mais il est resté seulement quelques minutes. Le CO a convoqué une réunion de tous les commandants de compagnie à 11h30. Il leur a dit les déficiences constatées dans la formation et a donné des ordres pour les sujets d'être soulignée à l'avenir.

 

 Il a insisté sur l'instruction dans les premiers secours, de sécurité, de l'armée de courtoisie, de la manipulation et de l'IPL conditionnement physique. Les médecins ont reçu l'ordre de commencer la vérification de l'ensemble du personnel. L'accent a été mis sur la politique de non fraternisation avec les allemands, les pillages et les règlements de conduite. Des instructions ont été données qu'aucun agent de disque et les chaînes seraient sur tous les demi? Pistes, les sachets de premiers secours doivent être porté sur le côté droit et le contrôle des munitions doit être fait.

M. Mowen, administrateur du personnel, était dans la zone et Bn rémunérés pour le mois de septembre. Un convoi a pris les hommes à Dombasle à voir un spectacle à l'USO à 12h45. Une autre gauche pour les douches à 13h30. Les hommes passent ensuite comme d'habitude. Deux Club mobiles Croix-Rouge sont arrivés à 13h30 et est demeuré dans la zone la plupart de l'après-midi. Le film calendrier régulier suite. La photo a été "Honey Moon Lodge" de David Bruce, June Vincent, Harriet Hilliard et Ozzie Nelson. Le soleil est sorti pour une courte durée et a été accueillie avec enthousiasme, mais la pluie a suivi plus tard.

Plus ennemi de véhicules ont été remorqués à l'anti? Citerne gamme par Service Co. Au total, 6 hommes ont été évacués, tous les malades sauf un homme qui a accidentellement tiré sur lui-même; 4 hommes retournés au devoir.

Vendredi 20 octobre 1944
Pour la première fois depuis longtemps, il n'a pas la pluie et le temps était plus agréable de la journée. Formation continue et passe comme d'habitude. Dans la matinée, la CCB s'est rendue à CO Hq et a demandé la permission d'aller de l'Bn dans un endroit où le PC pourrait être placé dans une ville pour faciliter le travail. Cette permission a été accordée de se déplacer vers la ville de Drouville, à 5 kilomètres de l'emplacement actuel. A 11h30, le CO a convoqué une réunion de tous les commandants de compagnie et les a informés de la mesure proposée.

Après-midi ont été annulés, mais les films sont sortis des convois pour les hommes et les hommes vont passer à la douche. Le S-3 a choisi les domaines des compagnies dans la matinée et les compagnies ont déménagé entre 15h00 et 16h00. Toutes les unités ont été mises en place à 17h00, situé autour de la ville. Le PC du Bataillon a été installé dans le combiné école et mairie. Toutes les sociétés du PC et des cuisines étaient dans les bâtiments et les véhicules et les hommes étaient éparpillés tout autour de la ville, avec les hommes dormaient dans les bâtiments ou dans les champs qui entourent la ville.

La plupart de l'après-midi a été consacré à s'installer dans le nouvel emplacement. Service Co Hobart soudeur a été utilisé comme un générateur pour la fourniture de l'électricité pour le PC. Tout le monde était très confortable dans le nouveau domaine. Il n'y avait pas beaucoup de boue. Communication téléphonique a été établie pour toutes les sociétés et à une augmentation de siège. Le film projecteur a été mis en place dans un grand grenier sur un café, et les images ont été exposées à 19h00 et 21h00. Le film a été "Musique à Manhattan" avec Anne Shirley et Dennis Day. C'était une drôle de comédie musicale. 2 hommes ont été évacués malades et le même nombre retourné au combat.

Samedi 21 octobre 1944
Le temps était clair dans la matinée, mais il s’obscurci jusqu'à tard dans la journée et la pluie tombe en fin d'après-midi. La plupart de la journée a été consacrée à l'obtention installée dans la nouvelle zone. Des convois ont continué à prendre les hommes et passer à la douche. Les hommes ont trouvé la nouvelle zone généralement plus satisfaisante que l'ancienne car elle n'était pas si boueuse. La Compagnie C tire aux bazookas et des grenades à fusil dans la matinée. Un soldat est blessé quand il a accidentellement mis une balle dans son fusil cartouche au lieu d'une cartouche feuillette, provoquant une explosion de la grenade au bout de son fusil.


A 13h30, le CO a convoqué une réunion de tous les commandants de compagnie au PC. Il a souligné qu'il avait pris note des hommes qui se trouvaient dans la moitié des pistes et de ne pas garder en eux. Il a également souligné que, après le Bataillon quitté la zone à Serres, la S-2 fait une vérification et a constaté de nombreuses violations de la sécurité sous forme de vieilles lettres et d'autres éléments donnant l'unité désignation, laissées par les hommes. Il a en outre décrit les déchets d'équipements impliqués dans que les hommes avaient laissé derrière eux dans le domaine. Il a ordonné des instructions pour corriger ces lacunes. Bon uniforme a de nouveau été souligné, ainsi que la conduite de gardes à pied poste.


800 Combat Infantryman Badges supplémentaires ont été reçues et les compagnies ont reçu l'ordre de réquisitionner le nombre requis. Également un contingent de 13 hommes a été attribué le Bn d'aller sur deux? Journée à Paris. La ligne 4 compagnies ont reçu chacun et Hq Co. Service Co était de remettre le camion et le conducteur et la compagnie C était de fournir l'officier en charge. Le voyage a été 220 milles. Les hommes devaient quitter demain à 06h00 et de commencer à retour de Paris après le petit-déjeuner le mardi.

Un des hommes de Hq Co, T/Sgt Eversvik, qui allait passer hier, et n'est pas rentré dans le camion, a été retrouvé mort dans le camion transportant les hommes de retour dans la région. A l'évidence l'homme avait accidentellement tiré sur lui-même la nuit précédente et n'a été découvert que depuis ce matin.

Le film a eu lieu à l'heure et au même endroit. La photo a été "Dames à Washington" avec Sheila Ryan, Trudy Marshall et Anthony Quinn. 6 hommes ont été évacués aujourd'hui 5 malades et un fusil blessure accidentelle. Deux hommes retournés au combat.

 

Dimanche 22 octobre 1944
A 06h00, le convoi a quitté pour Paris, avec le Lt Cole en charge. Le temps était menaçant de la journée, mais le soleil de temps en temps. A la messe catholique a eu lieu à l'église en 09h30 à Drouville et de la fréquentation a été très bonne, le remplissage de l'église avec sa capacité de 200. Chaplain présidé O'Donnel.

A 10h30, le Lt Col 3 Maybach présenté 3tars Argent, Bronze 4 étoiles, 1 Oak Leaf Cluster à la Bronze Star, Purple Hearts 22 et 4 Oak Leaf Amas de la Purple Heart, lors d'une cérémonie au PC  du Bataillon.

Des services Protestants se sont tenus à 11h00. Bâtiment utilisé pour les films. Chaplain Arnold menées. C'était un repos dimanche pour la plupart des hommes. Le Brigadier Général Dager était prévu de visiter le PC aujourd'hui, mais ne s'est pas présenté. Service Co obtenu ennemi détruit plus de véhicules devant être utilisée pour la lutte antichar de formation. Comme d'habitude, les hommes prenant des convois ont été organisés sur les transmettre. Un showerpaint a été établi à Serres et a été mis à la disposition de cette unité de tous les après-midi. Les camions sont dirigés vers ce point. Plus articles ont été reçus au PX pour la revente, distribués et vendus à des hommes. Aussi, les hommes étaient autorisés à donner leur linge à la laverie QM aujourd'hui. Le poids et le contenu des paquets étaient limités.

Des copies d'une lettre de Major Général MS Eddy, commandant du 12e Corps, au Major Général Wood, commandant la 4e DB, ont été reçues et distribuées. La lettre fait l'éloge du travail de la Division dans ses actions passées et il a souhaité bonne chance dans ses opérations futures.

 

Le film d’aujourd'hui est "Mr Winkle Goes to War", avec Edward G Robinson, une histoire amusante. Le CO est allé à une réception tenue par le CG pour tous les agents du grade de Lt Col et supérieur à Div Hq, à 16h30. 9 hommes sont retournés au combat, mais 2 hommes, l'un malade et l’autre pour cause d'épuisement, ont été évacués.


Lundi 23 octobre 1944
Le temps était instable la majeure partie de la journée, mais il n'y a pas eu de pluie. Comme d'habitude, les hommes sont allés sur le col de Nancy et la formation a été poursuivie. Le Médecin du Détachement a commencé une série de conférences aux pelotons sur les premiers secours et les examens physiques ont été entamés pour l'ensemble du personnel. Les agents de la ration mensuelle de spiritueux ont été reçus et chaque agent a acheté une bouteille de scotch whisky.

A 14h30, le Brigadier Général Dager et Lt Colonel Olbon visitent le PC du Bataillon. Ils y sont restés pendant environ 20 minutes. Le film est aujourd'hui "Le mariage est une affaire privée", avec Lana Turner et a été généralement apprécié.

Le CO a convoqué une réunion de tous les dirigeants au PC à 18h30. Comme nombre d'entre eux ne se connaissaient pas, chaque agent devait se lever et se présenter. Le CO a ensuite donné un bref exposé, sur les tactiques à employer pour attaquer les fortifications ennemies.

 

Le S-2 a fait un bref rapport sur le Corps de l'Armée et de cessions, ainsi que des informations concernant les éléments opposés. Lt Col Maybach souligné l'organisation de positions défensives et à creuser le plus profondément possible dans les opérations futures. Il a souligné en outre salué, uniforme, à proximité afin de forage et curatifs et les agents affectés à la formation des horaires. Après la réunion, quelques bouteilles de spiritueux ont été mises et les officiers ont juste parlés entre eux. Il se scinde à 20h30.

Victimes de la journée avait 9 malades, qui comprenaient un cas d'épuisement. Il a été le remplacement de 1 et 2 retourné au devoir.

Mardi 24 octobre 1944
Le temps est resté méchant, mais il n'y avait pas de pluie. Formation continue normalement. Toutes les activités ont continué comme d'habitude. Les compagnies ont établi des rapports de billettes en ville afin que le civil français puisse être remboursé. La section Bn entre travail sur l'évolution des titres de véhicules.

Le film fut "The Yellow Canaries" avec Richard Greene et Anne Nagle. Les médecins ont une journée bien remplie. 26 hommes malades rapport sur appel. 6 patients ont été traités dentaire. Un total de 3 `ont été évacués, y compris le lieutenant Lambert, la compagnie C. 9 hommes retournés au combat.

Mercredi 25 octobre 1944
Il est méchant, comme d'habitude, ce matin, mais le temps s'est dégagé en place plus tard dans la journée et le soleil brillait dans l'après-midi. Co "A" 4e Armd Eng Bn envoyé un détail de l'homme à la Bn et ils démonstration de l'utilisation des lance-flammes et les démolitions de compagnies A, B et C à 11h00, 13h00 et 14h00 respectivement. En dehors de cela, les jours d'activités étaient normaux.

Il a été rapporté qu'à la compagnie de Quartier Général des jeeps avaient été volés dans le parking de Nancy et de Lt Gorton Lt Chapman, qui avait servi à faire un succès. Service Co entr Section a continué à évoluer sur les pistes de véhicules. A 15h00  l’aumônier O'Donnell tenu une mémoire de masse dans l’église de Drouville en l'honneur des hommes du Bataillon qui avaient été tués.


Jeudi 26 octobre 1944
Pour la première fois depuis longtemps, le soleil brillait une lumière dans la matinée. Les trois compagnies avaient des périodes de formation à l'utilisation de la flamme lanceur. Quatre flammes ont été utilisées par chaque entreprise et chaque homme a le droit de travailler.

A 09h20, le Brigadier Général Dager est arrivé au Bataillon de cette formation. Il est allé à la Co "A" où il a observé pendant environ 30 minutes. Les travaux d'entretien et de premiers soins, des conférences poursuivies selon le calendrier prévu. Des expériences ont été menées par la section Bn entr monter le 57mm canons sur la moitié? Morceaux eux-mêmes. On croyait que cela rendrait les armes plus efficaces.

Un convoi à prendre sur les hommes passent sortait régulièrement. A 12h30 et 14h30, les camions ont pris 125 hommes à chaque fois à Dombasle USO pour voir un spectacle mettant en vedette Marlene Dietrich. Les hommes étaient joyeux. Le film est aujourd'hui "Best Foot Forward" avec Lucille Ball. Le moral s'améliore tous les jours, avec toutes les diverses activités de loisirs et de repos accordée aux hommes. Le seul reproche est le manque de courrier ces derniers jours.
Malade appel suite à son taux élevé. 29 hommes ont participé et 6 évacués. 5 hommes retournés au devoir.

Vendredi 27 octobre 1944
Les conditions météorologiques se sont considérablement améliorées. Il n'a pas plu très récemment. Formation continue normalement. Les cours avaient lieu dans la démolition. Le moment de la passe à Nancy a été changé pour une période allant de 10h00 à 18h00 tous les jours au lieu de l'ancien temps de 12h00 à 20h00. Camions à gauche à 09h30.

 

La raison en est probablement que trop de soldats ont été se perdre en essayant de trouver leur chemin pour les camions dans la ville et étaient laissés pour compte. Un bureau de vente a été ouvert en magasin à Reméréville, à partir d'aujourd'hui. Le travail sur le montage des canons de 57mm a été repris par la 126e Ordnance Bn.


Les jeeps du Hq Co perdus ont été récupérées à Nancy. Le PX revente points essentiels, consistant en des cigares, des bonbons, des jus de fruits et autres articles non publiés en quantité suffisante dans la ration normale libre, ont été reçues et distribuées aux entreprises.

Des plans ont été faits pour préparer une réplique d'une partie de la Ligne Siegfried sur le sol Sud Ouest de Drouville. Détails de la part des entreprises, assisté de quelques bulldozers fournies par les 24e et 995e ingénieurs devaient commencer à travailler à préparer simulé pillboxes, anti? Fossés, les dents de dragon et de barbelés enchevêtrements.

Un convoi a pris les hommes à la même USO Dombasle en spectacle mais Marlene Dietrich est tombée malade et ne pouvait comparaître. Le spectacle effectué sans elle. Il y a eu des difficultés avec les films aussi, depuis, le générateur ne fonctionnait pas l’après-midi, deux spectacles ont été annulés, mais la mécanique Service Co a réparé le générateur et il y a eu une première soirée spectacle. Au cours de la deuxième toutefois un faisceau dans le plancher de l'immeuble a éclaté et il a été annulé jusqu'à ce que les réparations nécessaires puissent être apportées.

Communion Services protestantes ont eu lieu dans une grange dans la ville à 14h00. Toutes les cornes sur les véhicules d'entretien ont été reliées par des sections. L’appel  des malades avait une participation de 13. 5 hommes ont été malades et évacué. 8 patients ont été traités dentaire. 4 hommes sont retournés au combat. 2 joints de remplacement. Le 8e Tank Bn tenu un bureau dans la partie Dombasle, et certains membres du personnel et les commandants de compagnie ont participé.


Samedi 28 octobre 1944
Aujourd'hui fut une belle journée ensoleillée. Le travail a été poursuivi et achevé sur la réplique de la zone fortifiée, avec l'ajout de l'emmêlement des fils de fer barbelés. Convoi a eu sur les hommes passent à Nancy, et à 13h00, la reprise de camions aller à la douche point à Serres. On n'avait prévu aucune formation organisée. Ordonnances ont été délivrées pour l'ensemble du personnel de garder leurs cheveux assiette et de ne pas lui permettre de grandir de plus d'un pouce.

A la messe catholique a eu lieu à l'église de la ville, à 09h30, avec des aveux à 08h45. Un service Protestant  a eu lieu à 10h00 dans une grande grange de la ville. Les deux services ont été largement suivis.

Le film est aujourd'hui "Chip large de la Vieille Block" avec Donald O'Conner et à la régulière quatre spectacles ont été donnés. Quatre hommes ont été blessés dans un accident de voiture quand un détachement médical jeep prenant un patient à l'hôpital s'est écrasé contre un camion. Un autre homme, pour cause d'épuisement, a été évacué.
Le moral des troupes est en général à son plus haut, avec la poursuite du repos loin de la ligne de front, passe à des villes de divertissements variés, et de la bonne nourriture.



Lundi 30 octobre 1944
Les conditions météorologiques étaient mauvaises de nouveau, et il a plu presque toute la journée. A 09h30, tous les officiers du bataillon se regroupent au Bn CP D'écouter un exposé sur la ligne Siegfried donnée par la Division de l'interprétation de photos Officer. Il a évoqué les différents aspects physiques des fortifications. Après la réunion, qui s'est terminée à 10h15, le commandant du Bataillon discute avec le commandant d'une simulation d'attaque qui aura lieu le lendemain contre la portion simulée de la Ligne Siegfried représentés à la périphérie de la ville.

13h00 à l'escadron et de peloton sergents chefs écouté le même discours dans le bâtiment utilisé pour un théâtre, et à 14h30 les commandants de compagnie signalé au PC et recevait ses ordres de l'attaque de la position fortifiée le lendemain matin. Ils ont été emmenés au sol par S-3, et la situation a été expliquée à eux.

La performance du film programmé à 13h00 a été annulée en raison  d’une réunion de sous-officier qui se tenait dans le théâtre, mais les autres spectacles ont été présentés à la fois ordinaire. Le spectacle était "Phantom Lady" avec Franchot Tone et Ella Raines. Il y avait un grand message pour la première fois depuis longtemps. Free PX rations et de cognac sur la base d'une bouteille pour 10hommes, ont été délivrés.

Bn sections et de maintenance de la compagnie a commencé à six mille milles contrôles effectués sur les véhicules. A 17h00 une cérémonie a eu lieu en face du PC du Bataillon Un soldat a reçu un Ruban d'Argent Star, 9 ont reçu Bronze Star rubans, et l'un a reçu le Bronze Oak-leaf Cluster à la Bronze Star, Purple Heart dix, et une de bronze Oak Leaf Cluster à la Purple Heart.


Un article paru dans le Watertown Daily Times concernant les activités de la 4e Division Blindée a été polycopié par la Division et distribués en quantité suffisante pour que chaque homme reçoit un exemplaire dont il pouvait envoyer à la maison. Il a été l'article le plus complet encore visibles et très élogieux. 6 soldats ont été évacués pour maladie, et 15 ont assisté à l’appel des malades.

Mardi 31 octobre 1944
La simulation d'attaque sur la reproduction de la position fortifiée est sortie comme prévu à 10h00. Il n'y a pas eu de tirs, mais pôle charges et des abeilles? Ruches ont été effectivement utilisées dans l'assaut sur la pilule-boîtes.

L'attaque n'a pas s'éteindre comme prévu et a montré la nécessité d'approfondir la pratique avant qu'une telle agression pourrait être tenté. Les hommes ont montré un intérêt inhabituel dans le travail, cependant, car ils probablement rendu compte qu'il ne serait pas longtemps avant que leur mission serait similaire et alors elle ne serait pas un "blanc". Le problème a duré environ jusqu'à midi. Le Brigadier général Dager Et le personnel du CCB étaient présents.

Une Fête de la Réformation Sainte Communion Service pour les luthériens, a eu lieu au théâtre en 10h00 à Haraucourt, et tous les hommes qui veulent y aller ont été pris dans deux camions. Entretien Sections continué sixthousand? Mille contrôles. Le film est aujourd'hui "Moonlight et Cactus" avec les Andrew Sisters. Une comédie musicale.

A 18h30, il y a eu une réunion de tous les officiers, à l'exception de ceux provenant Service Co., au PC du Bataillon. Le commandant  du Bataillon a parlé de l'application stricte du non? Politique de fraternisation entre troupes d'occupation alliées et les habitants de l'Allemagne. Il a fait remarquer que, dans un court laps de temps, la Division allait attaquer dans le cadre d'une grande échelle par la poussée du Corps et éventuellement l'ensemble de la force alliée. Les problèmes et les difficultés ont été signalés. Pour le reste de la réunion il y avait une critique sur ce problème de l'attaque d'une position fortifiée. Une critique particulière a été le début de l'assaut final d'une distance d'environ trop de la pilule? Boîte elle-même. La séance a duré une heure et demie.
Lt. Col Maybach a présenté une Bronze Star ruban et un Purple Heart à deux hommes informels. Un total de 17  hommes ont assisté à l’appel des malades. Deux autres personnes ont été malades et évacués. Trois y compris Lt Lambert Co. "C" est retourné au travail.


                                                      Novembre 1944


Mercredi 1er novembre 1944
Le temps était clair et ensoleillé et généralement jusqu'à la fin d'après-midi quand un lourd ensemble dans la brume, juste avant la tombée de la nuit et est resté toute la nuit. A 06h00, un groupe de 14 hommes, composé de proportionnelle des numéros de chaque entreprise avec Marshall Co Lt «B» en charge, à gauche dans des camions pour Paris sur deux journées. Il n'y avait pas de convoi pour les douches en raison d'une pénurie de transport, mais le voyage ordinaire pour prendre les hommes passe à Nancy.

Des services Catholique ont eu lieu dans l’église de la ville à 14h00, précédée par des aveux demi-heure plus tôt. Le film est aujourd'hui "Swingtime Johnny" avec les Andrew Sisters. 1er Lt Pomfert, 2e Lt Gibson, et 2e Lt Chapman promouvoir les ordres reçus à la date du 29 octobre 1944. Dans un exposé officieux au PC du bataillon.

 

Lt Col Mayback Soldier's récompensé d'une médaille de bronze et cinq rubans Star. La médaille du soldat donnée à Albert Pvt C Oliver Service Company, a été le premier du bataillon.

M. Mowen agent du personnel ont visité le Bn et passé la journée à travailler sur les dossiers avec l'adjudant, dans un effort pour remédier à la force des chiffres, une lettre du commandant du Commandement général de la lutte contre le «B» intitulée «Reprise de l’avance" a été reçu. La lettre fait remarquer que la reprise de la progression vers l'Allemagne une plus grande résistance raidie on pouvait s'y attendre, les allemands avec l'aide de tous les obstacles et de l'astuce les armes pour nous arrêter. Vigilance, avec toutes les armes à feu, dans aucune direction, a été soulignée. La lettre commenté chars tactiques d'artillerie, de cavalerie et d'infanterie, où l'accent est mis sur le feu et le mouvement alors qu'il était sous le feu.

Dans la soirée, le CO, la plupart du Bn du personnel et tous les commandants de compagnie ont assisté à une partie donnée par le 704e Tank Destroyers Bataillon à Dombasle. 14 hommes étaient malades appel, mais un seul a été évacué.

 

Jeudi 2 novembre 1944
Il a plu presque toute la journée d'aujourd'hui et les conditions météorologiques étaient très mauvaises. Ce fut une journée normale, sans aucune activité inhabituelle. M. Mowen était resté pendant la nuit et a continué à travailler au PC pendant la journée. Le film était "Casanova Brown" avec Gary Cooper et Teresa Wright, grandement apprécié par tous.

Le commandant Bn assisté à une réunion convoquée par le commandant général au Siège de la Division à 14h00. A 18h00 il a tenu une réunion de tous les commandants de compagnie au PC. Il est annoncé que la Division était en deux? Heure d'alerte, efficace à la fois, d'être prêt à passer à la parole. Seuls les hommes passent sur autorisé devaient être autorisés à quitter les environs immédiats de leurs compagnies. Il a lu la lettre du général commandant, le CCB" sur le thème "La reprise de l'avance", votée à une copie à chaque commandant de compagnie, puis discuté de la lettre en relation avec les opérations futures. C'était une courte réunion, qui durera jusqu'à 18h25.

14 hommes étaient malades sur appel, et deux d'entre eux ont été déclarés malades pour être évacués. Un opérateur radio de remplacement a été reçu et affecté au quartier général du bataillon.

Vendredi 3 novembre 1944
Un jour sombre en général, avec le soleil qui sort de temps en temps. La plupart de la journée a été consacrée pour les hommes de tenter de rassembler leurs équipements afin qu'ils puissent quitter à la hâte, si nécessaire. Passe toutefois continué comme l'ont fait les autres activités régulières.

Le commandant du Bn participe à une autre réunion à la Division Hdq à 09h30 et a visité le CCB dans l'après-midi. Une autre question de cognac a été reçue sur la base d'une bouteille pour dix hommes. M. Mowen  pour revenir au centre administratif.

A 19h00 Lt Col Maybach a présenté la Silver Star ruban Bronze Star et trois rubans, et un Purple Heart à l'homme de la Bn, de façon informelle, lors de la cérémonie au PC.
Le film est aujourd'hui "Jam Session" avec Ann Miller. Malades ont atteint un appel de 20? 9. 4 d'entre eux ont été jugés malades et ont été évacués.

Samedi 4 novembre 1944
C'était une autre morne journée. 09h00, le commandant du Bataillon a convoqué une réunion de tous les commandants de compagnie pour discuter des opérations futures. Une Croix-Rouge américaine Club Mobile arrivé à 10h30, stationné en face de la Bn PC. Et servi du café et des beignes aux membres du bataillon jusqu'à environ 16h00, lorsque l'offre a été épuisée. Des services Juifs ont été organisés à Dombasle à 10h00, et les hommes désireux d'aller y ont été pris par les camions.

M. Mowen, l'administrateur du personnel, est arrivé dans l'après-midi avec l'argent pour payer les fonctionnaires pour le mois d'octobre, et les hommes à la fois pour septembre et octobre. La plupart des hommes ont envoyé leur argent à la maison par le biais de transfert des comptes personnels.

A 13h00, le Lt Col Maybach a présenté 168 bonnes conduites des rubans aux hommes du Bn qui leur avaient été attribués lors d'une récente commande. La cérémonie a eu lieu en face du PC du Bataillon. 43 autres, soit un total de 211, ont été attribué, mais les hommes ne sont pas présents. Les compagnies ont fait une vérification complète de rations, d'eau, d'essence, de pétrole et pour être certain que tout était prêt pour le départ.
Passes continué à Nancy, ainsi que des films. La photo d'aujourd'hui est «Minstrel Men" avec Gladys George et Benny Field. Sur les 19 hommes malades à l’appel, 6 ont été assez mauvais pour être évacués. 4 hommes retournés au devoir.

Dimanche 5 novembre 1944
Les conditions météorologiques étaient bonnes. Il est nuageux, mais il était sec, et le soleil a brillé grâce à l'occasion. A la messe catholique a eu lieu à 09h30, avec des aveux à 08h45, dans l’église de la ville. Protestante de services ont eu lieu dans une grange à 10h00. Il y avait un autre commandant de compagnie séance à 10h00 afin de discuter de futures opérations. Au cours de la matinée, un grand nombre de bombardiers survolés en permanence.

Post échanger les points de revente de films, d'une montre-bracelet et des briquets, ont été reçus et distribués proportionnellement aux hommes à la vente. Les compagnies ont achevé le paiement des troupes et M. Mowen a pris l'argent pour la ZEP. Les hommes ont été envoyés aux douches, à Serres à 13h00. Les films ont continué comme d'habitude. L'image est aujourd'hui «Dans la compagnie" avec Abbott et Costello.
En fin d'après-midi le commandant a présenté trois Silver Star rubans et Neuf Bronze Star rubans aux hommes du Bn informelle à la PC. 11 hommes semblaient à la parole et un malade a été évacué.

Lundi 6 novembre 1944
C'était un misérable jour avec la pluie la plupart du temps. Nouvelle GI lit rouleaux ont été reçues pour environ un tiers de l'effectif autorisé au bataillon. A 11h00, Lt Général Patton, commandant  la 3e Armée, s'est adressé aux commandants et Bn S-3 de toutes les unités de la division et les commandants de compagnie de chars et de bataillons d'infanterie. Ce discours a été prononcé à 11h00 à la division Hdq Eddy et le général de division, commandant du 12e Corps, et le général Wood, étaient également présents.

A 13h30, le S3 a tenu une autre réunion avec les commandants de compagnie? -? De nouveau dans le but de discuter de futures opérations. Le film a été prévue pour aujourd'hui "Pardon mon Sarong" avec Abbott et Costello, mais le projecteur a été brisée et le premier spectacle a été annulé. Il a été réparé, et la 2e présentation a commencé, mais là encore, le projecteur a éclaté après seulement quelques minutes. La machine ne peut pas être réparée, et il n'y avait pas de film pour la journée.


Le moral est toujours élevé malgré la mauvaise météo mais le service de courrier a été médiocre ces derniers temps. 6 hommes ont été malades et évacué. 2 d'entre eux étaient des cas d'épuisement. Un homme a regagné devoir. Pendant la nuit, l'artillerie lourde pourraient être entendus et clignote pourrait être vu dans la distance.

Mardi 7 novembre 1944
Il a plu toute la journée. En outre, il y avait du vent, et les hommes travaillaient sur la fixation de leurs tentes. La formation a été limitée en raison de la météo. Six? Mille? Mille contrôles ont été terminés à la maintenance. Le projecteur de film n'a pas pu être réparé donc pas de film diffusé aujourd'hui. Une cape de pluie type britannique, destiné à être utilisé pour un motif matelas a été délivrée à chaque homme.

A 18h00, il y avait une autre réunion des commandants de compagnie pour discuter des opérations futures. Il y avait onze hommes à l'appel malade, et deux ont été évacués.

 

Mercredi 8 novembre 1944
Pendant le début de la matinée, il y a eu une averse de pluie régulière. L'artillerie lourde pourrait être entendue fixant un intense barrage de l'ennemi sur les lignes de front. Au lever du jour, il a cessé de pleuvoir.

Toutes les passes ont été annulés aujourd'hui, et le Bn a été alerté à quitter le lendemain matin. Parole a été reçue que l’attaque de la 3e Armée progresse bien sur tous les fronts. Beaucoup de chasseurs-bombardiers survolent dans la matinée et pourrait être vu mitraillé et les bombardements au loin.
Tard dans l'après-midi, il s'est mis à pleuvoir encore, la journée a été consacré à faire les derniers préparatifs pour le déménagement le lendemain matin. Tous les hommes ont entendu un exposé relatif à l'opération puisse avoir lieu.

Messe catholique s'est tenue en 14h00 à l'église de la ville, avec la confession à 13h30. Protestante de services ont eu lieu en 15h00 à une grange. Bien que les hommes aient déclaré 19 malades à l’appel, un seul était assez malade pour être évacué.
Les hommes sont allés se coucher tôt après avoir obtenu tout prêt pour aller au lever du jour. Le moral était élevé continué après le repos, et tout le monde a estimé qu'il était prêt à faire sa part de porter la guerre à une conclusion rapide.

 


Jeudi 9 novembre 1944
Durant les sombres heures de matin, le temps était clair et froid. A 05h30, la compagnie A a quitté à la tête de la colonne du Sud CCB. L'ordre de marche de la colonne dans l'avant-garde était la compagnie A, ainsi que le fusil d'assaut de peloton, un peloton de la compagnie C du 37e Tank Bn, "C" Battery, 253e Armd FA Bn, le premier peloton de la compagnie C du 24e Armd Bn ingénieurs avec 76 pieds de la passerelle, une section de la batterie C, 489e Anti? Aircraft Bn, et le premier peloton de Co. «A», 704e RD Bn. Le 51e peloton de reconnaissance maintenu Liaison entre l'avant-garde et dans le corps.

 

 Le corps principal se composait de la compagnie B du 51e, plus le peloton de mortier, le reste de Hdq et Hdq Co. et détachement médical, 51e, le reste de C/24, C / 51 moins une section de la 253e, la colonne de trains éléments, un peloton de la compagnie B du 46e Médical Bn, peloton de la compagnie B, 126e Ordance Maintenance Bn, et un peloton de la compagnie C du 51e comme l'arrière garde. Le 2e peloton de la compagnie A en vertu de Lt français a conduit la colonne.

Il devait y avoir une demi-heure d'intervalle entre l'avant-garde et sur le corps principal, mais il est vite fermé. La colonne a été commandée par le Lt Col Maybach, commandant de la 51e. Bn Hdq gauche Drouville à 0630, a traversé Courbesseaux à (07150810) à Sornéville, Pettoncourt à 08h40. Bioncourt à 09h00, et Aboncourt Sur Seille à 09h25. Entre Manhoue et Jallaucourt, la colonne a eu lieu là où les ingénieurs de la 35e Division d'Infanterie travaillaient sur un pont. Le Nord et le Sud de colonnes CCB ont convergé vers la ville de Manhoue et les séparer de nouveau, à l'embranchement nord-est de la ville. Le temps s’est assombri dans la matinée, puis a commencé à effacer à nouveau. De nombreux vols d'avions amicale survolés en permanence.

Après avoir roulé à travers Manhoué et Jallaucourt et de la poste sur la ligne de la 35e DI, au Nord Est de Jallaucourt, la colonne a rencontré son premier ennemi de l'opposition en dehors Oriocourt, que le Bn avait eu lieu environ une fois par mois et demi. A mi-chemin entre Jallaucourt et Oriocourt, un canon antichar, des mitrailleuses, de mortiers et de s'ouvrir sur la colonne. Le feu venait de la forêt au nord de Jallaucourt. L'ennemi avait permis la tête de la colonne et à passer pour atteindre la pointe d’Oriocourt avant d'ouvrir le feu sur les véhicules au milieu de la compagnie A. Un half-track et un canon ont été renversés. Le Capitaine Rockafeller, bataillon S-3 dans le commandement de l'avant-garde, a déployé une section de chars et trois escadrons d'infanterie à engager l'ennemi. Les chars ont renversé les canons antichars, et les hommes sont montés dans leurs véhicules. La colonne a commencé à bouger, mais l'ennemi à nouveau ouvert le feu avec des mitrailleuses de la forêt. La colonne a riposté par des chars en place face à la forêt, et encore, la colonne a continué à se déplacer. Il a été stoppé par un barrage routier à Oriocourt. Bien que la reconnaissance d'un itinéraire autour du pâté de maisons, la colonne est venue sous les tirs de l'artillerie lourde et de mortier. Victimes étaient modérées. Les prisonniers étaient sortis et de s'abandonner. Elles ont été transmises le long de la colonne, sans gardiens, conformément aux instructions du CCB et ils ont été pris en charge par les hommes de la 35e DI.


La colonne trouve un chemin pour passer le barrage routier et commence à rouler à travers la ville tandis que des obus de mortier et d'artillerie ont continué à tomber. Les portes et les fenêtres des bâtiments ont été aspergées avec des hommes tirant leurs armes, de leurs véhicules. Des troupes ennemies sont sorties dans la rue avec les mains en l'air.

Le virage vers l'Est en dehors de la colonne de Oriocourt et se dirige vers Laneuveville en Saulnoix. Deux canons antichars ennemis, situé au Nord-Est d’Oriocourt ouvert sur la colonne, frappèrent à la tête et une moitié piste assaut fusil. Ils ont été pris sous le feu de la colonne et réduits au silence. L'unité a emménagé dans Laneuveville en Saulnoix, toujours sous les tirs d'armes.

Comme dans Oriocourt, l'artillerie et des tirs de mortier tombaient sur la ville. Comme le véhicule de tête a autorisé le Nord de la ville, ils ont surpris une section de deux canons ennemis, situé à environ 400 mètres en dehors de la ville. Ils ont été pris sous le feu et ont envahi devant l'ennemi pouvait retirer le capot. Beaucoup d'allemands ont continué de se rendre et le long de notre avance.

Comme la colonne approche de la crête avant Fonteny et commence à descendre la colline vers la ville, ouvert de l'ennemi sur la colonne avec une multitude de 20mm et des canons antichars Citerne canons et de mortiers. L'anti? Avion armes avaient été déprimés au niveau du sol et fixé un dessèchement de l'air incendie éclate. Le troisième peloton de la compagnie A, qui en est à la tête, est parvenu à la lisière de la ville et a été en mesure de prendre la couverture, alors que le premier peloton est resté coincé le long de la route. Entre temps, 4 ou 5 chars ennemis sont apparus sur le flanc gauche et Ouvert le feu sur l'avant-garde batterie d'artillerie. La batterie a été ordonnée derrière le dernier masque et le reste de la compagnie A était en place, le long de la crête en face de Fonteny. Pendant ce temps, 4 des 8 half-tracks ont été renversés et 7 d'entre eux pourraient ne pas Être sauvé du tout. Le dernier canon d'assaut a également été détruit.


La compagnie C du 37e Bataillon de chars se place et se rassemble sur la même ligne de crête. A 14h45, une attaque, de chars, est jeté, dans une tentative de l'opposition claire de l'ennemi et permettre à la colonne de procéder. Comme l'attaquant a autorisé l'échelon de la crête, il a été pris sous un feu nourri de 20mm et de canons antiaérien  Citerne. 3 chars ont été détruits et le reste est devenu enlisé sur le bas-côté de la crête, et ne pouvait pas manœuvre. Ils étaient bonnes cibles pour l'ennemi antichar feu. Darkness a été mise en en ce moment, et le CO a décidé d'organiser et de regrouper pour la nuit. Tous les chars disponibles ont été retirés à la contre-pente et la compagnie B "était en place défensivement, avec sa ligne perpendiculaire à l'axe de l'avance. La compagnie A a été réorganisé et mis en réserve derrière la compagnie B. La compagnie C est restée à l'arrière et a été éliminée de façon à remettre en étroite protection de l'artillerie de bataillon, qui est maintenant en position à l'arrière de Laneuveville? Fr? Saulnois, où le Pc a été créé. Un bâtiment était en feu et a illuminé la ville.

Le CO a décidé qu'il serait trop coûteux d'essayer de protéger les citernes qui sont enlisées et a donné l'ordre de les abandonner. La compagnie de Service qui a quitté sa zone à 08h00, rejoint CCB trains et passé toute la journée à déménager. La compagnie a finalement bivouaqué pour la nuit près de Brin Sur Seille. La colonne était responsable de la lutte contre la destruction de 9 chars et 3 canons lourds principaux animateurs, ainsi que la capture moitié? Piste et 57 prisonniers. Ennemis morts et des blessés étaient inconnus. Les pertes ont été très lourdes. 10 half-tracks, 3 canons d’assauts M8 et 3 chars moyens ont été détruits. 12 chars sont enlisés bas, et certains d'entre eux légèrement endommagé. Ont été victimes: 14 tués, 50 blessés, 22 d'épuisement, 4 malades et 8 blessés. Le Lt Lahey de la compagnie "A" est parmi ceux qui ont été tués.

Vendredi 10 novembre 1944
Le Bataillon et l'ensemble de la colonne sont restés dans la même position. Les commandes ont été reçues de la CCB à tenir. Les activités au cours de la nuit précédente, et tôt le matin, avant de la lumière du jour se compose d'une patrouille et des groupes s'abandonner. L'ennemi a fait usage de feux d'artifice et a tiré une arme qui semble sauter sur le sol, comme il allait exploser. L'effet est purement mental.

L'avance de la colonne a été arrêtée par la forte opposition dans la forêt de château- Salins, qui devait être réglée avant que d'autres progrès peuvent être réalisés. L'ennemi a fait un usage constant de canon 20mm antiaérien. Les avions d'observation de l'artillerie qui s'aventurent trop en avant sont continuellement soumis aux tirs de ces armes. L'un des avions a été abattu.


Éléments de la 35e DI se déplaçait dans Laneuveville-en-Saulnois d'attaquer Fonteny. Laneuveville-en-Saulnois lui-même n'a pas reçu beaucoup de tirs, mais la banlieue a fait. Notre artillerie a également été active. Les éléments de la 35e DI n'a pas pu sortir de notre passé, les positions à terme en raison d'un intense feu de l'ennemi et a été mise en place, juste au nord d'entre nous, l'extension de notre droit et de notre flanc gauche.

Une patrouille du Lt Kischkum est envoyée pour prendre contact avec des éléments de la 35e DI sur le flanc gauche. Des tirs sporadiques de mortier et d'artillerie sont tombés sur tous les postes. La compagnie de  Service continue à circuler et bivouaquer midi, et sur le sud et l'ouest de Manhoue à 15h00. Le 253e Armd FA Bn signalé frapper deux 105mm et d'un canon de 20 mm. Neuf ennemis capitulent. 6 Nos pertes ont été tués, 26 blessés, 10 d'épuisement, 11 malades, 3 blessés et une autre engelure. Lt Marshall, la compagnie B, a été parmi les tués. Un remplacement a été reçu.
                                                   
Samedi 11 novembre 1944
Au cours de la nuit et tôt le matin, il y avait sporadiques d'artillerie et des tirs de mortier tombent sur tous les postes. Il faisait froid et pluvieux? Totalement misérable journée. Les commandes ont été reçues de pousser au fer, de tenir la ville et de sécuriser les routes au Nord et au Nord de sorte que la colonne pourrait passer. La Troop "F", éclaire la compagnie de chars du 25e de Cavalerie, qui a été affecté à la colonne pour remplacer l’escadron de chars moyens, qui a été renvoyé.

Ordonnances ont été délivrées pour la coopération C à s'installer dans la tête et de passer par Fonteny. L'entreprise a déménagé à 14h45 et est passée à travers Laneuveville? Fr? Saulnois vers Fonteny. Une fois de la même opposition était réuni sur la crête. Les véhicules ne pouvaient pas se déplacer vers l'avant dans Fonteny.

 

Lorsque le plomb moitié? Voie de la compagnie C est entrée dans la ville, un char ennemi renversé comme il franchi un cap important. La compagnie C démonté et agressé la ville à pied, avec deux compagnies du 2e Bataillon du 134e RI, et ont réussi à effacer la moitié sud de la ville par la tombée de la nuit.

Tout en observant l'attaque, le Lt Col Maybach a été mortellement blessé par un obus de mortier. Capt Hope, S-2 et le capitaine Rockafeller, S-3, ont également été légèrement blessés. Capt Rockafeller était le seul qui est resté en service. Il y avait un étrange silence parmi les hommes qui ont vu leur commandant pour être ramenés le long de la colonne à l'aide station. Il fut gravement blessé et un masque à oxygène a été évoqué. On croyait qu'il avait une chance de vivre, même quand il a quitté la station de l'aide. Maj Van Arnam, Exec Off, a pris le commandement de la Bn et Lt Dorf, Adj, a repris le S-2 fonctions.

Pendant la journée, la messe catholique s'est tenue à l'église de Laneuveville battues? Fr? Saulnois par l'aumônier de la 253e pour toute troupe qui pouvaient y assister. Il y avait beaucoup d'activité aérienne amicale au cours de la matinée, mais aucune plus tard dans la journée que le temps est devenu très mauvais, tous les véhicules ont repris leurs anciennes positions pour la nuit.

Ennemis tués ou blessés pour la journée se composait de 14 détenus et 1 tank Panther détruit. Nos pertes 1 half-track. Personnel 3 ont été tués, 24 blessés, dont 12 exhaustions Lt Gorton, 8 engelures, 8 malades et 5 blessés. 3 remplacements rejoints.

Dimanche 12 novembre 1944
Au petit matin, la Compagnie C et les 2 compagnies d'infanterie de la 35e DI, ont l'autorisation de sortir de Fonteny et les véhicules de la Compagnie C sont mis en avant. F/25 a été relevé de l'attachement à la colonne par pelotons 2 light of Co-citerne "D", 35e Tank Bn. Le pont a été retrouvé à Fonteny préparés pour la démolition et il a fallu un peu de temps alors que les ingénieurs effacés. Château de la forêt de Château- Salins avait été autorisé par la 35e DI.

La marche de la colonne par le biais de Fonteny, Faxe et Oren se rallier sans opposition. Des ordres ont été reçus du CCB pour passer à Château Brehain, en utilisant la route vers le Sud d’Oron. Mais cet itinéraire a été jugées impraticables et l'autorisation a été demandée et accordée à partir du CCB, d'utiliser la route en direction de Villers sur Nied et de se balancer au Sud avant d'atteindre la ville. Juste avant Château-Brehain, toutefois, la colonne a été arrêtée par un pont détruit. Il commençait à faire sombre et la Compagnie C détaché une ligne autour de la passerelle pour permettre aux ingénieurs de la réparation sous couvert de la nuit. Certains d'artillerie des tirs de mortier sont tombés sur la position. Le reste de la colonne va se positionner le long de la route vers l'Est de Oron. Le PC a emménagé dans le village d’Oron avec le 2e Bataillon du 137e RI, qui s’était déplacé le long de la colonne avec des canons tous les jours. La ville était encombrée de véhicules. Un immeuble en feu a illuminé le ciel. On a eu une nuit paisible.

6 prisonniers ont été capturés au cours de la journée. Nos pertes étaient de un tué, 28 engelures, 7 épuisement notamment Lt Cole, 1 malade et 2 blessés. Un homme a regagné son unité.

Lundi 13 novembre 1944
Pendant la nuit, les ingénieurs ont achevé le pont sans aucune difficulté. La colonne a quitté à 07h15, avec la Compagnie B en tête. Elle s'est déplacée vers le Sud Château-Brehain puis a viré au Nord Est de Brehain. Juste avant d'entrer dans le village, un autre pont détruit a été rencontré et la colonne a été arrêtée alors que les ingénieurs ont réparé le pont. Après avoir été réparé, on a découvert que la sortie de Brehain vers Achain était impraticable en raison des conditions boueuses. Un pont était sur la route de Bellange de Brehain. Il a été décidé de revenir à travers Château-Brehain et au sud vers Vannecourt abattue sur la route principale près du coin Nord Est de la forêt de Château-Salins et swing Nord vers Baronville.

A la croisée des chemins où le Marthille, Achain route qui croise la route principale de Château-Salins à Achain, des mines ont été rencontrées et quelques tirs d'artillerie sont tombés sur la colonne. Les ingénieurs ont enlevé les mines à ce moment-là, mais il fait de plus en plus sombre et la colonne se rassemble dans cette région pour la nuit.

 

 L'ennemi a été forte concentration des tirs d'artillerie dans les zones mais ils ne sont pas à proximité. Notre artillerie était active. Les pertes ennemies sont évaluées à une auto? Propulsé canon détruit.

Le temps était misérable encore, avec de la pluie, la neige et le froid. Notre victime était principalement des engelures. Il y avait 24 cas engelures, 8 épuisements, y compris Lt Burroughs, 4 blessés et 2 malades. Le moral était bas en raison de la lenteur des progrès de la colonne et de la mauvaise météo. Parole a été reçue que le Lt Col Maybach est décédé la veille à l'hôpital après une opération. Service Co déménagé à proximité de Manhoué. Light remplacements ont été reçus.

Mardi 14 novembre 1944
Il était difficile de rouler avec des véhicules dans des champs, où ils sont embourbés sur les routes dans la matinée. La colonne ne se déplace pas très loin avant que de nouvelles mines soient rencontrées par les chars légers, qui conduisent la colonne.

 

Un char a sauté sur une mine. Un autre peloton de chars légers est passé sur la route vers la gauche, jusqu'à la crête surplombant Baronville dans une tentative pour aider l'infanterie de la 35e DI, qui était d'attaquer le village. Deux autres chars ont plus de mines sur la crête. Le solde de la journée a été consacré à essayer de passer à travers les mines de Baronville et en tentant de détruire des canons ennemis, qui ont été tiré sur la colonne. On a également un peu d'artillerie de l'atterrissage long de la route. Les TD ont frappé un canon automoteur et un char.

La colonne est revenu en bivouac, avec les éléments avancés à quelques centaines de mètres de Baronville, quels éléments de la 35e DI a déjà prises. Le PC déménage dans la même zone un mille au Sud de Marthille. Nos pertes ont été pour la journée 31 engelures, 8 épuisements, 4 blessés et 2 malades. Service Co déménagé à proximité de Viviers et bivouac le long de la route pour la nuit. Cinq remplaçants ont rejoint le Bataillon et 9 hommes retournés au combat.

Mercredi 15 novembre 1944
Le Bn s'est à nouveau par le biais de Baronville, sont allés au sud de la ville et a voyagé le long de la route au nord de Morhange, tout un régiment de la 35e Division a attaqué Morhange, du Sud Est. La colonne avance le long de la crête Nord de Morhange, avec la Compagnie C encore en tête. Et de diriger les tirs de l'artillerie antichar venant du Nord, à proximité de Harprich, qui a ralenti la colonne. Il est arrivé à la petite ville de Lorraine, juste au Nord Est de Morhange, près de la voie ferrée où la Compagnie B a attaqué la ville et l’a prise, capturant 18 ennemis. Les routes à travers le chemin de fer ont toutes été bloquées.

Un observateur d'artillerie de l'avant, tirant sur les installations ennemies vers le Nord à partir de Sa position sur la crête, frappa trois camions ennemis comme ils se déplaçaient le long d'une route au Nord.

La Compagnie B se détache de la ville le long de la voie ferrée, en s'inscrivant dans le prolongement d'éléments de la 35e Division sur les deux flancs. Le reste de la colonne créé une ligne le long de la crête Nord de Morhange. L'ennemi a bombardé une route le long de la crête et les positions de la compagnie B copieusement. Certains des tirs d'artillerie qui ont frappé la tête de la colonne à la voie ferrée a été tirs amis de l'artillerie de la 35e DI, qui n'a pas réalisé la portée de notre avance. Le PC du Bataillon déménage à Morhange dans la nuit. Au total, 45 victimes avaient des engelures, 5 épuisements et 3 malades.

Site : webplaza.pt.lu